Search for content, post, videos

Bien-être : une thérapie de mémoires prénatales

Femme enceinte

Cette nouvelle forme de thérapie a pour objectif de remonter à la vie intra-utérine afin de comprendre et de se libérer des contraintes émotionnelles. Les mémoires prénatales se développent de plus en plus, des sessions de formations ont même lieu à la rentrée à Barcelone. 

Photo Sebastien Laban

Cette thérapie, dont la durée dépend des objectifs des patients, permet de comprendre et de libérer les origines conscientes et inconscientes des croyances qui s’avèrent limitantes dans la vie et au quotidien. Ces croyances sont multiples, cela peut être la dévalorisation, la culpabilité ou le manque d’amour propre. Les mémoires prénatales aident à retrouver le chemin de l’autonomie et de la réalisation.

Même  en  l’absence  d’organes  des  sens développés, la conscience capte, enregistre et évalue toutes les informations dans l’utérus et dans l’environnement immédiat de la mère. La présidente et fondatrice de l’association européenne des Mémoires Prénatales Monique Presa de la Fuente explique l’objectif d’une telle thérapie : “Par exemple, si une mère est triste car son père est malade et va mourir, le bébé va percevoir cette tristesse et va la prendre, alors il aura une tristesse inconsciente qui pourra se réveiller et se réactiver dès qu’une personne proche sera malade. C’est intégré dans la mémoire cellulaire prénatale”.

On n’imagine pas souvent l’impact des états émotionnels d’une mère sur son foetus. Ce sont alors des empreintes profondes qui vont limiter l’accès à des ressources intérieures et ainsi se manifesteront des “scénarios” de la vie adulte comme la réussite, l’échec ou l’amour. L’empreinte gémellaire est la plus fréquente. Deux ovules (hétérozygotes) ou un ovule (homozygotes) fécondés, donnent vie à deux embryons dont l’un meurt spontanément, en général avant la 3ème semaine. Cette empreinte se manifeste aussi par de petits signes de la vie quotidienne comme acheter en double ou l’angoisse des chaussettes dépareillées ou perdues.

Une thérapie basée sur la sophro-analyse

Il y a 20 ans le Docteur Claude Imbert a révélé le rôle fondateur des empreintes prénatales dans la construction du psychisme humain. Elle a pu analyser que les problèmes psychologiques, affectifs et somatiques viennent bien souvent du tout début de la vie. Basée à Paris, elle s’est alors servi de la sophro-analyse. Cette dernière permet de prendre conscience d’un état et de s’en libérer. En effet, en l’absence d’une quelconque compréhension, l’embryon ou le foetus va interpréter à sa façon l’évènement douloureux et en fait une croyance gravée dans sa vie. Les souffrances sont parfois si fortes que le foetus va alors décider de se débrouiller seul ou penser qu’il n’est pas digne d’être aimé par exemple.

Les mémoires prénatales s’adressent à tout le monde, les enfants comme les adultes. Pour tout type de soucis tel qu’un mal-être, état dépressif, manque de confiance en soi, accompagnement de parents au cours de la grossesse ou préparations à divers événements, les mémoires prénatales peuvent aider et faire avancer les personnes.

La formation de nouveaux thérapeutes

Afin de développer les Mémoires Prénatales, il devient alors nécessaire de former des professionnels à cette pratique. Monique Presa de la Fuente gère la formation en Espagne, et plus particulièrement à Barcelone. L’objectif reste d’exporter cette activité et de la faire connaitre auprès de nouveaux patients. Pour la rentrée 2014 plusieurs sessions de formation auront lieu, chacune avec des thématiques différentes et bien précises. Chaque module coûte 200 euros. A l’issue de la formation s’ajouteront plusieurs jours de pratiques.

Pour s’inscrire, envoyez un mail à : memoriasprenatales@gmail.com

Les dates 2014 / 2015

– 27 et 28 septembre : Anamnèse – “décoder les croyances et les empreintes prénatales”

– 18 et 19 octobre : Psycho-numérologie – “Aller à la rencontre de son chemin de naissances avec les nombres”

– 22 et 23 novembre : Sophrologie – “Apprendre à utiliser cet outil durant les visualisations”

– 13 et 14 décembre : Psycho-généalogie – “Trouver ses schémas répétitifs familiaux dans ses ancêtres”

– 10 et 11 janvier : Pre-incarnation-Incarnation “Pourquoi suis je venu dans cette famille et pas dans une autre”

– 7 et 8 fevrier 2015 : Aller à la rencontre de notre première cellule pour découvrir les trésors qui sont à l’intérieur”

– 7 et 8 mars 2015 :  Vie Intra-uterine “Aller à la rencontre de notre gestation pour nous en libérer”

– 11 et 12 avril 2015 : Perte gémellaire “Quels sont les conséquences d’une perte gémellaire”

– 16 et 17 mai 2015 : Naître au OUI A LA VIE”