Search for content, post, videos

Les grèves perturbent le Salon du Mobile à Barcelone

salon du Mobile de Barcelone 2016

Le Salon mondial du Mobile ferme ses portes aujourd’hui avec un bilan des plus positifs. Record d’affluence et record d’impact économique pour le commerce local, malgré de multiples mouvements de grève dans les transports en commun. Les organisateurs n’ont toutefois pas caché leur mécontentement. 

Mis à jour à 18h

Les derniers assistants de la 11e édition du Mobile World Congress (MWC) de Barcelone quitteront la Fira aujourd’hui, mais certains resteront encore quelques jours pour profiter du soleil catalan. Le MWC 2016 aura battu, cette année encore, tous les records d’affluence (101 000 visiteurs). Avec une répercution directe sur l’économie locale. Les organisateurs estiment que l’impact économique sur la région se chiffrera cette année aux alentours de 460 millions d’euros. En plus d’alimenter l’activité des entreprises locales, le salon a également permis de créer 13 000 emplois temporaires. Près de 3000 professionnels de la restauration ont servi chaque jour 35 000 sandwichs et 50 000 cafés sur le site de la Fira Gran Via.

Hôtels et appartements touristiques complets

Selon une étude de l’agence de voyage e-Dreams, la dépense moyenne en vols pour assister à l’édition 2016 du salon du Mobile de Barcelone s’est située à 142€ et près d’un tiers des réservations étaient des vols en provenance de Paris ou de Londres. Pour de nombreux secteurs, tels que la restauration, l’hôtellerie, les transports, le MWC est le rendez-vous le plus lucratif de l’année. Chaque année, l’ensemble des hôtels et appartements touristiques affichent complets pendant une semaine, souvent à des tarifs de haute saison.

José Luis Aracil, chauffeur de taxi depuis de nombreuses années à Barcelone, estime lui aussi que “c’est le moment le plus important de l’année”. Durant toute la période du salon, il facture environ 30% de plus qu’un jour habituel. “Nous travaillons beaucoup en journée pour transporter les personnes au salon, mais également en soirée, car ils sortent pour dîner ou prendre un verre, explique-t-il, ce sont aussi des clients qui laissent des pourboires généreux, pour une course de 6 euros, ils peuvent en laisser 10.” La grève des transports publics a finalement peu aidé les taxis, qui ont dû faire face à de nombreux embouteillages.

Des organisateurs exaspérés par les grèves

Les grèves dans les transports publics, qui ont eu lieu tout au long du salon, ont toutefois tendu les relations entre les organisateurs du congrès et les autorités locales. Pour la première fois, John Hoffman, directeur du MWC, ne s’est pas présenté à l’inauguration officielle de l’événement et s’est déclaré “très déçu”. Le MWC a dû organiser son propre système de transports afin de palier aux manquements locaux, mais n’a pas pu évité les longs embouteillages causés par la grève.


Lire aussi : Ada Colau critique la grève du métro de Barcelone


La déception de John Hoffman pourrait avoir des conséquences. Le contrat qui lie le salon à la ville de Barcelone jusqu’en 2023 comporte en effet une clause obligeant la municipalité à garantir la mobilité en transports en commun (Appendice 1).

Hier, Cristina Cifuentes, la présidente de la région de Madrid, a indiqué que son gouvernement essaierait d’attirer le MWC dans la capitale. La maire de Barcelone Ada Colau a de son côté assuré que la continuité du salon n’avait “à aucun moment” été remise en question. A l’annonce des chiffres records de l’édition 2016 jeudi après-midi, les organisateurs ont eux aussi confirmé que le MWC se tiendrait l’année prochaine dans la capitale catalane.