Joaquim Forn, maire de Barcelone : un long chemin vers la liberté

par Christelle Dauvergne

A l’occasion des élections municipales, Equinox publie des tribunes libres de français de Barcelone.

Tribune libre de Christelle Dauvergne, traductrice à Barcelone. 

Barcelone la rebelle, la séditieuse et l’agitatrice ne déroge jamais à la règle lorsqu’il est question de défendre les droits et les libertés et d’écrire une nouvelle page de l’histoire municipale. La voix de Joaquim Forn i Chiariello, candidat à la mairie de Barcelone, perce les barreaux de la prison de Soto del Real et trouve son écho grâce à l’équipe talentueuse, expérimentée et engagée dont il s’est entouré pour défendre le projet le plus ambitieux et novateur pour la ville de Barcelone, loin des clichés et des débats creux et opportunistes.

Barcelone est la ville de toutes et tous, Barcelone est plurielle et Barcelone s’engage pour les vingt prochaines années. Pour relever ce défi, Joaquim Forn est le seul candidat capable de changer la donne et ainsi rompre avec les pratiques de la précédente équipe municipale en matière d’écologie, de commerce, de logement et d’habitat, de sécurité et de vivre-ensemble. Joaquim Forn est un homme lucide, mû par un engagement qui fait pâlir tous ses adversaires. Il connaît Barcelone et il le prouve. Il y est né, il y vit, il en a arpenté toutes les rues, il en connaît les points forts et les points faibles, il y a travaillé sans relâche depuis 1999, date de sa première élection au conseil municipal. Depuis lors, il s’est imposé comme l’un des acteurs incontournables de l’équipe municipale et c’est grâce à ses compétences et à sa connaissance pointue de la ville que Xavier Trias le choisit, en 2011, comme premier adjoint chargé de la présidence, de la gouvernance, de la sécurité et de la mobilité. Une mandature au cours de laquelle il est aussi le porte-parole de la mairie de Barcelone. Joaquim Forn n’a jamais défailli, il n’a jamais trahi les siens et il est à jamais le fidèle serviteur d’une ville qu’il porte en lui et dans son cœur. La loyauté, la fidélité, l’engagement et la droiture sont à mon sens les seules valeurs qui redonneront ses lettres de noblesse à la politique, qui plus est quand l’époque est incertaine, quand tout vacille et quand l’invective, la lâcheté, l’opportunisme et le piétinement incessant des fondements mêmes de tout gouvernement démocratique semblent ravir les pires pourfendeurs de notre chère démocratie.

Le projet de Joaquim Forn « Barcelone al centre de tot » (Barcelone au centre de tout) séduit par sa justesse, son réalisme et son ambition. Ce projet politique et municipal au long cours est l’opportunité unique de renouer avec l’enchantement, l’ouverture et le dialogue dans une ville blasée par trop d’injustice, d’inégalités et d’absence de vision à long terme. Son projet est celui d’une Barcelone ouverte, cosmopolite, ambitieuse, joyeuse, innovante, confiante, courageuse, solidaire, humaine, écologique et durable. Ces qualificatifs ne sont pas de simples mots jetés ici et là pour séduire ou aveugler l’électeur encore indécis, ils sont au cœur même du projet transversal et pluriel pensé et mûri par un homme déterminé qui connaît Barcelone comme sa poche, l’aime et s’engage aux côtés de ses habitants et de ses 73 quartiers.

Le projet « Barcelone au centre de tout » mise sur la prospective, l’écoute, le dialogue, l’innovation, l’audace et l’engagement. Un projet où l’humain et l’écologie retrouvent enfin la place qui leur revient de droit dans toute ville qui regarde vers l’avenir et privilégie le bien vivre. Ce projet municipal est l’occasion rêvée d’allier savamment vie citadine et ville humaine pour que Barcelone devienne une ville de vie, écologique, durable, habitable et efficiente où l’accent est mis sur la mobilité interurbaine et l’autosuffisance. La ville doit rompre avec l’asphalte, respirer et s’ouvrir sur la montagne. Entre autres projets, il est prévu de limiter les voitures en surface, de récupérer les espaces verts et d’encourager la révolution énergétique grâce à un plan de production d’énergie qui permettra, à terme, de faire de Barcelone une ville autosuffisante.

