Search for content, post, videos

A Barcelone, les locataires s’organisent contre la toute-puissance des propriétaires

Face à la hausse record des prix des loyers, les Barcelonais commencent à s’organiser. Plusieurs associations se créent et s’activent pour tenter de stopper cette bulle immobilière. 

Photo: CM/Equinox

Depuis quelques mois, les prix des loyers s’enflamment à Barcelone et dépassent même ceux de la bulle immobilière de 2008, qui étaient déjà records. Selon une étude de Fotocasa présentée en janvier dernier, Barcelone est la ville espagnole la plus chère au mètre carré pour la location (15,16 euros). Les loyers ont augmenté de 16,2% en 2016. Pour lutter contre cette bulle immobilière, les Barcelonais s’activent à travers des associations. À l’automne dernier, Barcelone a vu naître Desllogades. Cette organisation souhaite faire “prendre conscience de la bulle immobilière” et dénonce la vulnérabilité des locataires. Marta Ill, membre de Desllogades, a expliqué au journal El Periódico que “ceux qui s’unissent pour commencer sont des jeunes, mais le problème ne touche pas que les jeunes”.


Lire aussi: À Barcelone, la crainte d’une nouvelle bulle immobilière se fait sentir


Ce discours rappelle celui de l’Assemblée Populaire pour un Logement Digne qui s’était déjà mobilisée en 2006 sur le sujet, en organisant une manifestation avec des milliers de personnes. Selon Marta, l’association s’est rendue compte que “les propriétaires étaient beaucoup plus organisés que les locataires, c’est pour ça que nous avons décidé d’y remédier”.

“Barcelone n’est pas en vente”

L’Observatoire Desc (des droits économiques, sociaux et culturels) a créé un syndicat dans lequel travaillent des entités comme la PAH (la Plateforme des victimes du crédit hypothécaire) ou 500×20, qui s’occupe des problèmes de loyers à Nou Barris. Il a pour objectif de stopper la hausse des prix de l’immobilier. Pour lui, plusieurs facteurs expliquent cette augmentation. Lors d’une réunion à La Violeta de Gràcia, des mesures bien intentionnées comme les aides au logements ont été vivement critiquées. “Nous comprenons que des familles dépendent des aides mais elles ne font que faire gonfler la bulle” explique Marta. Ces aides permettent aux habitants de continuer d’accéder à des logements intéressants et donc d’accroître la demande.

Desc dénonce également la réforme de la Loi de la location urbaine de 2013 qui a réduit les contrats de location d’une durée de 3 ans, ce qui protège moins les locataires. Le 28 janvier dernier, la Fédération des Associations de Voisins de Barcelone (FAVB) avait convoqué une manifestation sous le thème “Barcelone n’est pas en vente” contre la bulle immobilière provoquée par le tourisme. La transformation de nombreux appartements en logement touristique, afin que les propriétaires puissent faire plus de bénéfices, a provoqué cette augmentation des prix des loyers.

Pour Marta, l’objectif actuel est de “mobiliser les gens (…) car les prix vont sûrement continuer d’augmenter, ce qui provoque un déplacement de la population (…). Le sujet préoccupe les habitants il faut donc se rassembler”.