4 lieux historiques sans quitter Barcelone

par Rédaction Equinox
Publié le Modifié le
sans quitter Barcelone

Avec les nouvelles restrictions décrétées par le gouvernement de Catalogne, il n’est plus possible de sortir de Barcelone du vendredi 6h du matin au lundi 6h du matin, sauf cas de force majeure. Voici 5 lieux de Barcelone à visiter sous un angle historique. 

Le monastère de Pedralbes

Monasterio de Pedralbes

Le monastère de Pedralbes a été fondé par Jaume el Just en 1326 pour son épouse Elisenda de Montcada, qui disposera également d’un palais à proximité. La reine quittera le palais pour se retirer dans le monastère à la mort de son époux. Une reine qui avait l’air très sympathique puisqu’elle a demandé dans son testament que le palais en question soit détruit le jour de sa mort. Dont acte, il ne reste aujourd’hui que le monastère.

Depuis cette époque jusque récemment, une petite communauté de nones réside dans ce monastère. D’une manière croissante, le couvent est devenu “the place to be” de toute la haute société barcelonaise, notamment de la fameuse bourgeoisie de Pedralbes et Sarrià . Preuve de son prestige, durant toute époque, le couvent a été placé sous la protection directe des puissants du ” Consell de Cent” l’antique gouvernement de Catalogne.

Un cloître de trois étages de haut, et quarante mètres de large

A l’origine, le monastère faisait partie d’une muraille. Aujourd’hui, il reste tout le cloître avec un superbe jardin comportant une partie aromatique  et médicinale ainsi que deux fontaines. L’église gravée dans la roche granitique et la tombe de la reine valent le coup d’œil. La curiosité réside dans les cuisines du couvent qui sont visitables et portent les signes du temps. Rénovée à plusieurs reprises, les cuisines démontrent la modernisation du lieu et des outils qui étaient encore utilisées il y a une dizaine d’années.

Pedralbes

 

Brûlé partiellement pendant la guerre civile dans les années 30, le monastère fut rénové en 1975. Un bémol cependant, beaucoup de pièces du monastères sont grandes et vides, et il faut se fier à l’audio-guide pour imaginer ce qu’il s’y passait à l’époque. On peut donc déplorer un côté trop visite touristique qui manque un peu de charme originel. Le lieu reste cependant une institution de l’histoire de la ville, que tout Barcelonais se doit de visiter au moins une fois.

Le monastère peut se visiter librement du mardi au vendredi de 10h à 14h. Les week-ends de 10h à 17h et les jours fériés de 10h à 14h. L’entrée coute 5 euros. En raison du Covid, les expositions sont cependant suspendues.

Adresse : Baixada del monestir, 9 08034 Barcelona

Le château de Montjuïc

Château de Montjuïc

Montjuïc ou Mons Judaicus, le mont juif en latin. C’est là où la communauté juive de la ville enterait ses morts. Du haut de ses 170 mètres de hauteur, Montjuic surplombe la ville. Endroit de domination.Emplacement de choix pour bâtir une forteresse. C’est ce que firent en 1640 un regroupement de catalans en guerre contre le roi d’Espagne Philippe IV. Ce qui est pour le moment un simple fortin d’infortune pour des rebelles catalans deviendra paradoxalement une propriété royale d’Espagne 54 ans plus tard. Le roi en profite pour agrandir le château, qui prend sa place actuelle. Le château passa dans les mains de différents rois espagnols, puis des forces françaises napoléoniennes.

En 1842, le général Espartero au nom des forces espagnols, reprend le site et en profite pour bombarder la ville à partir du château de Montjuïc pour mater des révoltes populaires. Il prononcera cette phrase mémorable “des bombardements sur Barcelone, il faudrait en faire tous les 50 ans”  Les bombardements depuis Montjuic fit des milliers de morts et des blessés graves, et déplaça 40 000 Barcelonais sans abri ou terrorisés.

chateau-de-montjuic barcelone
La bastille maudite

De 1893 à 1922, Barcelone connait des troubles anarchistes causés par des groupuscules d’extrême-gauche. Les attentats et révoltes que vécut la ville trouveront pour réponse des emprisonnements massifs, des détentions arbitraires et des exécutions sommaires aux alentours du château de Montjuic lui donnait une réputation de lieu maudit. 

