Le parc de Collserola va limiter son accès

par Rédaction Equinox
parc de Collserola

Le parc naturel de Collserola est sous tension face à l’avalanche de Barcelonais confinés. Les responsables du parc demandent de nouvelles mesures.

Elisenda Lurbes, responsable des parcs et jardins de la mairie de Barcelone le reconnaît : « avec le confinement périmétrique, les rares espaces verts de la ville sont sous tension ». Cependant Lurbes fait remarquer que les autorités font preuve d’une « certaine permissivité » en ne verbalisant pas les personnes organisant des pique-niques « qui sont théoriquement interdits, car il n’est pas possible de manger et de boire dans les espaces publics ».

La directrice générale du Parc Naturel de Collserola, Marià Martí demande, elle, plus de sévérité. « Nous devrons tous renoncer à quelque chose afin de protéger la biodiversité du Parc Naturel de Collserola » a assoné la directrice sur la chaîne de télévision Beteve ce lundi.

Des tranches horaires pour accéder au parc de Collserola

Collserola propose de créer des tranches horaires notamment sur le Paseo de las Aguas. « Quand il y a beaucoup de monde, il est très difficile de concilier ceux qui marchent et ceux qui font du vélo » explique Martí. Ainsi, par exemple « les premières heures de la matinée seraient réservées aux vélos. Puis à partir de midi, à la marche et la promenade » a avancé la directrice.

D’une manière plus globale, la direction du parc de Collserola souhaite limiter la jauge d’accès « comme cela se fait partout en Europe » plaide Marià Martí. Une fois que les parkings seront complets, il ne sera plus possible d’accéder au parc. Une application pourrait indiquer au visiteur l’estimation de la capacité du parc en temps réel, afin qu’il ne se déplace pas pour rien.

Marià Martí pense nécessaire d’interdire l’accès aux vélos sur la route d’Arrabassada, en raison du risque d’accident avec les bus. La Guardia Urbana propose de créer « une circulation à sens unique », afin que l’Arrabassada puisse être utilisée pour monter et la route de Vallvidrera pour descendre.

Par ailleurs, et c’est un thème récurrent depuis le déconfinement du printemps 2020,  Marià Martí déplore la dégradation du parc. « Nous devons empêcher les gens de traverser certaines zones car nous altérons l’environnement et cela touche la biodiversité ». 

À l’avenir, les chiens ne pourront plus se balader librement et devront obligatoirement être tenus en laisse « car ils affectent la faune ». D’autant plus que le parc aimerait installer des troupeaux de moutons et de chèvres pour aider à réduire le risque d’incendies, la présence de chiens en liberté pourrait donc créer des incidents.

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales