Search for content, post, videos

Carles Puigdemont envisage d’être candidat aux élections de décembre

carles puigdemont belgique

Il se considère comme président légitime de la Catalogne et souhaite être candidat aux élections catalanes en décembre prochain. Carles Puigdemont a donné ce soir  une interview en français sur la chaîne publique belge RTBF.

Alors que la juge espagnole a confirmé l’émission d’un mandat d’arrêt européen, Carles Puigdemont rappelle sur la tv belge qu’il n’est pas prêt à quitter Bruxelles. Pour lui, il n’a pas fui, il s’est simplement déplacé comme un citoyen européen dans un pays voisin. L’ancien président fait remarquer qu’il est parti en Belgique avant même sa convocation judiciaire et informe qu’il n’a pas l’intention de demander officiellement l’asile politique à Bruxelles.

Carles Puigdemont dit vouloir se livrer “à la vraie justice (de Belgique), mais pas à la justice espagnole” qu’il qualifie de “barbare“. L’ancien locataire de la Generalitat s’appuie sur le fait que ses anciens ministres aient été convoqués devant le tribunal moins de 24h avant leur comparution, ce qui a empêché de préparer leurs défense.

Il n’est pas selon lui “le capitaine qui a abandonné le bateau”, il estime “que c’est une stratégie que le gouvernement légitime de Catalogne soit séparé en deux endroits différents. Un groupe qui devait rester en Catalogne, et un autre qui doit parler au monde entier depuis Bruxelles.”

Puigdemont pourrait faire campagne depuis la Belgique

Le président destitué n’exclue pas de se présenter aux élections catalane du 21 décembre en étant tête de liste, en faisant la campagne éventuellement depuis la Belgique, ce qui est possible dans un système mondialisé. Cependant, malgré sa présence sur le sol belge, il assure ne pas vouloir “belgianiser la politique catalane” et n’avoir pas encore rencontré des responsables belges.

L’ex-président catalan assure être venu pour éviter une vague de violence: “Jamais la violence n’a été une option pour nous“.  “Ce que l’on veut obtenir de l’Espagne, c’est la reconnaissance, le respect.” Si c’était à refaire, il le referait, affirme sans trembler Puigdemont.