[SONDAGE] Approuvez-vous la fermeture des discothèques de la plage de Barcelone ?

[Total_Soft_Poll id=”2″]

Les clubs Shôko, Carpe Diem, Pacha et Opium devraient bientôt fermer leurs portes selon une annonce de la mairie de Barcelone.

La mairie de Barcelone a ordonné la fermeture provisoire des discothèques du front de mer. Suite à une inspection technique, elle informe que les clubs Shôko, Carpe Diem, Pacha et Opium ne remplissent pas les normes de sécurité. Concrètement, il manque des extincteurs et des obstacles empêchant l’accès aux sorties de secours. La fermeture provisoire, à priori pas encore effective, devrait durer entre quinze jours et six mois.

Fermeture des discothèques

Toutefois, l’adjointe au maire en charge de Ciutat Vella, Gala Pin, s’est montrée confiante dans la fermeture définitive de ces établissements. En effet, la municipalité s’est mise en relation avec le ministère de l’Équipement espagnol pour que les licences d’exploitation de ces établissements soient retirées. Depuis 1989, époque des Jeux Olympiques, les établissements disposaient d’une concession valable trente ans qui prendra fin le 21 juin prochain. Le terrain appartenait à l’Espagne qui a décidé d’en céder les droits à la mairie de Barcelone.

Les équipes d’Ada Colau, avec cette nouvelle prérogative, souhaitent expulser les discothèques. Cependant il faudra attendre le 21 juin, après les élections municipales, afin que soit signé définitivement la fermeture. Le candidat favori des sondages à la mairie de Barcelone, l’indépendantiste de gauche, Ernest Maragall, va dans le même sens que Colau. Contacté par Equinox, il estime que “huit discothèques face à la plage n’aident pas au mieux vivre-ensemble”. “Ce n’est pas un bon modèle pour la ville” ajoute le candidat.

La mairie et le ministère espagnol ont expliqué qu’ils souhaitaient installer sur ces emplacements les équipements du centre d’investigation scientifique. Une mesure que mettra également en place Ernest Maragall si il est élu. Bien que les établissements aient jusqu’au 20 mai pour répondre aux normes de sécurité demandées, Gala Pin a annoncé qu’en juillet au plus tard ils auront disparu.

Prudence du monde de la nuit

De son côté, le vice-président du syndicat des discothèques de Barcelone Ramon Mas indique à Equinox “qu’il faut rester prudent”. Selon ce professionnel de la nuit, les patrons de discothèques ne devraient pas jeter l’éponge aussi facilement et devraient chercher une négociation avec la mairie afin de continuer leurs activités. Ramon Mas, qui connaît la nuit de Barcelone depuis les années 80, affirme que l’on ne peut pas fermer du jour au lendemain des établissement symboliques de l’image de Barcelone.

Les discothèques concernées, quant à elles, ont fait part de leur stupéfaction à Equinox, ayant appris via les médias la demande de fermeture de la mairie. Ces boîtes qui se battent pour attirer le plus de touristes dans leur établissement ont expliqué à Equinox qu’elles allaient s’unir afin de mettre en place une action commune et ne pas mettre la clé sous la porte.

Recommandés pour vous

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales