Search for content, post, videos

Interview Bob Sinclar

Bob Sinclar était à Barcelone le 5 octobre dernier pour l’inauguration du Marhes Club, anciennement Pacha et l’Up&Down. Interview exclusive de Bob Sinclar pour Equinox Radio et Equinox Magazine

 

 

ECOUTER LE PODCAST DE L’INTERVIEW BOB SINCLAR SUR EQUINOX RADIO
………………….

Nico Salvado : Bob Sinclar , ce soir tu fais l’ouverture du Marhes à Barcelone, ça fait quoi de faire un opening ?

Bob Sinclar : C’est toujours un privilège et un honneur, je suis constamment en train de renouveler mes titres en mixant les anciens et les nouveaux, pour faire danser les gens. Le clubbing aujourd’hui c’est devenu un lieu communautaire sacré, où les gens se rencontrent, car aujourd’hui ça ne se touche plus, ça tweet, ça facebook, ça instagram mais les gens ne se draguent plus, les clubs restent un endroit fantastique pour se rencontrer.

Parle-nous de ton nouveau son Cinderella

C’est drôle car c’est un titre que j’ai fait pour une fin d’album, un peu comme “love génération”, c’est quand tu fais des choses simple sans te mettre la pression que les gens accrochent le plus. C’est un son un peu deep-house pour le jouer en club il faut à la fois un bon sound system et un public très réactif !

 

Tu fais l’opening du Marhes ce soir à Barcelone et la closing du Pacha demain à Ibiza. Comment appréhendes-tu la différence entre la préparation d’une ouverture de club et celle d’une soirée de clôture ?

La closing du Pacha c’est l’institution, c’est la vitrine sur le monde qui te regarde. Les deux événements les plus importants c’est l’opening et la closing, si tu en fais partie c’est que tu es bien placé. Tous les saisonniers du monde entier viennent à Ibiza pour assister à la soirée de clôture.

Est-ce que tu as toujours ta voiture Mini ?

Oui car je suis très Vintage et très nostalgique comme garçon, donc j’ai toujours ma Mini mais un peu restaurée.

Los Angeles, Miami, Le Brésil, à Barcelone, à Ibiza tu fais le tour du monde en Mini (rires)

 

J’adore l’authenticité , cet état d’esprit, aller par monts et par vaux, j’adorerais conduire une Ferrari mais j’adore ma Mini.

Hey mais tu surkiffes ta voiture, c’est un truc de fou, si on  demandait dans une interview à Bob Sinclar d’échanger ta voiture contre tes platines tu répondrais quoi ?

(rires) non mais tu ne peux pas me demander ça ! (rires)

On parlait de tour du monde est-ce que tu changes ta playlist selon le public ou la ville, que ce soit à Miami, Ibiza ou Barcelone?

Pour la closing d’Ibiza, c’est un public qui vient de l’international, qui a une grosse culture musicale donc tu peux t’éclater. Dans d’autres villes où le public ne connait la dance que par la radio il faut savoir s’adapter, mais j’essaie toujours de rester dans mon univers en emmenant les gens dans mon mix plutôt que de les forcer à écouter quelque chose qu’ils ne connaissent pas.

Tu as remixé 53 artistes de Dimitri from Paris à Gainsbourg. Fatboy Slim a déclaré sur Equinox qu’il préférait remixer les autres plutôt que d’être remixé lui même, toi que préfères-tu?

C’est le même objectif, je remixe les artistes que j’aime, que je rêve de rencontrer et qui sont de la même couleur musicale que moi. Le remix quant à lui va toucher d’autres scènes musicales avec une couleur différente, c’est le but.

Tu as repéré sur youtube des anonymes qui ont remixés tes sons.

C’est génial Youtube, tu peux être ton propre remixeur, ton propre producteur, voire même ton propre label ! Tu diffuses ta musique en la proposant aux gens en créant le buzz notamment avec les mash-up.

Tu as déclaré te sentir proche artistiquement de Pitbull, qu’est-ce qui t’attire chez lui ?

Le côté latino, festif, c’est un showman, le côté versatile m’intéresse aussi car il mélange la dance et le hip -hop.

Tu pars sur une île déserte, tu emportes quel disque ? Le tien, une compilation de Busy P ou un album de David Guetta ?

