Barcelone : du Sonar à la mendicité

par Aurélie Chamerois
pauvreté catalogne

L’histoire d’un ingénieur du son du Festival Sonar qui demande l’aumône devant un supermarché du quartier d’Horta à Barcelone émeut la Catalogne, illustrant la situation dramatique du secteur. 

Depuis trois semaines, le trentenaire, qui préfère garder l’anonymat, se poste à l’entrée d’un supermarché Condis avec une pancarte mentionnant « Travailleur indépendant sans salaire. J’ai juste besoin d’aide pour faire les courses ». Pour l’homme, la descente aux enfers a commencé en février, avec l’annulation du Mobile World Congress. Un contrat de 3600 euros qui tombait alors à l’eau. Et le premier d’une longue liste: fêtes de villages, événements dans des hôtels barcelonais, le festival Sonar. Le Madrilène, installé depuis 10 ans à Barcelone, gagnait environ 3000 euros par mois en été, effectuant 75% de sa facturation annuelle entre avril et octobre.

L’aide de 500 euros attribuée aux « autónomos » depuis le début de la crise sanitaire l’a aidé à s’en sortir jusqu’au début de l’été mais le retard du versement de la prestation en juillet l’a plongé dans une situation impossible. Le propriétaire de son logement a refusé de lui laisser passer un seul mois de loyer et il doit continuer de payer ses charges de travailleur indépendant.

Un secteur dévasté

L’homme a donc décidé de faire la manche devant un supermarché. « Le premier jour, il faut ravaler ton ego » explique-t-il au pure player TotBarcelona qui a révélé son histoire. Il obtient ainsi entre 20 et 30 euros par jour, se déclarant très reconnaissant de la générosité de ses concitoyens. L’ingénieur du son ne voit toutefois pas la sortie du tunnel avant de longs mois. Il s’apprête à vendre sa fourgonnette et envisage de rentrer à Madrid.

Le secteur de la culture et des loisirs est l’un des plus touchés par la crise sanitaire. Selon les associations professionnelles, plus de 80% des travailleurs y sont encore au chômage partiel ou sans activité faute d’autorisation d’organiser des spectacles, événements et d’ouvrir certains établissements comme les discothèques. Le secteur appelle à une grande mobilisation le jeudi 17 septembre dans toutes les villes d’Espagne pour réclamer des « mesures urgentes » à un gouvernement « qui fait la sourde oreille ».

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales