Search for content, post, videos

Chroniques de Catalogne : “Brûler les navires”

L’écrivain catalan Andreu Claret écrit depuis des mois ses “chroniques de Catalogne” qui décortiquent sous une fine plume la politique catalane . Equinox  publie les meilleures feuilles.

Si vous avez visité le musée d’archéologie d’Istanbul, vous vous souvenez d’une petite table en terre cuite que les Turcs exhibent comme le premier traité de paix signé par les Égyptiens et les Hitties il y a plus de trente siècles.

Un antécédent des réalisations et des standards de la diplomatie. Il se peut que le Président Torra ne soit pas allé en Turquie, ou qu’il considère que la diplomatie est de la propagande. Dans tous les cas, sa performance à Washington a été une énorme erreur. Ce n’est pas que les relations internationales ne servent pas à convaincre les esprits et les cœurs des autres. Mais s’ils sont réduits à l’agitation, l’échec est garanti. Et si en plus, cette prétention se fait par à-coups, avec des formes propres à d’autres scénarios, elle conduit au fiasco. Churchill, qui pouvait être très grossier quand il le voulait, disait que « la diplomatie est l’art de dire aux gens d’aller en enfer de telle manière qu’ils finissent par demander des directives ».

Rien de tout cela n’a été pris en compte par le Président pour défendre ses positions aux États-Unis.

Le revers a été énorme, avec le retour à pied à l’hôtel, l’interdiction de prononcer le second discours, qui était important, l’ordre de replier les pancartes et le soufflet des organisateurs. Une erreur ? Cela peut être plus que cela. La tendance à brûler les navires qui s’impose dans un secteur de l’indépendantisme. Parce qu’il n’a pas aimé ce qu’a dit Morenes, Quim Torra a foncé dans le tas au lieu de suivre le sage conseil de Sun Tzu pour qui « l’art suprême de la guerre est de subjuguer l’ennemi sans livrer bataille ». Tout le contraire de ce qu’a été le lamentable spectacle de l’institut Smithsonian. Je ne suis pas et je n’ai jamais été diplomate, mais j’ai travaillé dans ce qu’on appelle habituellement la diplomatie publique. Et si j’ai appris quelque chose, c’est que les chancelleries fuient les excentricités comme la peste. Qui va oser apparaître aux cotés du président de la Generalitat après ce qu’il s’est passé à Washington?

Certains gouvernements peuvent voir avec sympathie que Torra demande la libération des prisonniers politiques. Cependant, aucun d’entre eux n’aura compris qu’il a « foutu le souk » dans le centre de Washington.

Apprenez, s’il vous plait. Le voyage dure environ six heures. Prenez le temps de lire en diagonal Joseph Nye, Paul Kennedy, et parcourir les mémoires de Kissinger, qui sont très divertissantes.