J’emporte un album de version acoustique et reggae de mes sons qui s’appelle Made in Jamaica que j’ai enregistré en Jamaïque durant quinze jours,  c’est une des plus belles expériences de ma vie.

Voici les questions coups de boule, je te pose des questions énervantes si tu n’as pas envie de me répondre tu as le droit de me mettre un coup de boule, tenant quand même compte du fait que je suis largement plus baraqué que toi (rires).  Est-ce que ta carrière aurait aussi bien fonctionné si tu t’étais appelé Robert Sinclar ?

Oui

Rappelons que le blase Bob Sinclar vient d’un film de Belmondo…

Le Magnifique, film de Philippe de Broca 1973, dans lequel Belmondo joue le rôle de Bob Saint-Clar, un écrivain qui vie sa vie à travers celle de son héros. Un schizophrène en bref.

Pour le tournage du clip de Groupie, tu as pris des cours de claquettes pendant 6 semaines. Depuis que tu sais faire des claquettes est-ce que c’est plus facile de chopper des meufs ?

(rires) J’en choppais déjà avant, donc je suis au maximum je ne peux pas faire plus (rires). Pour les claquettes, j’adore les clips, les mises en scènes, j’adore jouer un personnage, mettre un perruque. L’idée n’était pas de faire le beau gosse mais de faire un petit clin d’œil à Jean Dujardin.

J’ai vu une seule fois de la drogue dans ma vie, en 15 ans de carrière  c’était quelqu’un qui en prenait sur une table

 

Voici la question méga coup de coup de boule de ton interview Bob Sinclar. Tu es passé en France sur une radio qui s’appelle NRJ et chez notre ami Cauet lorsqu’il t’a demandé si tu claquais tout ton argent dans les putes et la drogue tu as déclaré qu’une partie de la réponse était vraie. Est-ce que pour Equinox tu peux nous donner le scoop : quelle est la vraie partie de la réponse ?

Écoute les putes j’aime pas ça,  car ce que j’aime c’est la séduction. Quant à la drogue en 15 ans de carrière j’ai vu une seule fois quelqu’un prendre de la coke, une seule fois en 15 ans ! Là juste avant mon mix je reste dans ma chambre d’hôtel sur mon ordinateur à travailler mes sons.

Je veux devenir disciple de Sébastien Telllier

Tu as de long cheveux, une barbe longue, tu t’identifies à Sébastien Tellier ou c’est lui qui s’identifie à toi ?

Ho c’est gentil, car c’est un artiste très talentueux que j’aime beaucoup. On me dit que je ressemble à Jésus Christ. Donc je prends les deux : deux beaux garçons.

On a interviewé Sébastien Tellier, quand je lui ai demandé s’il ressemblait à Jésus-Christ il m’a répondu qu’il ressemblait à Dieu…

Je veux bien devenir son disciple !

Une question de Safia , auditrice Equinox :  Bob Sinclar que vas-tu mixer ce soir à Barcelone ?

Quel joli accent du sud, avec les ongles rouge et les doigts de pieds, je suis attentif aux détails. Ce soir je vais essayer de te faire danser, te faire découvrir des titres que tu ne connais pas, on pourrait faire la sélection ensemble !

Une question de Sarah Vila (correspondante Equinox à Londres et Paris) : Moi je voulais t’offrir des cadeaux de rugby de la part des joueurs de l’équipe de France de Rugby car ils sont derrière toi !

Nico Salvado : Tu fais du rugby toi Bob ?

Non je suis trop chétif donc je fais du tennis et du foot.

 

Sarah Vila : Ce serait super intéressant d’ouvrir le rugby au monde surtout avec la coupe du monde de Londres en 2015 et les joueurs sont fans de toi, fans d’électro, ce serait génial de faire un clip avec toi.

J’en serais ravi, ce serait un grand honneur pour moi de collaborer avec ces joueurs de talent, il faut trouver une idée intelligente et c’est parti !

Pour finir qu’est-ce qui te plaît dans la ville de Barcelone ?

Tu veux savoir quoi? Je n’ai rien vu à Barcelone si ce n’est la terrasse de mon hôtel, l’hôtel Claris, où il y a une très jolie vue et des brunchs sympathiques. Je me rappelle juste d’un lieu qui s’appelle la discoteca avec des douves. J’attends d’être à la retraite pour visiter en touriste les villes où j’ai mixé.

Merci pour cette interview Bob Sinclar !