Search for content, post, videos

A Barcelone, des entrepreneurs français actifs et solidaires

sortir a barcelone

La communauté francophone de Barcelone a mis en place de nombreux clubs et mécanismes d’entraide pour encourager l’entrepreneuriat.

Photo:Cathy Event/Club des Entrepreneuse Espagne

Après quatre ans d’expatriation à Dubaï, Mélanie Laanait a débarqué juillet 2016 à Barcelone. Déjà créatrice de sites web, elle a rapidement repris son activité dans la capitale catalane. “J’ai connu mes premiers clients via l’école française de mes enfants, raconte-t-elle, puis à travers d’autres personnes rencontrées aux Cafés-Croissants, des rendez-vous francophones mensuels organisés pour les expatriés”. La communauté française a été un véritable vivier de clients pour Mélanie Lannait mais aussi un réseau fiable sur lequel s’appuyer pour recevoir de précieux conseils. “Les entrepreneurs expatriés sont bienveillants, s’ils peuvent t’aider, ils n’hésitent pas à le faire” poursuit-elle.

Une analyse partagée par Emmanuel Deleau, créateur de La Peña, un club d’entrepreneurs français créé de manière informelle en 2008 et structuré en Business Club depuis 2015. “C’est le club que j’aurais aimé trouver en arrivant à Barcelone il y a 12 ans mais qui n’existait pas, se souvient-il, l’idée est de se retrouver entre entrepreneurs pour échanger, s’entraider et se remonter le moral parfois”. La solitude du chef d’entreprise est souvent évoquée. “Que l’on soit à la tête d’une société de 200 salariés ou freelance, au moment de la prise de décision, on est seul, et en parler avec d’autres, ça fait du bien et ça rassure” poursuit le Peñista.

© La Peña des Entrepreneurs

Les rencontres bimensuelles créent de solides liens entre les membres qui n’hésitent pas à collaborer ou à se recommander les uns les autres. Les plus anciens conseillent les nouveaux arrivants, les plus ancrés dans le tissu local ouvrent leur carnet d’adresses. Pour Emmanuel Deleau, le club crée un “écosystème de confiance, et la solidarité en est un pilier fondateur”.

De plus en plus d’initiatives francophones

Le cercle français constitue un noyau particulier, privilégié par les expatriés, au-delà d’une langue commune. “Nous avons souvent des façons similaires de travailler alors les choses se font plus vite, plus simplement” confie Mélanie Laanait.

Or la communauté française augmente à Barcelone, et surtout elle évolue. Les salariés envoyés par leurs entreprises se font rares et de plus en plus d’expatriés choisissent Barcelone pour lancer leur propre business. C’est le cas d’Isabelle Lamblin-Burguet. Arrivée à Barcelone en 2016, cette ancienne responsable marketing a cofondé en 2017 une agence de voyage spécialisée en tourisme familial. “J’ai tout de suite constaté une plus grande solidarité dans la communauté française de Barcelone qu’en France, raconte-t-elle, la notion de synergie est plus forte que celle de la concurrence”. Avec une autre créatrice d’entreprise française, elle décide début 2018 de lancer des rencontres d’entrepreneuses francophones :“il n’existait pas de club féminin, et c’est une manière différente de voir l’entrepreneuriat, c’est complémentaire aux autres initiatives“.

D’ailleurs, nombreux sont ceux qui butinent d’un club à l’autre, s’affilient aussi à des structures plus importantes comme la Chambre de Commerce française et s’ouvrent aux multiples initiatives locales. Mais pour beaucoup, la communauté francophone reste le refuge privilégié en cas de doute ou de coup dur. Un réflexe d’expatrié sans doute, entrepreneur ou pas.