Search for content, post, videos

“Cerveza beer”, d’où sortent les canettes des vendeurs ambulants à Barcelone?

À Barcelone, acheter des bières dans les rues est très facile. Des vendeurs ambulants sont présents dans le centre-ville toutes les nuits. Une vente toutefois interdite et dont les conditions d’hygiène laissent à désirer.

Photos:AE-AC/Equinox

“Cerveza, sexy beer”, il n’est pas rare d’entendre ce refrain dans les rues de Barcelone. De nombreux vendeurs ambulants tentent d’alpaguer les passants avec cette phrase pour leur vendre des canettes de bières. Difficile de savoir combien ils sont réellement. La plupart sont originaires du Pakistan et ils travaillent en groupes organisés. On les aperçoit dans la vieille ville autour de la Rambla, toute l’année et dès la tombée de la nuit. Ils restent souvent jusqu’au petit matin, alors que les bars et supermarchés sont fermés, pour le plus grand bonheur de certains Barcelonais et touristes. Durant la haute saison la journée, ils arpentent également les plages. Une canette peut être vendue aux alentours d’un euro, mais le prix varie selon les talents de négociateur du client.

Les vendeurs tiennent parfois dans leurs mains seulement trois ou quatre canettes. Si l’on en souhaite plus, pas de panique, il suffit de demander. L’homme vous dit d’attendre, il disparaît quelques minutes puis revient avec le nombre désiré.

Sur la Rambla, à quelques pas du théâtre du Liceu

 

Ces canettes sont fraîches comme si elles étaient tout juste sorties d’un frigo. Mais en réalité, elles sont stockées le plus souvent dans des bouches d’égouts ou des poubelles, à proximité de l’emplacement des vendeurs. Il suffit de les observer pour comprendre leur fonctionnement.

Des conditions insalubres

La vente ambulante de boissons n’est pas autorisée par la loi. Mais les arrestations ne sont pas systématiques. Bàrbara Soler, la porte-parole de la police municipale, nous explique que “pour détecter, mettre une amende, pénaliser et arrêter les vendeurs, il faut les prendre en flagrant délit de vente, constater un échange d’argent entre un vendeur et un client. Il faut pouvoir prouver qu’il propose des bières à la vente”. Elle ajoute que l’an dernier il y a eu 79.961 sanctions à ce sujet, soit une augmentation de 26% par rapport à 2015. En 2016, 487.428 boissons proposées à la vente ambulante ont été saisies, ce qui représente une hausse de 15% par rapport à 2015.

Un vendeur ambulant qui propose des canettes Plaça Real vient recharger son stock dans la rue Ferran

 

L’été dernier, la Guàrdia Urbana a réalisé plusieurs inspections dans des appartements du quartier de la Barceloneta. Le 27 juillet, la police a ainsi découvert un “appartement sale dans lequel les agents ont trouvé plus de 700 canettes de bière, parmi des vêtements sales, restes de nourriture et insectes (surtout des cafards) dans tout l’appartement (…) des conditions insalubres” a-t-elle informé dans un communiqué. Toutes les boissons ont été “scellées pour prévenir du risque pour la santé des consommateurs”.

Photo: Guàrdia Urbana

 

La police a ensuite réalisé des opérations dans deux autres appartements, confisquant ainsi près de 1.600 canettes de bière stockées dans des conditions tout aussi douteuses.

Un danger de santé publique

Au vu de ces inspections, les normes d’hygiène sont loin d’être respectées. La porte-parole de la Guàrdia Urbana rappelle que “comme la vente ambulante de boissons est illégale, il n’y a aucun contrôle d’hygiène, donc oui on peut affirmer que c’est dangereux pour les consommateurs”.

Place George Orwell dans le quartier gotic, vendredi 22h

 

Cette mauvaise image préoccupe la municipalité et affecte même les marques de bière. En 2012, la mairie de Barcelone et Estrella Damm ont réalisé une campagne de communication afin de sensibiliser les habitants et touristes sur le fait d’acheter des bières à des vendeurs ambulants. Des affiches indiquaient plusieurs messages, tels que “Si tu aimes la bonne bière, ne l’achète pas à des vendeurs ambulants. Elle ne respecte pas les conditions d’hygiène adaptées” ou “Si tu aimes la bonne bière, ne l’achète pas à des vendeurs ambulants. Cela nuit aux bars qui eux doivent payer des impôts”. Outre les conditions d’hygiène douteuses, la vente ambulante ferait également du tort économiquement aux commerçants.

Mais ce type de campagne ne suffit pas à faire baisser les ventes selon le Syndicat de Restauration de Barcelone. Dans un communiqué de septembre dernier, un responsable expliquait “que les vendeurs représentent un problème qui doit être résolu et qui doit être bloqué (…) avec l’action de la Guàrdia Urbana, les campagnes de sensibilisation et la poursuite judiciaire des comportements inciviques”.

En attendant, des milliers de Barcelonais et touristes continuent d’acheter ces bières toutes les nuits, avec une hausse de l’activité notable à l’approche des festivals et de la haute saison.