Search for content, post, videos

REPORTAGE – Ces couples français qui n’ont pas survécu à l’expatriation à Barcelone

Pour vivre une nouvelle aventure à deux, Barcelone semble être la ville idéale. Si certains couples coulent des jours heureux, pour d’autres l’expatriation devient une épreuve. Témoignages.

Pour s’installer à Barcelone, les Français arrivent seuls, à deux ou en famille. Pour un couple, les motivations sont variées: envie de vivre au soleil, opportunité de travail ou casser la routine habituelle. “J’ai vécu l’enfer” raconte Florence. Cette Française de 53 ans est arrivée à Barcelone il y a plus de vingt ans, avec son compagnon allemand. Ils étaient en couple depuis sept ans et avaient une fille de quatre ans. “Nous vivions en Allemagne, nous sommes venus ici pour qu’il fasse un doctorat à Terrassa, j’ai dû quitter mon emploi. Il est parti s’installer trois mois avant et quand il est revenu pour notre mariage en France, il avait changé. Une fois réunis à Barcelone, c’était terrible. Il rentrait toujours très tard le soir. Je suis arrivée en avril et en août il est parti avec une autre femme en vacances” confie Florence.

Elle ajoute que leur couple avait déjà des problèmes avant de venir, mais le changement de situation a tout aggravé. “Nous avons divorcé et j‘ai pris un appartement avec ma fille à Barcelone. Je me suis battue comme j’ai pu, ça a été très difficile, j’ai donné des cours d’allemand avant de trouver du travail dans ma profession.” conclut-elle.

Des histoires comme celle de Florence, Beatriz Carro de Prada en entend parfois, à travers sa société de relocation BRS. Cette experte dans le processus de réinstallation côtoie, au quotidien et depuis des années, des couples et familles qui s’installent dans la capitale catalane. “Les motifs de séparation sont souvent variés et personnels. Par exemple, nous avons plusieurs cas de figure où le mari n’est pas souvent là, les enfants sont grands, la femme ne travaille pas et elle se sent seule. La distance est aussi un facteur incontestable, il arrive que l’un des conjoints parte sans l’autre. Pour certains couples, le fait de ne pas vivre dans la même ville sera difficile à surmonter.” explique-t-elle.

Sauver son couple

Déménager dans la capitale catalane est synonyme d’un environnement différent, mais aussi d’un changement au niveau linguistique, culturel et personnel. “Il y a parfois des couples qui battent de l’aile, mais qui pensent qu’un déménagement pourra tout arranger confie Beatriz Carro de Prada. Oui Barcelone est une ville fantastique mais ce n’est pas la ville qui fait le couple. Parfois, nous voyons des situations où le mari donne tout, il paie la plus belle maison, il nous demande de rendre sa femme la plus heureuse possible, on entend aussi qu’il faut déstresser le mari.”

Donner un nouvel essor à son couple, c’est ce qu’espérait Sophie en arrivant à Barcelone il y a un an et demi. “On a cru à une nouvelle énergie en s’expatriant, nous étions ensemble depuis huit ans. Mon compagnon a décroché un emploi, je suis arrivée à Barcelone un an après lui avec notre fille de trois ans et demi. raconte-t-elle. J’ai fait le choix très difficile de privilégier le regroupement familial et de quitter mon emploi que j’adorais à Cannes. Finalement, le changement de vie et la perte de mon emploi et de mon environnement social a précipité notre chute.” conclue-t-elle.

L’expatriation implique un tel changement qu’il s’avère parfois effrayant, comme ce fut le cas pour l’ancien petit ami de Manon. “Nous étions en couple depuis quatre ans, nous vivions à Paris, nous étions très amoureux et fusionnels. Lui étant espagnol, nous avions le projet de nous installer à Barcelone. Je suis partie avant lui en raison d’une opportunité d’emploi, mais il n’est jamais venu. C’était en septembre, quand on s’est revus à Noël, il a dit qu’il voulait rompre. Je pense qu’il ne s’est jamais avoué qu’il ne voulait pas rentrer chez lui.” confie-t-elle.

Pour notre experte en relocation, il est indispensable que chacun ait un objectif personnel en s’installant à Barcelone. “Ça peut être un travail, l’apprentissage d’une langue ou la pratique d’une activité, dans le cas contraire, l’un des deux peut se sentir frustré.” précise Beatriz Carro de Prada qui ajoute qu‘”heureusement il y aussi des couples épanouis pour qui l’expatriation est une réussite.”


Message de la Rédaction d’Equinox

Vous êtes chaque mois plus nombreux à nous lire ou nous écouter, merci!

Nous souhaitons que tous nos articles et podcasts restent gratuits et accessibles à tous, tout en gardant notre totale liberté éditoriale. Mais l’information de qualité et de terrain a un coût. Or Equinox est une structure complètement indépendante, qui n’appartient ni à un millionnaire, ni à un groupe industriel, ni à un parti politique, ni à des actionnaires.

Votre soutien est donc précieux. Pour devenir donateur dès 5€, cliquez ici.