Rentrée Lycée Français de Barcelone – Sous les masques, joie et soulagement

par Aurélie Chamerois

Les établissements français de Barcelone font leur rentrée aujourd’hui, une dizaine de jours avant les écoles catalanes. La plupart des élèves n’avait pas retrouvé leurs salles de classe depuis mars dernier. Reportage.

Il est 8h et les familles se massent peu à peu à l’entrée du Lycée Français de Barcelone (LFB), dans une rue calme du quartier de Pedralbes. Déjà les groupes d’enfants se forment et les rires éclatent sous les masques soigneusement disposés sur les visages. Irène, Anna, Inès et Marlène se sont connues à l’école Lesseps, l’autre établissement français de Barcelone. C’est leur première rentrée au LFB, elles entrent en sixième. “Je suis un peu nerveuse d’arriver dans une nouvelle école, mais j’ai retrouvé mes amies, donc je suis contente aussi” explique Anna en riant. “Je ne sais pas trop quoi penser car tout est nouveau, l’école, le masque, et puis il y a le coronavirus” poursuit son amie Irène.

Les jeunes collégiennes font place dans leur petit groupe à Violette, 11 ans également, et tout juste arrivée d’Afrique du Sud. Plus loin, ses parents et sa grande sœur, qui fera demain sa rentrée en seconde, ne voulaient pas manquer l’événement. Arrivée hier et en pleine recherche d’appartement, la famille Sonnet a choisi Barcelone pour sa qualité de vie, estimant que nul endroit au monde n’échappait désormais à l’épidémie et qu’il fallait bien vivre avec. “On espère juste qu’il n’y aura pas de fermeture du lycée ou de confinement” confient les parents Yvan et Christine.

lycée français barcelone 3

Irène, Anna, Inès, Marlène et Violette

Un sentiment partagé par Thibault Chauvin, venu accompagner ce matin Maxime, son fils de 10 ans. “Je suis content pour les enfants, on verra combien de temps cela va durer car avec plus de 3000 élèves, ça va être compliqué, mais tout le monde essaie de faire au mieux” explique ce père de trois enfants qui travaille dans l’immobilier.

Des enseignants mieux préparés

Pour de nombreux parents, les longs mois avec les enfants à la maison et en télétravail ont été fatigants. “Il fallait bien qu’ils reprennent un jour” lance Alexandre Tagger, qui travaille dans le secteur de la technologie. Ce Français, installé depuis quatre ans à Barcelone et père de deux enfants, raconte avoir vécu un confinement difficile, entre le télétravail et l’école à distance. “Nous avions deux boulots en même temps, c’était lourd et compliqué, mais ce n’est la faute de personne” poursuit-il, ajoutant que si certains professeurs avaient répondu présents, d’autres n’ont pas été d’une grande aide.

lycée français barcelone 4

Alexandre Tagger et sa fille Eléonore qui entre en sixième

Suite à ces couacs du printemps et surtout pour se préparer à d’éventuelles nouvelles retrictions, le corps enseignant a reçu une formation numérique juste avant la rentrée. “C’est essentiel d’avoir tous les outils en main pour maintenir l’enseigement à distance en cas de confinement, semi-confinement, ou par exemple s’il y a un cas dans une classe qui doit être mise en quarantaine” indique Renaud Leberre, professeur de sciences économiques et conseiller consulaire.

Comme lui, la majorité des enseignants sont ravis de retrouver leurs élèves. “Il n’y a rien de tel que le présentiel!” sentence Renaud Leberre, qui avoue toutefois avoir une certaine appréhension face à la situation sanitaire. “Mais ça fait du bien de revenir travailler au lycée, ce retour à la normalité est important pour tous, et notamment pour le personnel de la cantine et de nettoyage qui était en chômage partiel” ajoute l’élu local.

lycée français barcelone 2

Le gel hydroalcoolique est distribué à l’entrée du LFB

8h30, les portes s’ouvrent et les élèves courent vers l’entrée. Les parents s’activent pour tenter de les suivre et de voler quelques clichés. Cette année, ils ne sont pas autorisés à franchir les portes de l’établissement pour accompagner les élèves de sixième et seconde, comme c’était traditionnellement le cas.

L’entrée a été divisée en couloirs où du gel hydroalcoolique est soigneusement pulvérisé sur les mains des enfants par deux assistants d’éducation, dont Victor Bachs qui fait aujourd’hui sa 14e rentrée au LFB. “Il y a aussi du gel un peu partout à l’intérieur, explique-t-il, c’est évident qu’il n’y a pas de risque zéro, et qu’il va y avoir des cas de contaminations, avec plus de 3000 élèves c’est inévitable, mais il n’y a pas de raison de s’inquiéter je pense”. Le lycée suit scrupuleusement les recommandations des institutions locales. Et le masque est obligatoire dès 6 ans pour tous et partout, même en classe.

A 8h38, les cris des enfants sont déjà loin, la rue a retrouvé son calme. Seuls restent quelques parents, également heureux de se retrouver après des mois d’absence. Une rentrée (presque) comme les autres.

Recommandés pour vous

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales