Search for content, post, videos

Manuel Valls à la recherche de financements (et d’un local) à Barcelone

Deux semaines après l’annonce officielle de sa candidature, Manuel Valls s’active pour trouver des fonds et structurer sa plateforme. 

Les réunions de la petite équipe de Barcelona Capital Europea, le projet municipal de Manuel Valls, se déroulent encore aux quatre coins de la ville, selon les disponibilités et les participants. “Nous recherchons activement un siège depuis plusieurs semaines, confie l’un de ses conseillers, en attendant nous nous voyons dans différents endroits, et parfois c’est chez moi” .

Pas de site Internet non plus. Mais l’association Barcelona Capital Europea a bien été créé le 4 septembre dernier, avec l’adresse d’une entreprise de domiciliation. Des comptes bancaires ont également été ouverts à la Caixa et à la Santander, prêts à recevoir des donations. Car si Manuel Valls compte déjà sur le soutien de plusieurs grandes fortunes, et notamment celle de l’entrepreneur Félix Revuelta, l’un des hommes les plus riches d’Espagne, il lui en faudra bien plus pour financer son rêve municipal.

Une campagne 2.0

Le pure player VozPopuli a révélé cette semaine qu’une campagne de dons avait été lancée dans les milieux économiques favorables à l’unité de l’Espagne et que Manuel Valls s’était récemment rendu à Madrid pour y chercher des soutiens financiers.

Cet été, il avait aussi effectué de longs séjours à Marbella, la station balnéaire préférée de la jet-set espagnole. Objectif : récolter les deux millions d’euros qui permettront de couvrir les frais de campagne, le local et les salariés. “Il veut faire une campagne à la Podemos, elle-même inspirée de celle de Barak Obama, c’est-à-dire en investissant beaucoup sur les réseaux sociaux” assure un soutien madrilène du Français.

L’appel aux dons diffusé pour soutenir la candidature Valls

 

Sur le plan politique aussi, tout reste à faire. Manuel Valls négocie encore le soutien d’autres partis, ou du moins de personnalités issues de grandes formations catalanes, élabore sa liste, définit le rôle qu’aura Ciudadanos dans sa plateforme. Et puis il faut aussi penser à se faire connaître des Barcelonais. Alors il multiplie les interviews et sortira fin octobre un livre intitulé Barcelona vuelvo a casa (“Barcelone je rentre à la maison”) dans lequel il raconte “son lien intime et vital à la ville”.

Si l’annonce de la candidature de Manuel Valls a réussi à bouleverser le paysage politique local, le pari reste osé pour celui qui vient tout juste de s’installer à Barcelone. Fin septembre, l’émission satirique de la télévision catalane Polonia le caricaturait en Bonaparte autoritaire et élitiste au très fort accent français.

Hier le célèbre homme d’affaires Luis Conde, l’un des premiers soutiens de Manuel Valls à Barcelone, reconnaissait sur Radio Cope que ce serait “difficile, mais possible”.