Search for content, post, videos

L’indépendance de la Catalogne est-elle vraiment possible?

En grande pompe ce vendredi matin, dans un mélange de pluie et de grand soleil, climat allégorique d’une situation politique singulière, le président catalan a annoncé la célébration d’un référendum indépendantiste le 1er octobre prochain.

Dans le trés instutitionel Patio des Orangers du Palau de la Generalitat, siège du gouvernement catalan, l’ambiance était euphorique. “Aujourd’hui, c’est notre jour” s’enthousiasme un haut responsable de PDeCAT. Aujourd’hui, dans les cercles de pouvoir catalans, la tendance est à l’optimisme. Il faut dire que sous un soleil aveuglant, le président de la Catalogne Carles Puigdemont, son vice-président Oriol Junqueras et le groupe parlementaire indépendantiste viennent d’annoncer la célébration du référendum séparatiste.

Le 1er octobre prochain, les Catalans devront dire s’ils veulent que la Catalogne devienne un Etat indépendant, qui prendrait la forme d’une République. Sous ce soleil qui est arrivé en même temps que le président Puigdeont, accolades, embrassades, applaudissements de l’intelligentsia indépendantiste catalane devant près de 200 journalistes dont beaucoup de la presse espagnole nationale. Les stigmates de l’orage ayant eu lieu une heure avant sont encore présents dans le Pati dels Tarongers. D’ailleurs le président a fait son discours devant une énorme flaque d’eau. Le ciel espagnol pourrait-il tomber sur la tête des indépendantistes catalans ? Le président Puigdemont en est conscient, lui qui a affirmè dans son discours qu’à tout moment, et d’une manière fulgurante, le gouvernement central pouvait suspendre n’importe quel membre de l’exécutif catalan. Pour le moment, ni le président, ni le conseil des ministres catalans n’ont signé de décret convocatoire du référendum. Avant de passer aux actes concrets, le camp séparatiste veut mobiliser l’opinion publique. Pas plus tard que dimanche, les associations souverainistes Assemblea Nacional Catalana (ANC), Òmnium Cultural et l’Associació de Municipis per la Independència (AMI) organiseront une grande manifestation où l’ancien entraineur du Barça  Pep Guardiola sera chargé de lire un manifeste.

La Generalitat va donc chauffer à blanc la population catalane avant de formaliser la convocation du référendum. Une fois le décret signé, la réponse du gouvernement central devrait être immédiate pour stopper le scrutin. Mariano Rajoy et les cercles de pouvoir espagnols sont échaudés de la précédente consultation indépendantiste du 9 novembre 2014. Dans un jeu du chat et de la souris avec le gouvernement espagnol, le président de la Generalitat de l’époque Artur Mas avait réussi à organiser une consultation populaire indépendantiste. Le président espagnol Mariano Rajoy s’etait retrouvé sous une pluie de critiques pour avoir laissé faire.

Le match retour du 9 novembre 2014

Pour ce match retour, l’Etat espagnol assure que cette fois-ci il n’y aura pas de hors-jeu : la Catalogne ne sortira pas ses urnes réferendaires affirme sur tous les tons Mariano Rajoy. Pour empêcher le vote, le gouvernement avec l’aide des tribunaux espagnols peut activer toute une batterie de mesures : suspension du président de la Generalitat, de la présidente du parlement, des ministres voire même des compétences autonomes légales de la Catalogne. L’Espagne a donc la force juridique pour elle. Cependant en ces temps d’horizontalité politique, où les citoyens rejettent de plus en plus la verticalité du pouvoir incarnée par des hommes politiques et des institutions de plus en plus impopulaires, la Generalitat veut jouer la rue contre l’Etat.

Si l’Espagne use d’une répression jurididique, voire judiciaire, la présence de Catalans dans la rue sera massive. Il faudra donc que l´Espagne intervienne dans un dosage homéopathique. Pas simple quand un certain nombre de responsables politiques catalans comme Artur Mas ou Carles Puigdemont n’ont plus rien à perdre, et jouent leur va-tout dans cette affaire. La possibilité de déclarer unilatéralement l’indépendance sans aucune autoristation de l’Espagne plane encore dans le microcosme politique catalan. Dans tous les cas, on devrait assister au plus grand conflit politique et social entre la Catalogne et l’Espagne depuis 1975.

La partie se joue donc simultanément sur trois terrains : le juridique espagnol, la rue catalane, sans oublier l’international. Depuis des mois Carles Puigdemont et Artur Mas font le tour des capitales, Bruxelles, Londres, New-York, Paris, pour plaider la cause, non de l’indépendantisme, mais au moins du droit de voter lors d’un référendum.

Il est difficile de croire que la Catalogne devienne indépendante avant la fin de l’année 2017, mais il est sûr que les choses vont être durablement boulversées et l’on peut difficilement envisager que la Catalogne reste une simple autonomie espagnole comme c’est le cas depuis 1975.