Search for content, post, videos

1 Catalan sur 4 comprend le français

parler-français

Selon une étude réalisée par l’Institut de Statistiques de Catalogne, 16% des Catalans parlent français et 24% le comprennent.

Jusqu’au 20 mars se tient la semaine de la francophonie, un événement qui met à l’honneur la langue française en France et à l’étranger. En Catalogne, nombreux sont les Espagnols qui parlent français. L’Institut de Statistiques de Catalogne de la Generalitat de Catalunya a réalisé une étude sur les connaissances des Catalans chez les plus de 15 ans, avec des données datant de 2013. Il en résulte qu’un catalan sur quatre comprend le français, soit 24%. 16% des Catalans le parlent, 19% le lisent, 13% l’écrivent et 12% maitrisent tous les aspects de la langue.

En Catalogne, le français peut être choisi comme langue vivante dans de nombreux établissements scolaires, mais aussi il peut être également appris dans des écoles privées, des écoles officielles de langues et des Instituts français. Par exemple, l’Institut français de Barcelone propose des cours pour les adultes, les enfants, mais aussi pour les entreprises. Le ministère de l’éducation nationale a également mis en place “bachibac” un double diplôme qui délivre à la fois le baccalauréat français et le bachillerato espagnol. En 2015, il y a eu entre 600 et 700 candidats en Catalogne, tous attirés par cette ouverture vers la France.

Un avantage pour travailler

Selon Bernard Gillmann, directeur des cours de l’Institut français de Barcelone, il y a eu une augmentation des inscrits entre 2011 et 2013, suite au contexte de chômage et de crise : “les familles soutenaient les jeunes actifs pour les inciter à apprendre le français” explique-t-il. De plus, lors des coupes budgétaires de l’État espagnol en 2011 et 2012 “beaucoup de petites et moyennes entreprises ont cherché des marchés en Afrique francophone, au Maghreb et en France donc il fallait maîtriser le français (…) mais il y a eu une baisse en 2014 des inscrits dans les cours adultes pour des raisons financières”. Du côté des plus jeunes, le directeur note depuis quatre cinq ans “une progression continue du nombre d’enfants dans les cours de français dans l’ensemble de l’Espagne”.


Lire aussi l’article : Le français, un atout pour travailler à Barcelone


Le français est vu comme un atout dans le monde du travail : “beaucoup se disent qu’il faut avoir le français pour se distinguer de ceux qui n’ont que l’anglais (…). D’autres ont besoin d’apprendre le français pour immigrer vers des pays francophones, comme la France, la Belgique, la Suisse ou le Canada, pour des raisons professionnelles”. Il ajoute que beaucoup de physiothérapeutes et d’infirmières sont parties travailler dans ces pays, l’apprentissage de la langue est apparu comme indispensable. Actuellement, les éléves de l’Institut sont prinicipalement des étudiants et des actifs. De plus, comme la France est un pays voisin, le choix du français comme seconde langue après l’anglais s’impose naturellement.