Search for content, post, videos

Condamné pour apologie du terrorisme, un chanteur invité par Barcelone dans un congrès contre la haine

La mairie de Barcelone invite officiellement le chanteur du Groupe Def Con Dos dans un congrès international contre la haine. Un artiste récemment condamné pour incitation à la haine et apologie du terrorisme.

En marge du Mobile World Congress, la mairie de Barcelone a décidé d’organiser au CCCB un congrès international pour évoquer les stratégies à adopter pour “combattre les discours de haine sur les réseaux sociaux”. L’événement qui durera deux jours, entre aujourd’hui et demain, réunira des experts du domaine comme Kira O’Connor, responsable des politiques publiques de Twitter, Fatiha el Mouali, porte-parole de l’association Unité contre le Fascisme et le Racisme en Catalogne (Unitat contra el Feixisme i el Racisme de Catalunya) et un inspecteur de la police nationale en charge de la gestion de harcèlement numérique. La mairie de Barcelone a créé une polémique en invitant également le chanteur du groupe Def Con Dos, qui vient d’être condamné à un an an de prison par le tribunal suprême espagnol pour apologie du terrorisme.

Une affaire qui rappelle celle de Dieudonné en France

César Augusto Montaña Lehmann a été poursuivi puis condamné pour avoir tenu des propos contraires à la loi. Dans une série de six messages sur Twitter (publiés entre novembre 2013 et janvier 2014), il se moquait des victimes d’actes terroristes d’ETA. Le chanteur, qui s’estime innocent et revendique son droit à l’humour, a déclaré dans une interview au journal El País que  “tout citoyen qui s’exprime librement ne peut pas être jugé pour exercer un droit constitutionnel”. La mairie de Barcelone justifie de son côté l’invitation de l’artiste pour donner “l’exemple des dérives et des limitations pénales de la liberté d’expression.”

Un débat sur la frontière entre l’humour en rapport avec les actes terroristes et la liberté d’expression qui avait déjà été soulevé en France il y a deux ans avec l’affaire Dieudonné. En Espagne, comme en France, la justice a tranché de la même manière en condamnant lourdement les auteurs pour propos incitant à la haine.