Barcelone victime du krach touristique post-coronavirus

par Nico Salvado

Barcelone enregistre une contre-performance, avec une baisse historique du nombre de touristes en mars. La situation ne devrait pas s’améliorer en 2020.

Personne n’a vu le drame arriver. Le tourisme de Barcelone paraissait insubmersible. Ni les attentats terroristes d’août 2017, ni la crise indépendantiste de l’automne de la même année, ni les émeutes de 2019 n’avaient fait chuter la masse touristiques de la capitale catalane. Le flux permanent de vacanciers séjournant à Barcelone a même sauvé la ville lors de la terrible récession européenne de 2011. Le tourisme une valeur sûre qui, avec toute la démesure et l’exagération qu’a connu le phénomène, a incité à des milliers de personnes à investir massivement dans ce secteur.

L’effet frontière

Nul ne pensait que le tourisme pourrait disparaître du jour au lendemain, et pourtant le premier chiffre vient de tomber : une baisse de 64% de visiteurs en mars 2020 par rapport au même mois de l’année passée. Un vent glacial qui présage la suite de la tempête. Les mois d’avril et de mai vont afficher un chiffre nul de touristes pour la première fois depuis les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992. Une contre-dynamique qui devrait durer tout l’été au minimum. Selon les estimations du gouvernement espagnol, il n’y aura pas de touristes étrangers en Espagne avant le mois d’octobre prochain. D’une part, en raison de la fermeture de la frontière. D’autre part, même si la barrière se lève, il ne devrait pas y avoir foule pour voyager. Il est intéressant à ce propos de relire l’interview du professeur Pere Godoy. Le président de la Société Espagnole d’epidémiologie expliquait dans nos colonnes la semaine dernière : « Cet été, le nombre de contaminations en Europe va continuer à baisser, et je pense que l’on pourra circuler d’un pays à l’autre sans restrictions. Ceci étant dit, la crise va rester dans la mémoire collective et les citoyens vont s’auto-limiter dans leurs voyages, notamment vers l’Espagne qui a eu beaucoup de cas. Ce ne sont pas forcément les gouvernements qui empêcheront les personnes de voyager, mais elles-mêmes.  Barcelone attendait pour sa saison haute 20 millions de touristes générant une activité de plus de 20 milliards d’euros dans la ville.

Recommandés pour vous

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales