Search for content, post, videos

Qui est l’ANC, cette association qui mobilise les indépendantistes catalans?

anc catalogne

Depuis plusieurs années, le rassemblement de milliers d’indépendantistes en Catalogne est principalement dû à une association: l’ANC. L’Assemblea Nacional Catalana organise les grandes manœuvres pour que la Catalogne déclare son indépendance. 

En Catalogne, le mouvement indépendantiste ne serait sûrement pas ce qu’il est aujourd’hui sans l’ANC. L’Assemblea Nacional Catalana est l’association qui réunit des dizaines de milliers de personnes et a réalisé la vaste campagne pour le référendum d’autodétermination du 1er octobre dernier.

L’ANC est née à Arenys de Munt, berceau de l’indépendantiste version moderne. Ce village de 8000 âmes au nord de Barcelone a été le premier en 2009 à organiser une consultation populaire non reconnue par l’État espagnol. Succès. Présent lors de cette consultation, Pere Pugès, un influent architecte, et Miquel Strubell,un socio-linguiste, ont l’idée de créer un mouvement politique transversal. Officiellement fondée en avril 2011, l’Assemblea Nacional Catalana a pour objectif unique d’atteindre l’indépendance de la Catalogne. Tout a commencé par une Conférence Nationale pour l’Etat Souverain, puis l’association n’a cessé de se développer.


Lire aussi l’article: Indépendance de la Catalogne : comment en est-on arrivé là?


Depuis 2012, elle invite les Catalans à sortir dans la rue le 11 septembre, jour de la Diada, la fête nationale catalane. Durant cette “marche vers l’indépendance”, les participants se montrent avec l’estelada, drapeau catalan auquel a été ajouté un triangle bleu avec une étoile à l’intérieur pour revendiquer l’indépendance. D’autres portent des tee-shirts vendus par l’association, pour s’afficher aux couleurs du mouvement. L’une des plus marquantes fut celle de 2013, où de la frontière française jusqu’à celle de la communauté valencienne, une chaîne humaine de 400km a été formée. Cette année, le thème était “la Diada du oui”, en référence au 1er octobre.

Une armée indépendantiste pacifique

En janvier 2015, l’ANC comptait plus de 80.000 membres, dont 40.132 membres payants et 39.946 collaborateurs volontaires. L’ancienne présidente, Carme Forcadell, est depuis octobre 2015 la présidente du Parlement catalan. Preuve de la porosité entre cette association et le monde politique catalan. Jordi Sànchez lui a succédé à la tête de l’association indépendantiste en mai 2015, il était l’un des secrétaires de l’entité. L’ANC possède plusieurs assemblées sur le territoire catalan.

L’association est donc à l’origine de la mobilisation pour la Diada chaque année, mais elle a aussi soutenu la consultation du 9 novembre 2014 et le référendum du 1er octobre dernier.  Avec ses comptes bancaires bloqués par le gouvernement espagnol, la Generalitat n’était plus en mesure d’organiser le référendum. Officieusement c’est l’ANC qui a pris le relais. Cette influence sur le gouvernement catalan fait grincer des dents. En 2014 c’est l’ANC qui avait poussé le président Mas à organiser la consultation populaire.

Depuis janvier 2016, l’association, avec l’extrême gauche de la Cup, donne le tempo politique et médiatique. Pour certains, le président Puigdemont suit à la lettre les feuilles de routes de l’ANC pour arriver à l’indépendance. En tous cas, elle pousse de toutes ces forces pour que le parlement catalan déclare unilatéralement, officiellement, et solennellement l’indépendance de la Catalogne avant la fin de cette semaine.

Le président Puigdemont écoute d’une oreille distraite les secteurs les plus modérés de son parti le PDeCat qui demandent un ajournement de la déclaration d’indépendance. Convoquer de nouvelles élections ou attendre un délai de 6 mois avant de déclarer l’indépendance est l’option favorite du camp des modérés.

Au vu de la pression de la rue avec les manifestations de ce mardi et divers rassemblements qui ont eu lieu depuis dimanche et qui continueront, Puigdemont devrait pencher pour la déclaration directe qui devra passer par l’aval du parlement. En Catalogne, beaucoup de choses se jouent dans la rue, le terrain favori de l’ANC qui y détient un contrôle quasi absolu. C’est elle qui donne le mot d’ordre pour toutes les manifestations. Par exemple, lorsque quatorze responsables du ministère de l’économie ont été arrêtés le 20 septembre dernier pour l’organisation du référendum, l’ANC a appelé à un rassemblement devant le ministère de l’Economie en guise de protestation. À l’inverse, lorsque l’Etat espagnol a pris le contrôle des Mossos d’Esquadra (police catalane) le 23 septembre, l’association a donné pour consigne de ne pas manifester. Personne n’est sorti dans la rue.

Avec ses 3 millions de budget annuels, provenant de donations de particuliers et de ventes de produits de merchandising, l’association contrôle le panorama indépendantiste catalan. Meetings de campagne, communication via les réseaux sociaux, déclarations dans les médias, cordons devant les bureaux de vote, l’ANC était présente à chaque fois.