Coronavirus Espagne : la dangereuse paralysie de l’administration

par Camelia Balistrou

Coronavirus Espagne. Depuis le début de la crise sanitaire, de nombreux lieux administratifs sont fermés. Le traitement des demandes s’éternise. Que se passe-t-il à Barcelone ? Éléments de réponse.

Administration et crise du coronavirus ne font pas bon ménage. Depuis le début du confinement, les établissements administratifs sont clos. À ce jour, il est par exemple très compliqué de prendre un rendez-vous à la sécurité sociale. Audrey Marin-Laflêche, fondatrice de Plug&Play, agence facilitant les démarches administratives à Barcelone, confie : “en off, on nous dit que la sécurité sociale rouvrira en septembre ou en octobre, mais rien n’est encore officiel.”

En attendant, cette paralysie met la patience des Barcelonais à rude épreuve. Les délais interminables empêchent certains d’entre eux d’obtenir un numéro de sécurité sociale, retardant alors la signature d’un contrat de travail ou l’obtention d’une carte vitale.

Néanmoins, Audrey précise qu’il est tout de même possible de prendre un rendez-vous sur les sites web administratifs, notamment celui de la sécurité sociale. Mais, ces prises de rendez-vous sont traitées selon la priorité des cas et aussi, selon “le bon vouloir des agents” remarque Audrey. Pourquoi leur réouverture officielle tarde-t-elle tant ?

Coronavirus Espagne: réorganisation de l’administration

Selon la créatrice de Plug&Play, l’administration espagnole a profité de cette crise sanitaire pour “se digitaliser”. Depuis quelques semaines, on assiste à une généralisation du certificado digital (certificat digital) en Espagne, qui était, par le passé, réservé essentiellement aux autónomos (équivalent des auto-entrepreneurs).

Le certificat digital est un numéro délivré à un résident espagnol. Il lui permettra de s’identifier sur Internet afin de réaliser tous types de démarches administratives comme les impôts ou la sécurité sociale. “Grâce à ce certificat numérique, explique Audrey, nous pouvons gérer depuis notre ordinateur personnel de nombreuses tâches administratives.” En évitant de se déplacer, on évite tout simplement de monopoliser un agent.

experts installation barcelone plug and play

Toutefois, cette digitalisation comporte son lot d’inconvénients. Pour toute demande administrative, l’obtention d’un certificat digital est nécessaire. Manipulation qui nécessite une certaine connaissance en informatique. Audrey détaille “la Dirección General de Tráfico (équivalent de la préfecture en France) recommande aux particuliers de passer par des “gestors” (conseillers administratifs). Sans eux, cela peut devenir tout de suite plus compliqué” estime-t-elle.

Lenteur administrative : comment les Barcelonais le vivent-ils ?

Les résidents ont dû se confronter à un autre problème : le chômage partiel. À l’heure actuelle, les demandes de ERTE effectuées durant le confinement ont été pratiquement toutes versées. Contacté par Equinox, Benjamin Bourgeois, expatrié français à Gérone a par exemple perçu son dû au début du mois de juin seulement, soit environ deux mois après sa première demande.

Même constat pour Didier Tournon, chef d’entreprise français, vivant à Barcelone. Il raconte : “la quasi-totalité de mes employés, soit une quarantaine, ont perçu leur ERTE avec énormément de retard. Entre deux à trois mois d’attente”. À noter que ce versement, représente 70 % de leur salaire net.

L’entrepreneur analyse, “à mon sens, la gestion au cas par cas de ces demandes a causé du tort à l’administration.” Effectivement, à chaque demande effectuée par son gestor, la SEPE* (équivalent de Pôle emploi) invitait l’employé en question à la faire lui-même, rallongeant une fois de plus les délais.

Coronavirus Espagne“L’administration manque clairement de personnel, poursuit Didier. Ils se sont retrouvés du jour au lendemain avec des millions de gens au chômage. En revanche, leur faute est d’avoir laissé des personnes sans argent pendant des mois.”  

Depuis le mois de mai, 70 % des employés de Didier Tournon ont repris le travail. Or, ceux à nouveau en activité, perçoivent désormais leur salaire habituel ainsi que le ERTE. “Ils sont payés double à l’heure actuelle. Le remboursement du trop-perçu prendra sûrement des années avant qu’administration s’en rende compte” plaisante-t-il.

Pourquoi le traitement des demandes est-il si long ?

Bien avant la crise sanitaire, les procédures liées à une demande d’argent ou à un droit de sécurité sociale nécessitaient déjà un suivi plutôt chronophage et complexe. “Il n’y a évidemment pas de réponse officielle, souligne Audrey, mais d’après moi, toutes les procédures qui vont coûter de l’argent à l’Etat impliquent un traitement long.”

Dans le cas du Covid-19, par exemple, les administrations ont été submergées par un important nombre de requêtes. En effet, 3,4 millions de demandes d’allocation chômage partiel (ERTE) ont été comptabilisées par le ministère du Travail espagnol. Audrey Marin-Laflêche pointe également un problème de trésorerie nationale. Selon notre experte, la lenteur des versement indique simplement un manque d’argent dans les caisses de l’État.

Dans ces cas de lenteur administrative, Audrey conseille de ne pas hésiter à représenter son dossier, dans l’espoir de faire réagir l’administration.

 

* SEPE : Servicio Público de Empleo Estatal

Recommandés pour vous

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales