Search for content, post, videos

Les appartements et maisons en bois, nouvelle tendance à Barcelone

Le bois, utilisé au départ pour construire des chalets en montagne ou des résidences secondaires, est de plus en plus utilisé pour fabriquer des édifices en Catalogne et notamment à Barcelone. 

Photos : C.Meyer/Equinox

On est bien loin de la maison en bois du conte des Trois Petits Cochons. Les maisons en bois made in Catalogne sont modernes, spacieuses et résistantes aux coups de vents. De plus en plus de particuliers se tournent vers ce nouveau mode de construction qui associe écologie et économie. “Le prix de construction d’un édifice en bois est quasiment équivalent à celui d’une construction classique en béton. Ce qui change ce sont les économies à long terme. Le bois est très résistant. C’est un excellent isolant. Une maison en bois cela permet de faire 70% d’économie sur sa consommation énergétique” assure Silvia Vera de la Rocha, architecte pour la société Arquima, spécialisée dans la construction de maisons passives et écologiques.

construction-maison-en-bois-barcelone

Les poutres apparentes au plafond rappellent une nouvelle fois la présence du bois dans cette maison.

Une construction deux fois plus rapide

La grande différence entre la construction d’un logement classique en béton ou en acier avec celle d’une maison en bois c’est la rapidité du chantier. “Pour une maison de 200 m2 de type classique il faut compter un an de construction. C’est deux fois plus de temps que la fabrication d’une maison en bois” confie l’architecte. En effet, les différentes parties de l’édifice sont construites dans un atelier, juste à côté des bureaux de la société. “Il faut un mois pour créer et sculpter toutes les pièces en bois. Ensuite on les transporte dans un camion jusqu’au terrain et en trois jours la maison est montée. Cela va très vite car c’est comme un puzzle, il n’y a qu’à emboîter les pièces les unes dans les autres” confie Arnau Olazábal, superviseur de chantier. “Beaucoup de clients sont surpris lorsqu’ils voient apparaître leur maison en si peu de temps” ajoute-il souriant. Avant d’emménager, il faut tout de même attendre la fin des travaux d’intérieur, l’installation du sol, de l’électricité, de la peinture, des détails qui peuvent prendre jusqu’à quatre mois.

Dans l’atelier, les techniciens terminent la construction d’un abri en bois pour un puits au Cap-Vert.


Lire aussi : A Barcelone, la crainte d’une nouvelle bulle immobilière se fait sentir 


Les maisons en bois, logements du futur ?

“Si tu ton voisin fait une maison en bois, tu vas vouloir en savoir plus, tu vas aimer le concept et tu en voudras une aussi” lance fièrement José Antonio González, directeur d’Arquima. Depuis la naissance de l’entreprise en 2007, le marché des édifices en bois n’a cessé d’augmenter dans tout le pays. “Cette année on a doublé nos constructions. On commande nos différents types de bois en France et en Suisse mais je suis sûr que dans les prochaines années on aura du bois prévu pour la construction vendu par des entreprises en Espagne. Il y a une vraie demande” rapporte le spécialiste.

La construction passive est une pratique habituelle en Scandinavie et aux États-Unis. En Espagne elle commence à s’imposer peu à peu. “98% des maisons en Finlande sont en bois, 80% aux Etats-Unis. En Espagne on doit être à 1%, voire moins” se désole José Antonio González. Les premiers appartements en bois à Barcelone ont été construits par Arquima, carrer de Magalhães. Depuis, l’entreprise est de plus en plus sollicitée par des particuliers, promoteurs ou par la mairie pour des chantiers d’habitations, d’écoles ou d’hôpital.“Les gens apprennent. Certains pensent que c’est un matériel qui prend l’humidité, se détériore, qui est mangé par les insectes ou qui prend plus vite feu qu’un bâtiment en béton. Avec le temps on arrive à enlever ces préjugés et convaincre que le bois est une solution durable et écologique”  indique Silvia Vera de la Rocha.

Les interrogations toujours plus grandes sur le changement climatique, son impact sur l’environnement et les nécessaires économies d’énergie pourraient donc convertir le bois en matériel du futur.