À Barcelone, les couples à l’épreuve du confinement

par Colombe Freynet

C’est le défi d’un quotidien transformé pour les couples français installés à Barcelone. Le confinement est l’occasion de révéler les difficultés mais également les joies partagées du huis-clos en duo. Témoignages.


Lire aussi Confinement: le quotidien bouleversé des familles françaises de Barcelone


“Le confinement chamboule l’ordre des choses et met à l’épreuve le couple: cela peut aussi bien le renforcer que le fissurer ” Matilde et Matteo sont en couple depuis neuf ans. Après avoir vécu à Beyrouth, Dubaï et Milan, ces deux journalistes se sont installés à Barcelone deux semaines seulement avant le confinement: “on est dans une nouvelle ville mais en fait on pourrait être n’importe où” raconte Matilde, frustrée de ne pas avoir pu profiter de la capitale catalane.

Pour elle, cette période a été l’opportunité de découvrir une qualité insoupçonnée chez son partenaire: “Matteo, de nature réservé, est en train de se révéler; il s’ouvre au monde”. Il explique: “j’ai commencé à partager mes réflexions, à écrire au sujet de la quarantaine sur le web. C’est une manière de nourrir un peu mon monde et d’explorer des aspects de mon caractère que j’avais négligé pendant longtemps. C’est une très belle expérience”.

Le couple de voyageurs, qui a toujours travaillé ensemble, gère bien l’enfermement: “au début du confinement, on a été pris d’un fou rire alors qu’on tournait une vidéo pour le travail. Arriver à se comprendre en un regard et exploser de rire dans un moment qui n’est pas facile: c’est l’image qui me restera de cette quarantaine” confie Matilde. Tandis que son conjoint remarque qu’ils se disent davantage “je t’aime” qu’à l’accoutumée, il conseille: “pour vivre cette période sereinement, il faut avoir la patience d’aller vers l’autre, de comprendre ses faiblesses”. “Il faut trouver son plaisir dans les petits gestes du quotidien qu’on fait l’un pour l’autre, pour continuer à partager” conclut Matilde.

confinement barcelone espagne

Matilde et Matteo au Maroc, avant le confinement ©Matilde Gattoni DR

Phase de test

Du côté du Gothique, Eline et James ont désormais leur appartement pour eux après que leurs colocataires aient été rapatriés: “On pensait sérieusement à déménager ensemble, alors le confinement tombe à pic: c’est une vraie étape à passer et une belle épreuve pour se tester. La bonne nouvelle c’est que ça fonctionne !” témoigne Éline, 25 ans.

Son compagnon anglais travaille de nuit, mais cela ne les empêche pas de passer du temps ensemble, au contraire: “on fait plus de choses en couple: bizarrement, je me suis mise à jouer à Fifa pour lui faire plaisir alors que je déteste ce jeu, on fait du sport, on cuisine…”. Elle ajoute amusée: j’ai aussi découvert sa capacité à faire la vaisselle, je ne le pensais pas aussi maniaque!”

WhatsApp Image 2020 04 15 at 14.26.33 2 e1587053815569

Éline et James à Séville, quelques semaines avant le confinement

Le confinement en couple est effectivement le temps des nouvelles expériences en commun. En couple depuis quatre ans, Marine et Sacha sont confinés dans le quartier de l’Hospital Sant Pau.“On fait des choses qu’on aurait jamais fait auparavant, on partage plus que d’habitude”. La styliste en recherche d’emploi raconte en riant avoir trouvé une nouvelle vocation depuis qu’elle a coupé les cheveux de son partenaire à la tondeuse: “c’est plutôt réussi contrairement à ce que l’on peut voir sur les réseaux sociaux !”.

Maintenant que Sacha est en télétravail, ils partagent désormais leurs journées : “en revanche je suis une grande fan de Céline Dion et ça a tendance à énerver Sacha qui n’a pas l’habitude de l’écouter toute la journée” ajoute-elle. La quarantaine est aussi le temps des concessions.

covid19 barcelone quarantaine

En quarantaine, Marine a coupé elle-même les cheveux de son conjoint

Une période difficile

Enfin, pour Selma et Max, confinés dans l’Eixample, le quotidien commence se corser. Employés dans le secteur hôtelier, ils ont été licenciés quelques jours avant la déclaration d’état d’urgence et se retrouvent sans revenus. Tous deux essaient de garder un rythme malgré le ralenti de la quarantaine: “on est dans une situation où rien n’avance. Le thème de l’argent nous stresse pas mal, du coup on se dispute parfois à ce sujet” confie la Française de 26 ans. “La routine se décale tous les jours, on est de moins en moins motivés, poursuit son copain, au début de la quarantaine, on faisait les courses ensemble et on s’est pris une amende car on était deux, ça nous a plombés”.

Néanmoins, le jeune couple garde le moral et apprend de cette période compliquée: “maintenant on a du temps pour planifier des projets à long terme, chose qu’on ne faisait pas avant” mais “on apprend se poser lorsqu’on prend des décisions importantes, pour ne pas regretter après “. Selma et Max songent à quitter l’Espagne après le confinement pour venir s’installer en France: “mais encore une fois on ne sait pas si c’est les effets secondaires de la quarantaine qui nous donnent des idées comme ça”.

barcelone coronavirus

Selma et Max sur leur balcon

Recommandés pour vous

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales