Search for content, post, videos

Portrait de femme catalane: Maria Rosa Álvarez

Maria Rosa Álvarez a fondé en 2013 à Barcelone Eventos con Alma, la première agence nationale d’hôtes et d’hôtesses d’accueil employant des trisomiques 21. Une initiative inspirante qui vise à intégrer les personnes atteintes de cette anomalie chromosomique et balaie préjugés et barrières. 

Selon les chiffres officiels, l’Espagne compte plus de trois millions de personnes handicapées, dont 35.000 sont atteintes du syndrome de Down. En dépit des avancées significatives concernant l’inclusion des personnes handicapées ces dernières années, il reste encore beaucoup à faire… Et cela ne se traduit pas seulement par l’application de nouvelles mesures, nous devons également apprendre à transformer le regard que l’on porte sur la personne handicapée.

Prendre conscience de notre diversité, promouvoir l’inclusion active et la pleine participation des personnes handicapées, favoriser la cohabitation et le savoir-vivre entre personnes valides et handicapées : tels sont les objectifs poursuivis par l’entrepreneuse sociale née à Paris, Mª Rosa Álvarez, lors de la création de son agence d’hôtes et d’hôtesses d’accueil en 2013. Rencontre.

Comment est née l’idée de Eventos con Alma?

Ayant exercé pendant de nombreuses années la profession d’hôtesse d’accueil, j’ai ressenti l’envie de créer ma propre agence en 2013 afin de pouvoir travailler avec des personnes atteintes du syndrome de Down. J’ai toujours ressenti une profonde tendresse à leur égard ainsi qu’une véritable admiration car ce sont des personnes qui savent donner avant de recevoir.

Mon agence fournit des services traditionnels aux entreprises pour l’organisation d’évènements, de congrès, de foires, etc., tout en se démarquant par sa vision profondément sociale. J’étais consciente que le fait de travailler avec des personnes handicapées allait supposer davantage d’attention portée à l’humain et une énergie différente. C’est pourquoi j’ai, tout d’abord, axé mes efforts sur la consolidation du projet pendant les premiers mois.

Comment gérer ce double défi : développer son entreprise et intégrer le handicap dans une perspective égalitaire?

Force est de constater que l’entreprise a vu le jour dans des conditions peu favorables : des turbulences personnelles qui ont fait que je me suis retrouvée seule à élever mes deux enfants dans un contexte de crise économique grave et sans aucun capital hormis les 1.000 euros prêtés par un ami pour acheter les premiers uniformes. Mais mon expérience du secteur alliée à une grande force de caractère m’ont permis de persévérer dans mes efforts et de récolter les premiers fruits de mon travail en 2014. Moins d’un an après la création de l’entreprise, j’ai commencé à embaucher les premières personnes handicapées.

Aujourd’hui, l’agence s’est consolidée grâce à la qualité humaine de mon équipe et à notre professionnalisme. Actuellement, nous sommes plus de 30 personnes dont 8 atteintes du syndrome de Down. Nous collaborons avec une cinquantaine d’entreprises et une quinzaine d’entre elles souhaite la participation récurrente de personnes handicapées.

Comment percevez-vous le fait de travailler avec des personnes handicapées? Y a-t-il des différences?

Sincèrement, il y en a très peu… Travailler avec des personnes handicapées équivaut à travailler avec des personnes non handicapées car elles ont de bons et de mauvais jours comme nous tous. Au sein de mon agence, elles ne portent pas l’entière responsabilité lors de l’organisation d’un évènement et font partie d’une équipe supervisée par un coordinateur mais néanmoins, elles accomplissent un grand nombre de tâches et sont très professionnelles.

La seule chose qui diffère un peu, c’est, qu’en tant que référent dans l’entreprise, je me dois de leur consacrer plus de temps pour m’assurer du bon déroulement de l’évènement. Je vérifie, par exemple, avec eux les informations relatives à l’adresse où ils doivent se rendre et le type d’uniforme qu’ils doivent porter.

