Search for content, post, videos

Barça – Le Camp Nou a répondu présent hier soir

Les 71.455 spectateurs qui ont bravé le froid, l’horaire tardif et le match en semaine ont soutenu le Barça comme si de rien n’était. Ils ont été récompensés. 

Photo: Olivier Goldstein/Equinox

La presse catalane annonçait hier un Camp Nou plein comme un œuf pour aider le Barça à se qualifier en 1/4 de finale de la Coupe du Roi, les Catalans devant remonter la défaite 2-1 de la semaine dernière à Bilbao. C’était pourtant difficile d’y croire 10 minutes avant le match. Les lettres jaunes de “Mes Que Un Club”, “Qatar Airways”, ou encore du sigle Nike se dessinaient encore. La Grada d’Animacio, ces 1000 supporters regroupés derrière le Gol Nord, était aussi à moitié vide. Puis comme par magie, l’enceinte s’est remplie au moment du coup d’envoi. Messi et compagnie allaient avoir le soutien du public.

Le Camp Nou comme un 12ème homme

L’ambiance monta dès la deuxième minute après une faute grossière sur Messi qui mérite une carton jaune. L’arbitre n’avertit pas le joueur basque en question et le stade siffle tout ce qu’il peut. Par la suite, le moindre contact dans la surface de Bilbao était synonyme de pénalty pour les spectateurs du Camp Nou. Les polémiques arbitrales des deux derniers matchs, où le Barça s’est vu refuser plusieurs peines maximales, resurgissent. Le public joue totalement son rôle de 12ème homme en soutenant son équipe et en mettant la pression sur l’arbitre.

La communion est pourtant de courte durée. Les joueurs de l’Athletic endorment le match, et par la-même les supporters. Mais à la 25ème minute, Neymar est injustement signalé hors jeu alors qu’il vient de donner la balle de but à Suarez. Les socios sifflent et grondent. Sentant la pression, Bilbao recule. Et ce qui devait arriver arriva. Sur une énième tentative Messi décale Neymar sur le côté gauche. Le Brésilien lève la tête et centre au deuxième poteau pour Luis Suarez. L’Uruguayen reprend acrobatiquement de volée et ouvre le score. Le Camp Nou rugit, tremble et hurle “Uruguayo” en hommage au buteur. Le stade qui aura 60 ans cette année respire. Son Barça est virtuellement qualifié au repos.

Messi met le stade en fusion

Le Camp Nou passe ensuite par toutes les couleurs. D’abord placide, tout se complique à la 51ème minute. Un but basque qui répond à celui de Neymar, marqué trois minutes plus tôt. Le Barça mène certes 2-1 mais il est maintenant à égalité sur les deux matchs. Les supporters craignent de voir leur équipe éliminée. L’aficionado catalan a en effet tendance à voir le verre à moitié vide. Il siffle même Busquets pour un mauvais dégagement qui rend la balle à Bilbao à 18 mètres des buts catalans. La peur de l’élimination est palpable.

Mais tout se débloque à la 77ème minute. Grâce, de nouveau, à un coup-franc coup de génie de Messi. Son troisième en trois matchs. Le stade hurle “Meeeeeeeeeeeeeeesi” comme pour conjurer le mauvais sort. Chaque action du Barça est ensuite saluée par 71.000 gorges déployées. Le stade est en fusion. Avant que l’euphorie laisse place de nouveau à la tension. Car si les Basques marquent un but dans les dernières minutes, le Barça est éliminé. Les trois minutes d’arrêt de jeu sont interminablesur. Enfin l’arbitre siffle et les supporters explosent. Les joueurs azulgrana les remercient depuis le milieu de terrain. Il est 23h05 et les spectateurs peuvent rentrer contents et sereins… Ils sont qualifiés pour les 1/4 de finale de Coupe du Roi. Et le métro ne ferme qu’à 1h du matin grâce à un accord entre les TMB et le F.C. Barcelone.