Search for content, post, videos

Ada Colau critique la grève du métro de Barcelone

maire barcelone espagne

La maire de Barcelone s’est beaucoup investie pour que la grève du métro n’ait pas lieu durant le Congrès du Mobile, mais sans succès.

C’est un peu une inversion des rôles. Ada Colau, figure de la gauche radicale et défenseur des mouvements sociaux,a critiqué vertement le mouvement de grève du métro de Barcelone. Lors d’une déclaration ce dimanche, Ada Colau a estimé la grève des agents du métro de Barcelone était « disproportionnée ».

Après plus de 9 heures de dialogue avec les syndicats de la TMB (Transports Metropolitans de Barcelona), Ada Colau n’a pas su trouver d’accord pour éviter ce mouvement d’arrêt du métro alors que Barcelone attend 100 000 visiteurs entre aujourd’hui et mercredi pour le Mobile World Congress.


Pour connaitre les heures de passage du service minimum du métro et l’etat de la circulation cliquez ici


Ada Colau, après avoir dit que la mairie avait fait tout son possible pour éviter une grève, a fait une violente charge contre les syndicats du métro de Barcelone. La maire a ainsi déclaré que l’origine du conflit ne provenait pas d’une coupe budgétaire dans la convention collective et que le salaire minimum d’un agent de la TMB était de 29 000 euros bruts annuels, avec une moyenne constatée de 33.000 euros. La maire a ajouté que 90% des salariés du métro de Barcelone bénéficiaient d’un CDI.

Les syndicats démentent les chiffres

La secrétaire du Sindicato Unitario de Catalunya, Mercedes Portolés,a fait une déclaration au journal catalan La Vanguardia pour démentir les chiffres avancés par Ada Colau. « Je travaille depuis 16 ans à l’accueil du public du métro et je ne touche pas ce salaire » s‘enflamme la syndicaliste sans toutefois préciser le montant de son salaire.

Au contraire de ce que dit Ada Colau, les syndicats de la TMB se plaignent d’une trop faible augmentation de salaire (+1% par rapports à l’an passé) et des contrats de travail précaire.