COP 25 – Urgence climatique, malaise chez les économistes

par Michel Damian
barcelone changement climatique

Dans un article publié en septembre 2019 sur le site Vox, les économistes Andrew Oswald (Université de Warwick) et Nicholas Stern (London School of Economics) – à qui l’on doit en 2006 la célèbre Stern Review sur l’économie du changement climatique – dressent un constat accablant.

Selon leurs estimations, sur les 77 000 articles publiés depuis leur création par les neuf revues scientifiques les plus importantes en économie, seuls 57 portaient sur le changement climatique. Le Quarterly Journal of Economics, la revue la plus citée dans le champ de l’analyse économique, détenant le triste record de n’avoir jamais publié un seul article sur le sujet.

« Les économistes sont en train de laisser tomber le monde. […] L’histoire jugera sévèrement notre profession », déplorent Oswald et Stern dans leur article.

Face à la crise climatique, « la corporation des économistes est désemparée », note de son côté Christian de Perthuis dans son récent ouvrage Le Tic-tac de l’horloge climatique.

Il faut rappeler ici que le cadre d’analyse des économistes de l’environnement a été borné depuis la première moitié du XXe siècle par la théorie néoclassique des externalités.

La pollution est une « externalité négative » que subit la collectivité, juste la faute au mauvais fonctionnement des marchés. L’idée est alors qu’en faisant payer le coût de la pollution – par le biais par exemple d’une taxe carbone dans le cas des gaz à effet de serre –, cela va inciter les producteurs à développer des technologies et produits à moindre teneur en CO2, et les consommateurs à se tourner vers des biens plus vertueux. L’externalité peut donc être, en théorie du moins, « éliminée », et les émissions réduites.

On sait cependant les immenses difficultés sociales et politiques d’une telle taxation, comme l’a récemment montré le mouvement des « gilets jaunes » initié en novembre 2018.

Du point de vue économique, cette question des externalités « n’est pas un problème intellectuel difficile », indiquait il y a déjà longtemps Frank Hahn (Université de Cambridge). Pas difficile et sans doute pas assez porteur pour les économistes ambitieux et les revues les mieux cotées. En tout cas, un problème économique qui manque de sophistication et d’élégance intellectuelle.

Des responsabilités anciennes

Les économistes conseillers des gouvernements, tout particulièrement aux États-Unis, ont longtemps biaisé pour ne pas affronter sérieusement la question des changements climatiques.

Les responsabilités sont anciennes. Lors des négociations pour la Convention des Nations unies sur les changements climatiques, signée à Rio en juin 1992, l’Europe et la France militaient pour des engagements fermes de réduction des émissions de CO2. Le gouvernement américain y opposera un refus frontal, menaçant de ne pas signer le traité si celui-ci contenait de tels objectifs.

Au tout début de l’année 1990, Georges Bush avait proposé l’instauration d’un marché mondial des permis de gaz à effet de serre. Une solution, la plus flexible et la moins coûteuse, qui n’effrayait personne.

Les conseillers économiques du président américain, dans un rapport remis en février 1990, avaient préparé le terrain. Leur argumentation a certainement été décisive :

« Des approches basées sur le marché pourraient être mises en œuvre à un niveau moins coercitif que la réglementation. Une telle approche serait un test de la flexibilité de l’économie sans que les résultats ne mettent en péril notre mode de vie. »

Le choix américain est entériné par le premier rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), remis en octobre 1990. On peut y lire que les « instruments économiques » sont plus incitatifs que les « mesures réglementaires » (du type normes sur les émissions, les produits ou les procédés) ; et que, parmi ces instruments, un système international de permis d’émission négociables serait le plus cost-efficient – soit le plus efficace pour réduire les émissions de gaz à effet de serre au moindre coût.

