Search for content, post, videos

Corruption : des proches de Mariano Rajoy condamnés à une peine record de prison

independance catalogne

Lourde condamnation pour le Partido Popular de Mariano Rajoy dans une gigantesque affaire de corruption.

La Gürtel: un nom qui hante la politique espagnole depuis 20 ans. Une affaire tentaculaire de corruption qui traverse toute l’Espagne pour aboutir en Suisse. La trame du réseau est dirigée par Francisco Correa, dont la traduction approximative du nom en suisse-allemand donne son nom à l’affaire Gürtel. Francisco Correa, après des années de procès, vient d’être condamné aujourd’hui par l’Audiencia Nacional de Madrid à 51 ans de prison. L’ancien trésorier du Partido Popular, Luis Bárcenas se voit infliger une peine de 33 ans. Le parti de Mariano Rajoy est également condamné et devra payer une amende de 240.000 euros.

Les juges considèrent que les accusés ont commis simultanément des délits d’association illicite, fraude à l’administration publique, détournement de fonds, blanchiment de capitaux, trafic d’influences, délit contre le fisc, appropriation indue, exaction illégale et faux et usage de faux.

Le tribunal considère comme accrédité que pendant ces années entre le groupe Correa et le Partido Popular une structure de collaboration stable a été créée consistant à fournir des services multiples liés au voyage, à l’organisation d’événements, des délits qui s’inscrivent dans le cadre de l’activité normale du parti politique. Mais aussi, selon la Chambre, a été créé parallèlement “un système efficace et réel de corruption institutionnelle par le biais de mécanismes de manipulation des marchés publics centraux, autonomes et locaux grâce à ses relations étroites et continues avec les militants influents dudit parti poursuivi en justice, qui avait la possibilité d’influencer les procédures de décisions dans les marchés publics de certaines entités et des organismes publics qui dirigeaient ou contrôlaient directement par des tiers.”

Le Partido Popular avait une double comptabilité: une officielle et une autre non déclarée. Le tout chapotée par le trésorier Luis Barcenas. Ce dernier affirme que Mariano Rajoy, président du parti, était informé de toutes les opérations, ce que ce dernier dément.