En 1956, le journaliste et écrivain argentin Joseph Kessel écrit que « Cette forteresse était à Barcelone ce que la Bastille était à Paris ou Saint Pierre et Saint Paul à Saint Petersbourg. A la fois citadelle et prison […], des générations de captifs y ont attendu leur sentence […] C’est alors, que du haut de la grande tour de Montjuïc, surgissait un drapeau noir, signal d’exécution capitale».

Lors de la guerre civile, le château devint une prison militaire et politique, lieu de procès et exécutions. La plus notoire, qui marqua à un nouveau point de rupture entre l’Espagne et la Catalogne, est l’exécution du président de la Catalogne Lluis Companys par l’armée franquiste. Arrêté dans la France occupée par la police Allemande, le Président de la Generalitat de Catalogne  est transféré à Montjuic, où après un simulacre de procès, il fut  fusillé dans le fossé de la courtine de Santa Eulàlia. Un monolithe est aujourd’hui érigé à l’endroit même à sa mémoire.

chateau de montjuic barcelone

Le château resta une prison militaire géré par la dictature franquiste. Cédé partiellement à la ville de Barcelone, il devient en 1963 un musée militaire inauguré par  Franco. Le musée militaire fermera en 2009 et deviendra le lieu touristique tel qu’on le connaît aujourd’hui.

Le Castell de Montjuïc ne propose plus de visites guidées en raison de la pandémie. Les visites sont libres du lundi au dimanche de 10h à 18h. L’entrée est à 5 euros.

Adresse : Ctra. de Montjuïc, 66, 08038 Barcelona

Redécouvrir le parc de la Ciutadella

Parc de la Ciutadella - Camping & Bungalow Globo Rojo Barcelona

Le lieu où tous les Barcelonais flânent le week-end sous les arbres centenaires est à l’origine un lieu militaire. La citadelle, en catalan la Ciutadella, d’où le parc tire son nom, a été bâtie au début du XVIIIe siècle par Philippe V d’Espagne.

En 1714, la guerre de succession fait rage entre l’Espagne et la France. Comme aujourd’hui, la Catalogne défend son autonomie et refuse de soutenir les forces espagnoles. Cependant, de part son emplacement géographique, Barcelone est militairement assiégée. Après 13 mois d’occupation, le 11 septembre 1714 Barcelone tombe aux mains du roi Philippe V. Pour dominer la ville, le souverain batti la Ciutadella pour abriter les infrastructures militaires et sera notamment complétée par le château de Montjuïc.

Le parc de la Ciutadella abrite de nos jours le Parlement de Catalogne. À l’origine, le bâtiment était une garnison pour stocker les armes. Le Parlement catalan représente le coeur de la démocratie catalane avec ses 130 députés. Depuis le conflit indépendantiste qui oppose la Catalogne à l’Espagne, le Parlement est au centre de toutes les attentions. C’est cette institution qui a voté les textes de “déconnexion de la Catalogne avec l’Espagne” dont la fatidique déclaration d’independance le 27 octobre 2017.

Un des plus grands parcs de Barcelone

De nos jours, le Parc de la Ciudadella est l’un des plus grands de Barcelone et abrite le Zoo de Barcelone. Le parc offre une grande surface de jardins, avec des zones boisées et de promenade, des bassins et une cascade. Le bassin, avec ses petites îles, est au coeur du parc. On y trouve des plantes exotiques et des animaux marins.

AZ8Q2653

À côté de la cascade se trouve le Jardin Romantique et son grand nombre d’espèces végétales. Sur l’ancienne place des Armes, se trouve un autre petit bassin avec en son centre la sculpture Desconsol, de Josep Llimona.