Le principe de ce système est le suivant : des quantités d’émissions à ne pas dépasser (des permis ou quotas) sont fixées par une autorité administrative. Chaque entreprise disposant de permis peut acheter ou vendre ceux-ci sur le marché (lorsqu’elle dépasse le quota qui lui a été alloué dans le premier cas, lorsqu’elle réussit à émettre moins que celui-ci dans le second). Les entreprises ont donc intérêt à diminuer leurs émissions lorsque le coût de réduction de celles-ci est inférieur au prix du quota sur le marché. Le mécanisme est efficace et efficient, puisqu’il permet d’atteindre l’objectif de dépollution au moindre coût.

Mais, trois décennies après la proposition de Georges Bush, il n’y a toujours pas de « marché mondial des permis de gaz à effet de serre ». Et cet objectif, lointain ou chimérique que continuent d’entretenir certains économistes, ne fait courir aucun risque ni au mode de vie à l’américaine ni à la croissance.

Aujourd’hui, tout a changé

Le changement climatique a été initialement perçu et conceptualisé comme une « externalité », un problème d’environnement classique à peu près comme les autres, donc « gérable » ; pas comme un problème structurel de modes de produire, de consommer et de styles de développement. Immense erreur de perspective.

L’analyse et les préconisations sont, depuis peu, d’une tout autre nature. John Christensen, rédacteur principal pour l’ONU Environnement du tout récent rapport sur l’écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions 2019, place la barre très haut :

« Nous devons tout simplement changer nos sociétés dans les dix années à venir. »

Pour espérer ne pas dépasser une hausse moyenne globale des températures de 1,5 °C d’ici la fin de ce siècle, les climatologues et économistes du GIEC écrivaient de leur côté, en octobre 2018, qu’il fallait des « transitions rapides et profondes » de toutes nos conditions matérielles et sociales d’existence – tant en matière d’énergie, d’urbanisme, d’infrastructures (transport et bâtiments inclus) que de nos systèmes industriels.

Quant à Andrew Oswald et Nicolas Stern, eux aussi, ont changé. Leur article récent est loin de la Stern Review de 2006, qui partait de « la théorie de base des externalités et des biens publics ».

Dans leur texte publié sur Vox, l’approche des deux auteurs a basculé en direction des modes de produire et de consommer. Impossible, soutiennent-ils désormais, d’éviter un réchauffement de 3 °C, ou plus, sauf à engager « un changement radical et rapide de nos processus de production et de consommation ».

Modes de vie et croissance pèsent très lourd, on le sait, en matière de consommation énergétique et d’émissions de gaz à effet de serre : un Américain consomme chaque année trois fois plus d’énergie qu’un Chinois et trente fois plus qu’un Bangladeshi.

Concilier urgence climatique et croissance ?

Oswald et Stern insistent sur la nécessité de concilier un changement qui doit être « radical » avec « une croissance forte et inclusive et une réduction de la pauvreté ». Difficile de ne pas acquiescer : jusqu’à ce jour, aucune société n’a réussi à desserrer l’étau de la pauvreté sans croissance, c’est-à-dire sans augmenter ses émissions de carbone fossile et autres gaz à effet de serre.

Nos deux auteurs restent cependant muets sur la manière précise, et la possibilité effective, de concilier urgence climatique (et donc réduction drastique des émissions) et croissance forte.

Vaclav Smil, économiste et historien reconnu de l’énergie, auteur d’une récente somme (Growth : From Microorganisms to Megacities), apporte pour sa part une réponse tranchée sur le site du Guardian :

« La croissance doit s’arrêter. Nos amis économistes ne semblent pas le réaliser. »

En trente ans, on a appris que le réchauffement climatique était aussi un problème de mode de vie consumériste, de croissance, et donc un problème plus social que scientifique – jusqu’à ce jour inextricable et insoluble. Avec « nos amis économistes », Andrew Oswald et Nicholas Stern inclus, qui insistent sur le besoin d’une croissance forte, il se pourrait bien qu’il le demeure…The Conversation

 

 



Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Recommandés pour vous

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales