Catalogne : aux urgences, 50 % des patients sont en état d’anxiété ou de dépression

par Camelia Balistrou
Catalogne

Catalogne. Les services des urgences de la région déplorent une dégradation de la santé mentale de leurs patients. La moitié d’entre eux vient pour des troubles psychiatriques. 

Le constat des experts est unanime. L’année 2020 aura vu la santé mentale des catalans se dégrader. “50 % des patients que nous prenons en charge aux urgences souffrent d’anxiété ou de dépression” confie au Periódico le médecin Monserrat Romaguera, membre de la Société Catalane de Médecine Familiale et Communautaire (Camfic).

Les raisons de ce phénomène ? La pandémie du coronavirus, le confinement général de 3 mois et les mesures restrictives pour contenir la propagation du virus ont bouleversé le quotidien de millions de Catalans. Ces changements ont alors contribué à l’augmentation de troubles psychiatriques, traduite par un accroissement de la consommation d’antalgiques (+ 9,19 % ) sur les huit derniers mois, d’antidépresseurs ( + 3,86 %) et de tranquillisants ( + 3,77 %), relate le Conseil pharmaceutique Iqvia.

Catalogne : l’instabilité sociale alimente les troubles

De plus en plus de jeunes présents aux urgences montrent des signes d’anxiété ou de dépression remarquent les médecins. D’après eux, ils sont souvent liés aux nombreuses incertitudes sociales et économiques provoquées par la crise sanitaire. Par exemple, le versement tardif des ERTE (chômage partiel) et la crise économique qui se profile préoccupent les jeunes et favorisent leur mal-être.

La psychologue française, Caroline Gourdier, confirme cette tendance. Elle exerce à Barcelone et constate, parmi ses patients majoritairement français, une inquiétude grandissante vis-à-vis du contexte social à venir. “Plusieurs de mes patients sont rentrés en France, d’autres se tâtent encore, mais beaucoup de gens se demandent ce qu’ils vont faire” confie à Equinox la psychologue.

Du côté des personnes âgées, la peur d’être contaminé est grande. Ils sont alors contraints de rester chez eux au détriment de leur santé mentale.

Covid BarceloneAutre cause, une consommation accrue de substances addictives comme le cannabis, la cocaïne ou l’alcool. Les psychiatres observent effectivement une augmentation significative des addictions survenue après le déconfinement. “Ces derniers mois, nous avons recensé beaucoup d’urgences liées à la prise excessive de drogue ou d’alcool, explique Fina Pérez au Periódico, psychiatre à l’Hôpital de la Santa Creu i Sant Pau de Barcelone, une réelle sensation de mal-être des patients est présent sans oublier celle du personnel médical, qui était en première ligne de la pandémie dès le mois de mars”

Recommandés pour vous

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales