5 lieux abandonnés aux histoires mystérieuses à Barcelone

par Joséphine Pelois

Barcelone et ses environs cachent des lieux abandonnés aux histoires mystérieuses et secrètes. Pour ceux qui aiment se faire peur et les ambiances dérangeantes, voici une sélection de 5 endroits désaffectés au passé obscur.

Le parc aquatique Paradise Sitges

A Sitges se cache un mystérieux parc aquatique abandonné. Construit au début des années 90, l’Aquatic Paradis ferme au bout de deux étés, croulant sous les dettes. Très vite, il fait l’objet de légendes urbaines attribuant sa fermeture à une sordide histoire d’enfant aspiré par les moteurs d’une piscine. Le site désaffecté devient alors le terrain de jeux de skatteurs, tagueurs, artistes, musiciens et même photographes de mode.

Depuis, le propriétaire du lieu a signé un accord avec les Mossos d’Esquadra pour interdire toute entrée. La police de Sitges s’entrainerait régulièrement dans le parc et des projets de réhabilitation ont même été envisagés, comme la création d’un parc des Arts. La crise économique a balayée cette idée, laissant pour l’instant le parc aquatique en friche.

Le Casino de l’Arrabassada

Aujourd’hui, il ne reste rien du Casino de l’Arrabassada à part des vestiges de murs et de colonnes, des salles à moitié détruites, et des sculptures cachées par la végétation. Pourtant, le Casino, qui a ouvert en 1899, fut le lieu de divertissement de toute la bourgeoisie catalane du XXe siècle. C’était une propriété luxueuse comprenant un hôtel, un restaurant de chefs parisiens, un orchestre, des jardins à la végétation exotique et même un parc d’attraction. Le Casino était très réputé, il attirait les hommes les plus riches qui venaient y dépenser toute leur fortune. Une légende raconte même qu’une salle était réservé aux suicides de ceux qui avaient tout perdu au jeu.

À partir de 1912, les jeux d’argent sont interdits en Espagne. Le casino perd peu à peu ses clients et ferme en 1930. Pendant la guerre civile, les bâtiments sont réquisitionnés, puis détruits en 1940. Actuellement, les ruines du Casino sont protégées légalement comme élément du patrimoine artistique et historique catalan.

La station thermale La Puda de Montserrat

Les ruines de la station thermale La Puda de Montserrat, au bord de la rivière Llobregat, témoignent de son passé. Construit au début du XXe siècle, après la découverte des bienfaits de l’eau thermale pour la santé, le lieu est rapidement détruit par des inondations. En 1845, les thermes sont reconstruites et accueillent également un asile. Reprises par une nouvelle société, les thermes connaissent tout à coup un succès fou. Toute la bourgeoisie barcelonaise de l’époque y était soignée. La reine Isabel II d’Espagne aurait même fait partie de la clientèle. Finalement, les thermes sont laissées à l’abandon après une nouvelle inondation en 1958. Depuis, elles ont été le théâtre de tournage de clip musicaux et de raves parties.

La discothèque Pont Aeri

La ville de Manresa, à deux heures de route de Barcelone, abrite une discothèque abandonnée. Ouverte seulement pendant un an, Pont Aeri a tout de même marqué les esprits. Le lieu était reconnu pour sa musique hardcore venue des Pays-bas. La majorité de ses clients était des skinheads, des jeunes parfois violents. À l’époque, la mairie et des associations de voisins se sont réunis pour faire fermer la discothèque. Aujourd’hui les lieux sont vides. Les meubles et les cloisons intérieures ont disparues. L’accès est facile. De nombreux clients du Pont Aeri y sont d’ailleurs revenus, écrivant sur les murs les souvenirs de leurs folles nuits.

L’hôtel Colonia Puig

L’Hotel Colonia Puig accueillait, au début du XXe siècle, les touristes et les pèlerins qui visitaient le monastère de Montserrat. Il célébrait aussi des mariages et des baptêmes dans un environnement féerique et calme. Pendant la guerre civile, il est réquisitionné par le camp des républicains pour devenir un « hospital de sangre » c’est-à-dire un hôpital de fortune servant à soigner les blessés lors des affrontements. Après la guerre, il redevient un hôtel, mais ferme vite ses portes dans les années 90, les clients n’étant plus au rendez-vous. Aujourd’hui c’est un édifice en ruine, où règne une atmosphère dérangeante, témoignant de son passé.

Recommandés pour vous

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales