L’Espagne pourrait accueillir 15 000 réfugiés

par Nico Salvado
barcelone

L’exécutif espagnol s’attend à recevoir cette année près de 17 000 demandes d’asile et déclare qu’il n’y aura pas de limite à sa générosité. Barcelone, de son côté, se déclare “ville de refuge” et invite les habitants à se mobiliser.

Au début de la crise migratoire qui secoue actuellement le continent, l’Europe souhaitait mettre un plafond au nombre de visas accordés aux réfugiés. David Cameron avait d’ailleurs demandé à Mariano Rajoy de “mettre des limites à sa générosité”. Mais depuis la publication de la photo d’un enfant retrouvé mort sur les plages de Bodrum en Turquie, l’Europe semble prête à lâcher du leste. Mariano Rajoy et le ministre de l’Intérieur Jorge Fernández ont tous deux déclaré que l’Espagne ne mettrait “aucune limite à sa solidarité”.

L’Espagne a enregistré 2.588 demandes d’asile en 2012, 4.513 en 2013 et 5.952 en 2014. Le ministre de l’Intérieur signale qu’en 2015 plus de 17.000 demandes sont attendues.Le Conseil Européen demande à ce que l’Espagne en accepte 15.000.

Au cours de ces dernières années, l’Espagne a refusé en moyenne 55% des demandes d’asiles reçues. Ce lundi 7 septembre, la vice-présidente Soraya Sáenz de Santamaría a mis en place une commission interministérielle afin de revoir les critères à la hausse.

Barcelone, ville de refuge

refugiés barceloneBarcelone est l’une des villes à avoir réagi le plus rapidement pour offrir aide et hébergements aux réfugiés, sous l’impulsion de sa maire Ada Colau. La première édile de Barcelone a envoyé une lettre à Mariano Rajoy lui demandant des moyens financiers afin de transformer Barcelone en “ville refuge”. Le Président du gouvernement lui a répondu qu’il ne fallait pas résoudre cette crise avec des mesures à court terme, ou selon ses dires “avec des pansements sur une jambe de bois”. Il renvoie Ada Colau à la commission interministérielle qui traitera la situation avec “efficacité, générosité et solidarité”.

En attendant, de nombreuses villes espagnoles, dont Madrid, ont rejoint l’initiative de Barcelone et travaillent à la création d’un réseau de villes disposées à accueillir les réfugiés. Une adresse électronique a été mise en place dans la capitale catalane pour recevoir les propositions et coordonnées des Barcelonais disposés à soutenir le projet, et éventuellement à accueillir des réfugiés dans leur foyer (ciutatrefugi@bcn.cat). Elle a déjà reçu des milliers d’e-mails, dont certains ont été lus par Ada Colau vendredi dernier lors du rassemblement organisé avec les autres maires du pays issus du mouvement des Indignés.

Recommandés pour vous

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales