Pénurie de vaccins en Catalogne

par Rédaction Equinox
covid Catalogne

La Catalogne est à court de stock de vaccins anti-Covid en raison de la non-livraison des doses par les laboratoires Pfizer et Moderna. La situation pourrait empêcher de recevoir la seconde dose, à administrer aux personnes ayant reçu la première.

Le secrétaire catalan en charge de la Santé publique, Josep Maria Argimon, a déclaré ce mercredi que le gouvernement effectue un changement dans le plan de vaccination, suite au retard de l’arrivée des vaccins Pfizer et Moderna. « Nous avons 17 000 vaccins que nous administrons dès aujourd’hui et demain nous ferons la seconde injection. Après, nos frigos seront vides. »

Le stock stratégique, que le ministère catalan de la Santé gardait, sera épuisé cette semaine. Argimon déplore que 10 000 personnes ayant déjà reçu la première dose de Pfizer, ne pourront pas recevoir la deuxième dose avant février. Cependant, il n’y aura aucune conséquence sur les patients car le rappel peut s’injecter entre 21 et 42 jours.

Conflit entre l’Union européenne et les laboratoires

Les doses de Moderna, qui devaient être livrées cette semaine, arriveront que dimanche à Madrid. Elles seront transférées en Catalogne lundi prochain. Ce nouveau problème s’inscrit dans les tensions croissantes entre les laboratoires et l’Union européenne. Bruxelles reproche à Pfizer et Moderna d’avoir reçu le financement de l’Union pour le développement des vaccins et de ne plus tenir les délais de livraison. Les laboratoires sont soupçonnés de livrer en priorité d’autres pays hors de l’Union européenne. « L’Europe et l’Espagne doivent avoir une position ferme et exiger le respect du contrat, dont nous ne connaissons pas le contenu » a grincé Josep Maria Argimon.

Chaque jour qui passe rend plus incertaine la promesse gouvernementale d’avoir immunisé 70% de la population du pays avant l’été. Le secrétaire à la Santé publique a déclaré qu’il faudrait environ 500 000 doses par semaine pour y arriver. C’est un chiffre très élevé, compte tenu du fait que nous sommes déjà aux portes de février a conclu Argimon.

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales