Covid : l’Espagne a-t-elle moins bien géré la crise que la France ?

par Camelia Balistrou
coronavirus

Covid. Depuis le début de la pandémie, en mars 2020, comment l’Espagne et la France ont-elles géré la crise ? Point sur la situation. 

Quel est le bilan en chiffres du coronavirus en Espagne ?

À ce jour, la péninsule ibérique compte 498 989 cas de Covid-19 depuis le début de la pandémie, selon les chiffres de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et du Ministère de la Santé espagnol (données publiées le 4 septembre à 14h00).

Le premier pic de contagion a eu lieu le 26 mars dernier en plein confinement (du 15 mars au 21 juin), avec 9.159 contagions détectées en 24 h. Depuis le 4 septembre dernier, le pays est confronté à une nouvelle recrudescence de contaminations avec une détection de 10 476 nouveaux cas positifs en 24 h.

Toujours depuis les prémices de la crise, l’Espagne déplore au total le décès de 29 418 personnes infectées par le SARS-CoV-2. À l’échelle nationale, la Communauté de Madrid (108 374 cas) ainsi que la Catalogne (102 032 cas) sont les zones les plus touchées par le virus.

Côté bonne nouvelle, 150 376 espagnols ont guéri du coronavirus entre le 14 mars et le 6 août 2020, estime l’agence allemande Statista, spécialisée en statistique et infographie.

Quel est le bilan en chiffres du coronavirus en France ?

En France, l’OMS dénombre 317 706 cas de Covid-19 depuis mars 2020. Ce nombre inclut les cas confirmés et les cas probables, souligne l’Organisation Mondiale de la Santé.

Un nouveau pic de contaminations a été observé le 4 septembre dernier : les autorités sanitaires ont diagnostiqué 8 975 individus positifs au Covid-19 en seulement 24 h. Une première depuis le début de la pandémie. Le premier pic, survenu au printemps dernier (30 mars), s’élevait à 7 578 cas détectés en une journée.

Toujours selon l’OMS, l’Hexagone compte 84 447 personnes guéries du virus. Et, dernièrement, le pays recense  30 698 décès liés au coronavirus.

CovidÀ noter que la Direction générale de la Santé (DGS) mettait en garde la population française dès la fin du mois d’août : “la dynamique de l’épidémie en France est exponentielle”. Un constat qui a poussé le gouvernement français, mais aussi le gouvernement espagnol qui connaît une résurgence de contaminés, à renforcer les mesures sanitaires.

Covid : quelles sont les nouvelles mesures sanitaires en Espagne 

L’Espagne est, certes, l’un des pays européens les plus touchés par la crise, mais les restrictions sanitaires ont été appliquées très tôt dans tout le pays. Effectivement, depuis le 9 juillet dernier, le port du masque dans les lieux publics y est obligatoire. Les contrevenants, touristes inclus, reçoivent une amende de 100 euros en cas de non-respect de cette mesure.

Le 18 août 2020, de nouvelles restrictions sont entrées en vigueur dans toute la péninsule. Les mesures ont été reconduites le 4 septembre comme l’interdiction de fumer dans la rue si la distanciation sociale de deux mètres n’est pas respectée, ou encore, les réunions de plus de dix personnes ne sont pas autorisées, ni dans l’espace public, ni dans l’espace privé.

Covid
Pour les bars et restaurants, les restrictions sont les suivantes :
– fermeture à 1 heure du matin,
– impossibilité d’accepter de nouveaux clients après minuit,
– la capacité d’accueil de leurs tables s’élève à 10 personnes maximum.
Pour les boîtes de nuits :
– fermeture générale dans toute l’Espagne, en sachant que la mesure était effective depuis le 24 juillet 2020 en Catalogne.

Dans les établissements scolaires, le port du masque est évidemment obligatoire depuis la rentrée et la distanciation sociale de deux mètres doit être respectée.

Covid : quelles sont les nouvelles mesures sanitaires en France ? 

L’obligation de porter un masque est survenue plus tardivement en France, mais se généralise progressivement. Transports en commun, lieux publics (commerces, restaurants, bars, administrations etc.) ou encore, lieu de travail, toute personne refusant le port du masque dans l’espace public, s’expose à une amende de 135 euros.

Première ville de France à imposer son usage : Nice, le 20 août dernier. S’ensuivent les villes de Toulouse, Lyon, Saint-Étienne, Strasbourg et Paris. Néanmoins, le port de masque divise l’Hexagone. Certaines grandes villes françaises assouplissent la mesure via des arrêtés préfectoraux. C’est le cas de Lyon et Strasbourg.

