Search for content, post, videos

Une application mobile référence les commerces de Barcelone qui parlent (ou non) catalan





L’association de défense du catalan Plataforma per la llengua lance CatalApp, une application mobile qui permet de référencer les commerces qui parlent (ou non) catalan.

Dans la galaxie des associations qui soutiennent et promeuvent le catalanisme, Plataforma per la llengua (Plateforme pour la langue) joue un rôle singulier. Comme son nom l’indique, cette organisation non gouvernementale agit pour la défense de la langue sur l’ensemble des territoires historiquement catalonophones : l’actuelle Catalogne sous forme d’autonomie espagnole, les pays de Valence, des Baléares et les Pyrénées-Orientales en France.

Dans les différentes opérations coup de poing que mènent Plataforma per la llengua, la création d’une appli pour référencer les commerces qui parlent (ou non) en catalan se veut particulièrement interactive. Disponible sur Iphone et Android, cette app est le Trip Advisor de la langue catalane.

Plus d’un million et demi de commerces, restaurants, hôtels et services de Catalogne sont automatiquement listés et localisés sur cette appli. Le client peut alors rechercher l’endroit qu’il a visité et mettre une note pour estimer la qualité de l’accueil en catalan qu’il a reçu. L’utilisateur peut mettre une note concernant l’utilisation orale, écrite et virtuelle du catalan dans l’établissement visité. Le client/utilisateur peut également mettre un commentaire en plus de la note.

Capture d’écran de CatalApp. Ici des commentateurs sont mécontents du service reçu dans un restaurant

 

Le but de l’appli est de pouvoir vivre en catalan à 100% et d’éviter les commerces qui n’utilisent pas cette langue. Dans une publicité, Plataforma per la llengua se moque des commerçants qui tentent de parler en anglais ou en français à leur client.

Une fois téléchargée, l’appli envoie également des notifications afin de ne pas oublier de noter le commerce lors d’occasions particulières comme par exemple pour les soldes.

Défense du catalan ou chasse aux sorcières?

Le but de l’application est de lutter contre les discriminations dont souffre la langue catalane. Mais certains commerçants dénoncent régulièrement une chasse aux sorcières contre les établissements qui n’utilisent pas le catalan comme langue principale. Les législations en vigueur obligent à utiliser le catalan dans l’affichage écrit commercial. « C’est une forme de boycott qui m’indigne et qui vient de gens qui n’avaient de toute façon pas l’intention de mettre les pieds dans ton magasin » s’exaspère une commerçante française du centre de Barcelone contactée par Equinox et qui parle par ailleurs couramment le catalan.

Didier Tournon est créateur de la chaîne d’instituts de beauté French Kiss qui dispose de sept établissements dans différents points de Catalogne. Pour ce Français installé à Barcelone depuis une dizaine d’années, « la langue et la culture, ça se défend, et si on ne les protège pas, elles disparaîtront, comme le français au Québec. Cette appli, comme l’obligation pour les commerçants d’afficher leurs informations en catalan, c’est normal, c’est une sorte de discrimination positive ».

Ylenia Farrula, catalane d’origine et propriétaire du salon de coiffure La Mini Pelu dans le quartier de Sant Andreu, est indépendantiste. Mais elle ne voit pas l’intérêt de cette application « Ça génère plus de controverses qu’autre chose. Moi ça ne me dérange pas que l’on me parle en espagnol ou en catalan dans les boutiques de Barcelone. » En revanche, la coiffeuse se dit indignée que « certains vendeurs de Barcelone ne parlent ni espagnol, ni catalan et ne parlent qu’en anglais ».