Search for content, post, videos

Paule Celma, première femme présidente de la CCI française à Barcelone

Élue en juillet 2018 à la tête de la Chambre de Commerce française, Paule Celma déroule une carrière professionnelle sans accroc entre la France et l’Espagne. Rencontre.

Dans la salle de réunion de la CCI avec vue sur la Place Catalunya, Paule Celma revient sur un parcours fait de rencontres et d’opportunités, qui l’a menée du Maghreb à Paris, puis de Paris à Barcelone. “Je suis née à Tlemcen en Algérie où mes parents travaillaient à l’époque, ils sont rentrés à Paris un an après ma naissance” raconte l’élégante Française, s’amusant d’être originaire de la même ville que Patrick Bruel.

La jeune Paule grandit à Paris, obtient un diplôme de pharmacie puis d’études ibériques. Elle rencontre son futur mari, originaire de Saragosse, et tous deux décident de s’installer à Barcelone. La jeune femme a alors 22 ans. “J’ai cherché du travail ici et j’ai trouvé dans un groupe international belge, Umicore, où j’allais finalement rester toute ma carrière” se souvient-elle. Elle se spécialise dans le zinc, qu’elle contribuera à implanter en Espagne dès la fertile année 1992, période de construction intense entre les Jeux Olympiques de Barcelone et l’Exposition universelle de Séville.

Paule Celma gravit les échelons tout en fondant une famille. Elle attendra que sa fille sorte de l’adolescence pour accepter des postes qui l’obligeraient à voyager. “Il faut reconnaître que l’éducation à la française responsabilise beaucoup plus vite les enfants, glisse-t-elle, le fait d’être au Lycée français et d’avoir une mère française a rendu ma fille plus autonome que les enfants espagnols au même âge”. 

En 2008, on lui propose de devenir responsable de communication du groupe, à Paris. Un retour aux sources qu’elle appréciera durant quatre ans, avant de revenir dans la capitale catalane. “J’ai beaucoup aimé cette expérience parisienne, raconte-t-elle, mais j’étais aussi heureuse de rentrer à Barcelone”. Paule Celma devient alors responsable des régions Europe du Sud et Asie de l’Ouest pour VMZinc, la filière Umicore rachetée depuis par le groupe Fedrus International.

“On ne devrait pas faire de différence selon le genre”

Elle intègre parallèlement le Conseil d’administration de la Chambre de commerce française de Barcelone et en devient présidente l’été dernier. “La Chambre me tient beaucoup à cœur, et j’ai toujours dis que j’étais à sa disposition si on avait besoin de moi, alors c’est vraiment un honneur de la présider, et d’en être la première femme présidente en 135 ans” insiste-elle.

Durant sa longue carrière dans le secteur industriel, Paule Celma assure n’avoir jamais été victime de comportements machistes. Mais cette grande lectrice, fan de théâtre et de cinéma, aspire encore à un monde du travail plus égalitaire. “Je ne suis pas féministe, je n’aime pas ce terme, je suis une femme, je suis pour la parité, l’égalité des salaires, pour que l’on n’ait pas à faire de différences selon les genres, explique-t-elle, et il y a encore beaucoup de travail à faire auprès des dirigeants mais aussi des femmes elles-mêmes qui se limitent ou freinent l’évolution d’autres femmes”.

Se défendant d’être un étendard de la cause féminine, la nouvelle présidente de la Chambre du Commerce espère cependant que son exemple pourra inspirer d’autres femmes et “faire changer les mentalités”.

Aurélie Chamerois