CovidDepuis le 1er septembre, les salariés travaillant dans un open space doivent obligatoirement porter un masque même si la distanciation sociale d’un mètre y est respectée.

Dans les écoles, tout enfant de plus de 11 ans doit être muni d’un masque. Le respect de la distanciation sociale y est également obligatoire. Mais, depuis le début de la rentrée scolaire, 22 établissements ont déjà fermé après détection du Covid-19 a annoncé le ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer.

Covid : des populations bien testées ?

En France métropolitaine et en Outre-mer, 6 666 824 tests ont été réalisés au 6 septembre, relaye Santé publique France. Parmi eux, 2,5 % des personnes sont positives, soit 167 751 Français. À ce jour, les Bouches-du-Rhônes et la région parisienne concentrent le plus de contagions.

Selon le Ministère de la Santé espagnol, 9 210 337 tests PCR et sérologiques ont été comptabilisés au 1er septembre 2020, soit 136,23 tests pour 1 000 habitants. Salvador Illa, ministre de la Santé estime par ailleurs que 50 000 tests PCR sont effectués quotidiennement dans le pays.

Néanmoins, parmi le nombre de cas détectés, “la moitié est asymptomatique” constatait déjà l’épidémiologiste catalane, Magda Campins Martí en août dernier. “La situation était sous contrôle” jugeait-elle. Même constat en France, 78 % des positifs ne présentent aucun symptôme.

Les asymptomatiques sont alors priés d’effectuer une quarantaine de 14 jours chez eux, en attendant leur guérison. Les personnes infectées doivent réaliser un test PCR toutes les deux semaines jusqu’à la disparition du Covid-19, que ce soit en France ou en Espagne.

Les autorités sanitaires remarquent également, une baisse de l’âge moyen des individus contaminés des deux côtés des Pyrénées. En France, par exemple, parmi les 78 % d’infectés, 60% étaient âgés de 15 à 44 ans. Une moyenne d’âge beaucoup plus basse qu’au printemps dernier.

Existe-t-il un risque de saturation des hôpitaux ?

Avec la recrudescence du nombre de cas, le risque de saturation des hôpitaux et des services de réanimation inquiète aussi bien l’Espagne que la France. Selon Santé publique France, entre le 1er septembre et le 6 septembre, “les hôpitaux français ont recensé 1 661 nouvelles hospitalisations dont 285 en réanimation.” Le nombre d’hospitalisation augmente en France et pourrait laisser entrevoir une seconde vague.

Même constat en Espagne. Le nombre d’hospitalisations lié au Covid-19 est en hausse. Cependant, les chiffres relayés divergent explique le média espagnol El confidencial. D’après le Centre de Coordination des Alertes et d’Urgences Sanitaires (CCAES), plus de 600 contaminés ont été hospitalisés dans tout le pays ces sept derniers jours. A contrario, les communautés autonomes ont comptabilisé un total de 1 400 hospitalisations de cas positifs au coronavirus. Les soignants tirent d’ailleurs la sonnette d’alarme, en particulier à Madrid, pour obtenir d’urgence plus de moyens et de personnel.

Toutefois, le nombre d’asymptomatiques reste élevé. Dans ce cas, la quarantaine imposée chez le contaminé n’implique pas d’hospitalisation si aucune complication ne survient.

Covid

Covid : qu’est-ce que le taux d’incidence ?

Le 1er septembre dernier, le taux d’incidence du Covid-19 s’élevait à 1 002 cas pour 100 000 habitants en Espagne. Côté français, le taux d’incidence était de 438 cas pour 100 000 habitants. Ce taux est donc deux fois plus élevé en Espagne.

Que représente le taux d’incidence ? Il correspond au nombre de cas positifs au coronavirus pour 100 000 habitants. Cet indicateur permet d’évaluer le nombre de personnes infectées, mais pas la gravité de leur état. À noter que le seuil d’alerte est franchi au-delà de 50 cas en France.

Vers un nouveau confinement en France et/ou en Espagne?

Jusqu’à présent, un confinement général n’est pas à l’ordre du jour ni en Espagne ni en France. Toutefois, pour contenir la propagation du virus, les foyers de contamination pourraient éventuellement y être soumis selon les experts de la santé espagnols et français.

Recommandés pour vous

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales