Search for content, post, videos

Le milieu économique catalan demande au président Quim Torra d’arrêter la confrontation

Le changement de gouvernement pourrait être synonyme de nouvelles relations avec le monde économique catalan.

La réaction des grandes entreprises, qui ont annoncé le changement de leur domiciliation fiscale en vue de la déclaration d’indépendance, a été un cauchemar pour Carles Puigdemont et son gouvernement. Profitant du changement de gouvernement et de l’arrivée du président Quim Torra au Palau de la Generalitat, les secteurs économiques catalans demandent de sortir le drapeau blanc. Les syndicats patronaux, comme les salariés, demandent au chef du nouvel exécutif catalan « entente et concorde » avec le gouvernement central espagnol. Les syndicats des travailleurs  signalent « une opportunité unique pour mettre fin aux politiques de blocs et de confrontations”

Le président de la Chambre de Commerce d’Espagne et PDG de la marque de cava Freixenet, José Luis Bonet, appelle à la responsabilité de tous les groupes parlementaires pour établir un dialogue constructif, au bénéfice des citoyens et de son tissu productif.”

Après avoir félicité Quim Torra pour son investiture, José Luis Bonet demande “un gouvernement stable, prévisible qui met en place des politiques à moyen et long terme”.  Le secteurs patronaux sont fatigués des scrutins électoraux estimant que “c’est une anomalie que la Catalogne ait célébré quatre élections législatives régionales au cours de ces dix dernières années”.

Un avertissement à Carles Puigdemont qui souhaite que Quim Torra dissolve le Parlement catalan en octobre prochain pour forcer de nouvelles élections, qui auraient lieu en même temps que le procès historique qui attend les responsables indépendantistes ayant proclamé l’indépendance.

Un nouveau gouvernement “business friendly”

Lors de la précédente législature, en plus de la déclaration d’indépendance, le courant n’était pas spécialement bien passé entre les acteurs financiers et le ministre de l’économie Oriol Junqueras. Le républicain de gauche était accusé de double langage permanent, se montrant conciliant avec les entreprises le matin et très véhément contre le monde économique l’après-midi.

Malgré un discours de rupture entre la Catalogne et l’Espagne que porte Quim Torra et qui exaspère les acteurs économiques, le nouveau gouvernement semble  “business friendly”. La ministre des Entreprises sera Elsa Artadi. Proche d’Artur Mas et de son ministre de l’Économie le très apprécié par le monde des affaires Andreu Mas-Colell, elle possède un doctorat obtenu à l’université d’Harvard qui devrait rassurer les secteurs financiers. Le nouveau ministre de l’Économie Pere Aragones lui aussi sort d’Harvard et est un spécialiste des questions économiques.