Search for content, post, videos

Les paysans catalans prêts à bloquer les routes le 1er octobre

tractorada

Pour contrer toutes tentatives de sabotage, le syndicat agricole Assemblea Pagesa projette d’utiliser leurs tracteurs pour faire barrage.  

Tandis que l’Etat espagnol veut imposer des périmètres de sécurité de 100 mètres autour des bureaux de vote dimanche, les paysans catalans appellent à protéger les urnes avec leurs tracteurs. Mardi, le syndicat agricole Assemblea Pagesa a annoncé sur Twitter une tractorada le jour du référendum :

« Nous vous invitons à garer tous les tracteurs du pays à proximité des collèges électoraux, sans entraver la circulation ni le déroulement des votes et sans publicité d’aucune sorte »

Une décision prise après le déploiement de l’opération Anubis. La semaine dernière la Guardia Civil a effectué 13 arrestations de hauts fonctionnaires du ministère de l’Economie catalan. Pour l’Assemblea Pagesa (AP), la gouvernement de Rajoy commet des « actions très graves » contre la Generalitat mais aussi les représentants élus et les médias dans l’unique but d’empêcher le référendum. En cas d’une intervention le 1er octobre de l’Etat espagnol par l’utilisation massive des forces de l’ordre, la réponse catalane se fera immédiatement dans la rue. Le syndicat a dores-et-déjà prévu d’investir l’espace publique avec leurs tracteurs pour une marche lente afin de paralyser la circulation sur l’ensemble des voies de communication de la Catalogne. L’Assemblea Pegesa promet « un acte instantané » si l’Etat espagnol réalise des arrestations, des attaques graves ou bien même de la censure internet. Rappelez-vous, le gouvernement espagnol avait fermé mi-septembre le site internet principal referedum.cat.

Pour l’instant les autres syndicats agricoles Unió de Pagesos (UP) ET JARC, les plus majoritaires, ne se sont pas décidés en faveur de cette protestation. Ils ont annoncé être en train d’étudier la question. L’UP et JARC ont confirmé la mobilisation de tracteurs vendredi soit 48 heures avant le rendez-vous électoral. Plusieurs opérations escargots seront donc réalisées à Barcelone, Tarragone et aussi Gérone.

La CUP projette d’occuper les collèges électoraux

La porte parole de la CUP, le parti d’extreme gauche indépendantiste, Mireia Boya a fait savoir qu’elle pensait sérieusement à dormir ou du moins à occuper les collèges électoraux avant le 1er octobre, la veille ou « deux nuits avant si c’est nécessaire« .  La députée n’inclue pas de changer de locaux à la dernière minute. Pour faire face aux cordons de sécurité demandés par le procureur espagnol, Mireia Boya est très clair :

« Il y a seulement deux solutions. Soit on commence dès maintenant à protéger les collèges, soit il y aura des confrontation entre les gens et la police » 

Des paroles plutôt graves qui détonnent du pacifisme qui émanait lors des dernières manifestations indépendantistes. Mireia Boya confesse la difficulté à contrôler les gens :

« Nous avons tous envie de voter et nous ne sommes pas disposés à reculer devant un Etat autoritaire et répressif » conclue t-elle.

À l’heure du rendez-vous crucial, la tension entre le gouvernement conservateur et l’exécutif séparatiste de Catalogne est de plus en plus palpable.