Mon agence est un véritable havre de paix, familial et professionnel, où tous les employés sont logés à la même enseigne et bien intégrés

Votre entreprise s’apparente à une grande famille…

Oui ! Mon agence est un véritable havre de paix, familial et professionnel, où tous les employés sont logés à la même enseigne et bien intégrés. Je m’y attelle et j’organise, par exemple, des activités en dehors du travail pour consolider les liens entre les membres de l’équipe (excursions, visites de musée, ateliers…).

Comment réagissent vos clients à l’idée de travailler avec des personnes atteintes de ce syndrome?

Tous les clients qui travaillent avec des personnes trisomiques 21 réitèrent cette expérience ! En général, l’idée de travailler avec des personnes handicapées séduit la plupart des clients mais je dois reconnaître que la tâche est plus aisée avec ceux qui ont déjà sollicité mes services. Les nouveaux clients sont plus réticents et plus méfiants car ils méconnaissent les capacités et les compétences des personnes handicapées.

Par ailleurs, ils subissent eux-mêmes beaucoup de pression au sein de leur propre entreprise et sont un peu frileux à l’idée de s’entourer de personnes trisomiques 21 pour l’organisation d’un évènement corporatif. L’ignorance et la désinformation sont bien souvent les seuls maux qui entravent le règne de la tolérance. Mais je reste optimiste et je ferai tout mon possible pour que perdure cette aventure personnelle et professionnelle unique.

Être socialement responsable signifie se soucier de sa croissance, de sa rentabilité et de sa compétitivité mais aussi des impacts sociaux, environnementaux ou économiques, actuels et futurs

La Responsabilité Sociale Corporative est un «concept dans lequel les entreprises intègrent les préoccupations sociales, environnementales, et économiques dans leurs activités et dans leurs interactions avec les parties prenantes sur une base volontaire». Pourquoi l’intégrer dans votre stratégie d’entreprise ?

Être socialement responsable signifie se soucier de sa croissance, de sa rentabilité et de sa compétitivité mais aussi des impacts sociaux, environnementaux ou économiques, actuels et futurs. Généralement, le choix d’intégrer des objectifs sociaux permet à l’entreprise d’inspirer confiance et d’améliorer son image et sa réputation sur le marché.

Dans mon cas, il était inconcevable d’initier ce projet entrepreneurial sans responsabilité sociale. Eventos con Alma perdrait son âme et n’aurait aucun sens sans transparence, sans principes éthiques et sans pratiques sociales.

L’important est de pouvoir s’identifier à une cause et d’apporter son grain de sable à l’édifice

Ces pratiques sont liées à l’innovation sociale qui s’inscrit dans une tendance à l’individuation caractérisée par un désir de réalisation et une quête de bonheur. L’égoïsme sain est donc une forme d’altruisme…

C’est indéniable ! Je me sens bien en faisant ce que je fais. Si cela n’était pas le cas, je ne continuerais pas. Définir ses passions au travers d’un projet de vie global et agir avec cohérence et respect favorisent l’émergence de la solidarité et de l’altruisme.

Ce sont les personnes, et non les entreprises, qui apportent plus de conscience, de tolérance et de responsabilité. L’important est de pouvoir s’identifier à une cause et d’apporter son grain de sable à l’édifice. Et apprendre à agir à partir de l’âme individuelle pour atteindre l’âme universelle.

Vous avez également créé l’association à but non lucratif, Alma Solidaria, qui met en œuvre des projets humanitaires.

Effectivement, l’association me permet de développer différentes actions afin de venir en aide aux personnes handicapées et aux populations défavorisées. Je pars dans un mois en Gambie afin d’apporter du matériel destiné aux hôpitaux et aux écoles ainsi que des vivres pour les enfants souffrant de malnutrition. Nous avons besoin de vous pour créer cette grande chaîne humaine de solidarité !