Search for content, post, videos

Vous pouvez recevoir une fausse convocation au Tribunal de Barcelone

Vous n’avez rien à vous reprocher et pourtant en allant relever votre courrier, vous avez la surprise de recevoir une citation à comparaître dans un tribunal de Barcelone.

Le document déposé dans votre boite aux lettres stipule que vous devez passer devant un juge de Barcelone et que vous avez la possibilité de vous défendre avec un avocat de votre choix. A votre grande surprise, le document vous informe qu’une plainte a été déposée contre votre personne pour avoir supposément participé à une manifestation publique contre la monarchie et que vous avez proféré des insultes sur les réseaux sociaux contre le chef de l’État espagnol.

Vous avez entre les mains, non pas une citation judiciaire valide, mais un faux document imprimé par l’association ultra-indépendantiste Òmnium Cultural.

Opération coup de poing

Depuis hier, Òmnium a envoyé un demi-million de courriers de ce type à travers la Catalogne afin d’attirer l’attention des citoyens sur ce qu’elle considère comme des actions répressives de l’Espagne. L’association estime que l’Etat viole systématiquement les droits et les libertés basiques. Òmnium mène cette campagne au goût douteux après la condamnation du rappeur Valtonyc à une peine de prison ferme suite à une chanson incitant à la haine contre le roi Felipe VI. Òmnium rappelle que le rappeur César Strawberry et les journalistes Cristina Fallarás et Mercè Alcocer sont également poursuivis pour incitation à la haine contre la Couronne.

Bien sûr selon l’association, cette opération coup de poing est aussi liée à l’incarcération du propre président de l’entité Jordi Cuixart, suite à une manifestation indépendantiste le 20 septembre dernier pendant que la police perquisitionnait le ministère catalan de l’Économie.

Le but de la distribution des fausses citations à comparaître s’inscrit dans le cadre de la campagne “demain ça peut être toi”.  Dans une vidéo diffusée en marge de l’envoi des courriers, le message est clair : cette fois-ci c’est une blague d’Òmnium, la prochaine fois ça sera une vraie citation de l’État, que chacun est susceptible de recevoir, nul n’étant à l’abri selon les indépendantistes.