Search for content, post, videos

Les taxis menacent de bloquer la frontière franco-espagnole

Pour s’opposer aux VTC, plus de 1.700 taxis bloquent la Gran Vía et une partie du Passeig de Gràcia à Barcelone depuis vendredi. La crise prend de l’ampleur puisque les chauffeurs menacent de s’en prendre à la frontière France-Espagne et au port de Barcelone.

La guerre des taxis contre Cabify et Uber continue. Au cours de ces dernières années, les chauffeurs de taxis n’ont jamais caché leur mécontentement envers les applications qui proposent des véhicules avec chauffeurs aux particuliers. Ils considèrent que les VTC représentent une concurrence déloyale. Si plusieurs grèves et manifestations avaient déjà eu lieu, celles de la semaine dernière marquent un réel tournant.

Tout commence mercredi 25 juillet. À Barcelone, les chauffeurs sont appelés à faire grève pendant deux jours pour protester contre le gouvernement espagnol qui a décidé de suspendre et même de déposer un recours contre la décision de l’Aire Métropolitaine de Barcelone. Cette dernière limitait le ratio maximum de VTC à un VTC pour 30 taxis. Afin de protéger cette limitation, les principaux syndicats de chauffeurs de taxis à Barcelone comme Élite Taxi ou le Syndicat des Taxis de Catalogne ont convoqué une grève, à laquelle s’est ajoutée une manifestation jugée “historique”, avec des milliers de participants.

Violence et blocage

Pendant la manifestation, des chauffeurs de taxis s’en sont pris à des voitures VTC. Plusieurs vidéos témoignaient de la violence et des agressions dont ont été victimes les chauffeurs Cabify ou Uber et leurs passagers. Les applications avaient même suspendu temporairement leur activité pour ne pas mettre en danger leurs employés et clients. Toutefois vendredi soir, un groupe de chauffeurs de taxis a retourné une véhicule VTC dans le parking T1 de l’aéroport Barcelone-El Prat. 14 personnes ont été arrêtées par la police dans l’aéroport, avant d’être remises en liberté selon le syndicat Élite Taxi.

En parallèle depuis vendredi, plus de 1.700 taxis bloquent la Gran Via à Barcelone. La circulation est coupée au niveau de cet axe majeur de la ville mais aussi sur une partie du Passeig de Gràcia. Une perturbation qui n’est pas conséquence. L’aerobus, la navette qui lie l’aéroport au centre-ville, dessert actuellement seulement la plaça Espanya et non la plaça Catalunya. Plusieurs restaurateurs se plaignent des centaines de réservations qui ont été annulées en raison du manque de taxis.

La protestation s’est même étendue à toute l’Espagne depuis quelques jours, avec notamment des grèves et manifestations à Madrid. Suite à une assemblée qui a eu lieu hier matin avec les principales associations du pays, le secteur a annoncé que la grève était indéfinie jusqu’à ce que le ministère des Transports espagnol réponde à ses attentes. Il a annoncé être prêt à tout, même à une grève de la faim. Le ministère des Transports se réunit aujourd’hui avec des représentants de taxis. Si à l’issue de cette réunion le gouvernement n’accepte pas un changement de la loi et un transfert des compétences aux communautés autonomes, les chauffeurs iront plus loin. Il se disent prêts à bloquer la frontière franco-espagnole grâce à la collaboration des chauffeurs routiers, ainsi que le port de Barcelone.

Soutenez Equinox, média libre

Totalement indépendant, Equinox tire l’essentiel de ses revenus des publicités d’annonceurs privés.

Basé en Catalogne et édité en français, Equinox ne peut prétendre ni aux aides à la presse catalanes ni aux aides à la presse françaises. Les premières étant réservées aux médias de langue catalane, les secondes aux médias du territoire français

Sponsoriser Equinox à titre personnel, c’est donc permettre à notre rédaction d’assurer son indépendance et sa continuité.

A quoi servent vos dons ?

✅ A offrir une information de qualité en ayant le temps de bien la fouiller
✅ A recruter davantage de collaborateurs pour vous offrir des reportages, infos pratiques, bons plans, podcasts et contenus inédits et pertinents
Pour devenir donateur, cliquez ici. Merci.