Search for content, post, videos

L’histoire de la maisonnette devenue la plus photogénique de Barcelone

Oubliez la Casa Batlló, la Casa Mila ou encore la Casa Vicens. Une modeste petite maison fait de l’ombre à ces incontournable du modernisme catalan. Située rue de l’Allada-Vermell dans le quartier du Born, sa façade fait le bonheur des touristes et des instagrammeurs.

Devant des murs un peu défraîchis, des dizaines de pots en terre cuite sont entreposés. Les feuilles et les branches des plantes s’entremêlent créant un décor bucolique et champêtre qui dénote avec l’atmosphère urbaine du quartier. La “maison des plantes” est répertoriée dans tous les classements des lieux les plus jolis de Barcelone, et les façades les plus instagrammables de la capitale catalane. Mais aussi dans certains guides touristiques, des cartes, ou des affiches.

La rue est ainsi devenue une véritable attraction. Les voyageurs s’y pressent transformant la façade de la rue de l’Allada-Vermell en un décor de shooting photo et il n’est pas rare de voir débarquer des mannequins tout apprêtés, venir poser devant le mur poétique aux plantes grasses et grimpantes. Un couple de jeunes mariés chinois est même venu profiter du charme de la maisonnette pour immortaliser leur mariage.

Pour autant, ce succès ne bénéficie en aucun cas à ses propriétaires Lucky et Inés, un couple de quinquagénaires. Lucky vit dans cette maison depuis ses 21 ans, mais la façade n’a commencé à se couvrir de plantes qu’en 2011. C’est quand il a connu sa compagne, Inés, qu’ils ont commencé à accumuler les pots. Pour la plupart, les plantes ont été trouvées dans la rue et récupérées par le couple pour en prendre soin. Ils ont même fini par accueillir les plantes mourantes de leurs voisins. Une passion pour le jardinage qui a transformé cette maison ordinaire en un passage obligé pour les voyageurs à Barcelone. Mais si tout le monde les incite à faire payer 1€ à chaque personne qui pose devant le mur de plantes ou à mettre une petite boite à contributions, le couple n’est pas de cet avis. « C’est embarrassant de demander de l’argent » confiait Lucky l’année dernière au quotidien El Periódico.

maison plus photogénique

Pour l’instant, le couple profite simplement de la notoriété de leur façade. “Ça nous fait plaisir de recevoir des petits mots de remerciements” explique sa compagne, qui confie devoir parfois pousser les gens pour pouvoir rentrer chez elle. “C’est du travail, il faut arroser, mettre de l’engrais, en prendre soin” poursuit Lucky, qui travaille pour l’instant dans le secteur des leds mais aimerait pouvoir se dédier à plein temps au jardinage. Le salon de coiffure d’à côté lui confie déjà l’entretien de sa façade fleurie. Son secret? Il parle aux plantes et leur met de la musique. “La musique classique relaxe beaucoup les plantes” assure-t-il.