Le parc est orné de nombreuses sculptures:  le monument au général Prim de Lluís Puiggene; le monument à Bonaventura Carles Aribau, de Manel Fuxà; le buste de Marià Aguiló, de Eusebi Arnau; Aux Volontaires Catalans, de Josep Clarà; le buste de Lleó Fontoba, de Pablo Gargallo; les bustes de Milà i Fontanals, Víctor Balaguer et Joaquim Vayreda, de Manel Fuxà; La cigogne et la renarde, de Eduard B. Alentorn; le monument à Walt Disney, de Núria Tortras; le monument au centenaire de l’Exposition, d’Antoni Clavé et le Mammouth, de Miquel Dalmau.

Ouvert tous les jours de 10h à 20h.  

Redécouvrir le parc du Labyrinthe d’Horta

Parc del Laberint - Visit Barcelona

En 1794, dans le quartier d’Horta-Guinardó, au nord-est de Barcelone le marquis de Llupìa, Joan Antoni Desvalls i d’Ardena, est propriétaire d’un terrain de 9 hectares. Ce marquis, qui avait un grand goût artistique, dessina un jardin néo-classique à la française et lui donna corps avec l’aide de l’architecte italien Domenico Bagutti et du jardinier français Joseph Delvalet. A cette époque, Sant Joan d’Horta était une commune indépendante de Barcelone. Elle fut annexée en 1904.

Au milieu du XIXe siècle, les héritiers du marquis agrandirent le parc du côté du “torrente d’en Pallós” avec un jardin romantique, des parterres, places, grands arbres et une cascade. Un canal a également été ajouté, reliant les deux terrasses, la supérieure et l’intermédiaire.

palais horta

Près du palais, qui est l’ancienne demeure de la famille du marquis, il est possible d’admirer une fontaine héraldique, avec une colonne couronnée par un chien et un pélican, ainsi que le Jardí dels boixos. A Horta, l’eau se mélange gracieusement aux statues qui rendent hommage à la mythologie grecque. 

Le parc a même attiré des rois. Carlos IV (1802), Fernando VII (1828) et Alfonso XIII (1908) ont tour à tour donné des réceptions officielles dans les jardins d’Horta.

Culture dans le parc

De nos jours, la mairie de Barcelone organise des festivités dans les parcs: concerts de musique classique et spectacles en tout genre. Ce n’est pas nouveau, déjà en 1880, le parc d’Horta était le terrain de rencontres sociales et culturelles avec des représentations théâtrales en plein air. Le célèbre poète catalan Joan Maragall était de la partie, notamment le 10 octobre 1898 avec l’avant-première de la tragédie de Goethe, Ifigenia en Tauris.

Le labyrinthe

Naturellement, le point d’orgue du parc est son labyrinthe. 750 mètres de cyprès taillés finement composent cette organisation tortueuse. A l’entrée du labyrinthe, toujours fidèle à l’esprit de la mythologie grecque qui règne dans le parc, il y a les figures d’Ariane et Thésée accompagnées d’une inscription gravée dans la roche : “Entra, saldrás sin rodeo, / el laberinto es sencillo, / no es menester el ovillo / que dio Ariadna a Teseo”.

barcelone hortaL’obsession grecque se fait aussi remarquer au centre du labyrinthe avec une statue du dieu de l’amour Éros.  A la sortie, un hommage est rendu à la nymphe Eco et Narcisse avec cette phrase: “De un ardiente frenesí / Eco y Narciso abrazados, / fallecen enamorados, / ella de él y él de sí”. Ceux qui arrivent à sortir du labyrinthe peuvent admirer à quelques mètres le “Jardín de los Musgos” qui rend hommage au fameux Minotaure avec une statue à son effigie.

En 2006, une scène du fil “Le Parfum” a été tournée dans le parc.

Ouvert de 10h à 20h. Adresse : Passeig dels Castanyers, 1, 08035 Barcelona

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales