Search for content, post, videos

Ada Colau réouvre le débat sur l’ouverture des commerces le dimanche

boutiques soldes espagne

Ada Colau souhaite fermer les commerces de Barcelone le dimanche en été, une annonce qui génère la polémique dans l’opposition.

La maire de Barcelone annonce une mesure très clivante : la fermeture des commerce de Barcelone le dimanche durant la période estivale.

Dans les faits, la mairie veut réduire de 60% le nombre de dimanches ouverts durant la prochaine saison estivale. Actuellement, les commerces peuvent ouvrir 10 dimanches entre juillet et mi-septembre.  Avec la nouvelle ordonnance, il n’en resterait que 4 qui se concentreraient sur les mois de mai et d’octobre. Une mesure qui permettrait selon l’équipe municipale de “donner la priorité au commerce traditionnel, familial et de proximité qui pourrait se voir défavorisé par une dérégulation des horaires [par rapport aux grandes entreprises]”.

La mairie pointe du doigt que la majorité des commerces de Barcelone n’utilisent pas la possibilité légale d’ouvrir tous les dimanches d’été. Selon une étude interne des équipes d’Ada Colau, 66% des commerces étaient fermés l’an dernier tous les dimanches d’été, sauf dans le quartier de Ciutat Vella qui a ouvert massivement. Ada Colau pense donc qu’il est préférable d’étaler les ouvertures exceptionnelles sur toute l’année.

Toujours selon cette étude, quand un commerce est fermé le dimanche, 8 Barcelonais sur 10 cherchent tout simplement un autre jour de la semaine pour faire des achats. Il n’y aurait donc aucun préjudice pour l’économie.

L’opposition charge contre Ada Colau

Au conseil de municipal de Barcelone, hormis l’extrême-gauche de la CUP, tous les groupes d’opposition critiquent vertement la mesure d’Ada Colau. La gauche républicaine ERC réclame un grand accord de dialogue et assure que beaucoup de commerçants veulent ouvrir plus.

Les socialistes font remarquer que Barcelone est une destination d’achat qui procure beaucoup de richesses pour la ville. La droite du PP dénonce “le verrou qui bloque les horaires, la liberté, les opportunités et l’emploi”.

Selon l’Office du Tourisme de Barcelone, chaque visiteur dépense, en plus de ses frais d’hébergement 90 euros par jour.