Le logement est une des autres grandes préoccupations des Barcelonaises et des Barcelonais que l’on a floués et maltraités au cours de la dernière mandature. L’heure est donc venue de rompre avec la spéculation foncière en créant une véritable politique durable en matière d’habitat et de logements sociaux. Le projet « Barcelone au centre de tout » remet la question du logement au cœur de la politique de la ville pour en finir avec la spéculation et permettre à toutes et à tous d’accéder à un logement digne.

Le commerce et les entreprises sont également au cœur du projet « Barcelone au centre de tout » avec, notamment, la création d’un espace de dialogue et de mise en œuvre de politiques commerciales afin d’encourager les échanges, rétablir la confiance, promouvoir l’activité économique, préserver les petits commerces et faciliter les démarches administratives auprès de la municipalité.
La technologie, la transformation numérique, la recherche et l’innovation, le transfert des connaissances et le tourisme choisi sont autant de propositions sérieuses et réalistes auxquelles je souscris pleinement.

Joaquim Forn a su s’entourer d’une équipe paritaire (21 femmes et 20 hommes) engagée dans cette aventure unique et vibrante pour que Barcelone, capitale de la Catalogne, ville européenne et mondiale, s’inscrive durablement dans l’histoire et rime avec rêve, confiance, écoute, dialogue et liberté.
Elsa Artadi est la numéro deux de cette liste. Brillante, rigoureuse, compétente, audacieuse et talentueuse, elle s’est engagée dans cette aventure et dit sans ambages : « Je serai là où Joaquim Forn ne peut pas être ». Elle est la voix libre d’une démocratie qu’on emprisonne mais qu’aucun juge ne pourra réduire au silence. Cette liste est celle de l’égalité, de la liberté d’expression, de la liberté d’éligibilité, de la liberté de vote et de la liberté de pensée.
Liberté, sept lettres déclinées à l’envi par une équipe et un candidat qui sait mieux que quiconque ce que représente le droit inaliénable de tout citoyen de vivre et de s’épanouir dans une ville où les libertés et les droits de toutes et de tous seront scrupuleusement respectés.
Les plus grandes victoires sont celles d’hommes et de femmes qui font passer l’intérêt général avant leur propre intérêt. Cette candidature n’est pas celle de l’opportunisme ou du passé, elle est celle de l’avenir avec un A. Elle est plurielle, fière, noble, digne et solennelle. Cette candidature replace l’humain dans la ville et Joaquim Forn affronte l’adversité sans jamais renoncer à la liberté de ses actes, de ses choix et de sa parole. La dignité de l’homme privé de sa liberté n’a d’égal que la naïveté de ses adversaires.

En lisant le livre Escrits de presó, j’ai été frappée par la force vive et digne, l’humilité, le respect, la fidélité, l’engagement et la pudeur de Joaquim Forn. Son témoignage bouleverse autant qu’il indigne face à tant d’injustice. L’enfermement n’a pas anéanti la force de cet homme qui maintient intacte sa volonté de transformer durablement la ville de Barcelone. La prison a renforcé ses convictions, tout en le rendant plus perméable au monde extérieur dans la mesure où elle est un apprentissage de tolérance, de patience et d’humilité. Son expérience contrainte et douloureuse à Soto del Real donne à sa candidature toute sa splendeur et son humanité. Tel est ce se dégage de ses mots : « J’ai découvert un monde qui a toujours existé mais auquel on n’accorde pas suffisamment d’importance ».

Au-delà des barreaux, Joaquim Forn porte le projet d’une Barcelone plus vivante, plus humaine, plus solidaire et plus ouverte. C’est le seul projet où l’humain est au cœur de la politique, c’est le seul projet pour défier l’injustice et les inégalités.
Cher Joaquim, ces 36 escaliers qui vous ont terrorisé pendant quelques mois, vous les gravissez aujourd’hui la tête haute, le cœur vaillant, l’âme que j’espère plus légère et vous portez cette Barcelone qui me plaît tant. Vous n’avez jamais vacillé, il ne vous reste qu’un escalier à gravir, il est à votre portée et rien ne lui résistera. Vous avez ma confiance et mon respect éternel. Vous aurez le vote et la confiance de tous celles et ceux qui me liront, j’en suis convaincue. Votre victoire sera celle de toutes les Barcelonaises et de tous les Barcelonais qui n’ont d’autre projet que la liberté, le respect, le dialogue et le vivre-ensemble.
Cette victoire est une question de SURVIE pour Barcelone, comme celui qui arrive à l’oasis après une longue traversée.

Recommandés pour vous

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales