Six journalistes écrivent la vérité sur le processus indépendantiste catalan

par Nico Salvado

Tota la veritat – Toute la vérité est le livre politique événement de cette fin d’année 2019, publié aux éditions Ara llibres. Six journalistes venus d’horizons différents racontent les coulisses du processus indépendantiste de septembre 2016 à juillet 2018.

L’ouvrage se base sur les recherches des auteurs, des témoignages et documents originaux. Totalement factuel et neutre politiquement, le livre a été écrit par Ferran Casas (directeur de Nació Digital), Odei A. Etxearte (journaliste à Vilaweb), Marc Martinez (chef du service politique à Rac1), Roger Mateos (chef de politique à l’agence EFE), Gerard Pruna (chef politique Ara) et Neus Tomàs (directrice adjointe d’El Diario).

Le livre commence le 5 septembre 2016, 23 jours avant que Carles Puigdemont annonce devant le parlement de Catalogne la convocation d’un référendum unilatéral d’indépendance. Les secteurs les plus modérés de l’indépendantisme, dont le parti d’Artur Mas, espèrent une ouverture de l’État espagnol. La majorité souhaite que le référendum soit autorisé par Madrid, quitte à changer la question, qui ne porterait pas directement sur l’indépendance de la Catalogne. L’idée est d’attirer à la cause Podemos et Ada Colau, qui sont favorables au référendum mais pas à l’indépendance. En revanche, les profils les plus radicaux, notamment l’extrême gauche de la CUP expliquent qu’aucune marche arrière n’est possible.

Frein

Le 14 février 2017, dans le restaurant 7 Portes de Barcelone, les équipes de la gauche indépendantiste (ERC) du vice-président catalan Oriol Junqueras expliquent à Carles Puigdemont qu’il faudra peut-être faire une pause dans la feuille de route vers la République catalane. La métaphore employée par le conseiller de Junqueras, Sergi Sol, et racontée en détails dans le livre, mettra Carles Puigdemont dans une colère noire. A ce moment, Oriol Junqueras sait déjà qu’il risque la prison. En coulisses, les républicains de gauche tergiversent, mais ne le feront jamais en public. Si le processus indépendantiste déraille, des élections catalanes seront organisées et ERC ne veut pas en porter la responsabilité électorale. Cette course à l’échalote, qui explique la fuite en avant de l’indépendantisme, est un fil rouge du livre.

Peur

La paranoïa du monde indépendantiste, amplifiée par la répression espagnole et le bashing médiatique de Madrid, est l’état dans lequel se trouve les séparatistes. A tel point que le numéro deux d’Artur Mas, Francesc Homs sera expulsé de l’Etat major, groupe d’hommes influents et confidentiel qui organise le référendum. Il est alors suspecté d’avoir fait fuiter certaines informations à la presse. Ecrit chronologiquement, le livre raconte avec force détails la descente de police à la vice-présidence catalane le 20 septembre, et les violences policières lors du référendum du 1er octobre. L’ouvrage narre comment Josep-Luís Trapero est resté chef des Mossos d’Esquadra totalement par hasard.

Après le référendum

Après le 1er octobre, il est flagrant que le gouvernement Puigdemont n’a aucune ligne directrice. L’indépendantisme dans sa grande majorité pensait que le Premier ministre Mariano Rajoy proposerait une négociation après le vote du 1er octobre. Face au mutisme du gouvernement et la maison royale, l’indépendantisme est désorienté.

independance de la Catalogne livre

Les pages du livre détaillent tous les scénarios imaginés par les dirigeants séparatistes. Déclaration d’indépendance, élections régionales, élections constituantes, Artur Mas émettra même l’idée de proposer que le roi d’Espagne reconnaisse la Catalogne officiellement comme une colonie. C’est ici l’une des richesses principales du livre: l’accès à tous les brouillons et tous les plans imaginés par le camp indépendantiste qui n’ont jamais vu le jour.

La déclaration d’indépendance de Quim Torra

Le 10 octobre arrive. Devant le parlement, Carles Puigdemont proclamera la république pendant huit secondes avant de la suspendre. Une vraie déclaration d’indépendance officielle était prévue ce jour-là, mais a été annulée de peur que l’Espagne envoie l’armée dans les rues de Barcelone. “Je ne serais pas le président des morts dans la rue” explique Puigdemont à ses proches. Le discours de la déclaration d’indépendance que devait prononcer Carles Puigdemont écrit par Quim Torra, est reproduit intégralement dans le livre.

Arrestation de Carles Puigdemont

Dans les jours précédents le 27 octobre, vote d’une motion parlementaire incluant l’indépendance, le chaos est total. Les dirigeants indépendantistes sont persuadés que la police peut faire irruption à n’importe quel moment au Palau de la Generalitat pour incarcérer Carles Puigdemont et éventuellement ses ministres. Anecdote soulignant l’exceptionnalité du moment: une caméra miniature avait été cachée dans une statue à l’entrée du Palau de la Generalitat pour filmer le président menotté par la police.

Exil

Jusqu’à la dernière seconde, avant le fatidique jour du 27 octobre, Carles Puigdemont oscille pour trouver une alternative à la déclaration d’indépendance. Le président avait deux priorités: ne pas aller en prison et ne pas devenir le représentant d’une république virtuelle. Là aussi le livre raconte avec détails l’exil de Puigdemont et les scénarios alternatifs jamais mis en place.

La dernière partie est la plus conventionnelle. Elle narre la campagne électorale post-déclaration d’indépendance et l’investiture de Quim Torra comme 131e président de la Catalogne. Tota la veritat, un livre qui restera dans l’histoire du journalisme catalan.

livre independantisme catalogne

TOTA LA VERITAT

Par Ferran Casas, Odei A. Etxearte, Marc Martinez, Roger Mateos, Gerard Pruna, Neus Tomàs.

Editions Ara Llibres 

384 pages.

18.90 € en édition papier, 9,49€ en version ebook, disponible à la vente en cliquant ici 

 

Recommandés pour vous

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales