Salvador Illa revendique sa victoire sans majorité claire

par Rédaction Equinox

Les Catalans sont appelés aux urnes pour choisir leur nouveau président. L’ancien ministre de la Santé, le socialiste Salvador Illa fait face aux indépendantistes. Un vote extraordinaire dans un contexte de pandémie. Les temps forts de la journée à suivre en temps réel sur Equinox

ACTUALISER LE DIRECT

23h22 : Avec le résultat quasi définitif (98% des bulletins dépouillés) le socialiste Salvador Illa revendique sa victoire avec 22,97% des voix. L’ancien ministre de la Santé termine l’élection en tête devant les indépendantistes de gauche (21,35%) et ceux de droite (20,12%). Salvador Illa annonce qu’il se présentera devant le parlement catalan pour tenter d’être investi président de la Catalogne par les députés. Sauf coup de théâtre, Salvador Illa n’obtiendra pas la confiance de la chambre.

Le camp indépendantiste possède la majorité absolue au parlement avec 74 députés. Le scénario le plus probable est un nouvel exécutif indépendantiste sous la présidence de Pere Aragones. Le candidat d’ERC est arrivé devant la candidate de Carles Puigdemont, Laura Borras.

Parti…………………………………………………………………………………………… Voix………………………………………..Députés

 PSC (socialiste) 639.861 22,97% 33
 ERC (gauche indépendantiste) 594.574 21,35% 33
 JxCat (parti de Carles Puigdemont) 560.429 20,12% 32
 VOX (extrême droite) 213.376 7,66% 11
 CUP-G (extrême-gauche independantiste) 186.511 6,70% 9
 ECP-PEC (gauche radicale) 191.065 6,86% 8
 Cs (droite libérale) 154.666 5,55% 6
 PP (droite) 106.574 3,83% 3
 PDeCAT (centre indépendantiste) 75.658 2,72% 0
 RECORTES CERO-GV-M 12.480 0,45% 0

23h07 : Avec 96% des bulletins dépouillés, le tiercé de tête se résume par une grande égalité. Le socialiste Salvador Illa est crédité de 33 députés exactement le même nombre que l’indépendantiste de gauche Pere Aragones. Juste derrière à la troisième place arrive, la candidate de Carles Puigdemont, Laura Borras avec 32 sièges. Les derniers bulletins seront décisifs.


Avec 6 bulletins sur 10 dépouillés, l’ancien ministre de la Santé, le socialiste Salvador Illa arrive en tête mais sans majorité.  Il se dégage au parlement une majorité absolue indépendantiste de 74 députés. Les résultats sont serrés, il faut attendre la fin du dépouillement.

21h52 : A 59% des bulletins dépouillés, les résultats se resserrent :

Salvador Illa (socialiste) : 24,08% –  33  députés

Pere Aragonès (Esquera Republicana – Indépendantistes de gauche) 21,3 % – 33 députés

Laura Borras (Junts Per Catalunya – Parti de Carles Puigdemont) 19,14 % – 32 députés

Ignacio Garriga (Vox – extrême droite) 7,93% – 11 députés

Dolars Sabater (La Cup – extrême gauche indépendantiste) 6,5% – 9 députés

Jessyca Albiach (Podemos – gauche radicale) 6,97 % – 8 députés

Carlos Carrizosa  (Ciudadanos – droite libérale) 5,59% –  6 députés

Alejandro Fernandez (Partido Popular – droite) 3,69% – 3 députés

María Àngels Chacon (Pdecat – centre droit indépendantiste) 2,5% – 0 député


20h27 : Il faut rester prudent. S’il est sûr que les indépendantistes gardent la majorité au vu de l’avance octroyée par les premières estimations (entre 73 et 78 sièges sur 135), il est encore tôt pour savoir si c’est la gauche indépendantiste ou le parti de Carles Puigdemont qui remporte le plus de suffrages. Le parti arrivant finalement en tête remportera la présidence.

Il n’est pas non plus impossible d’assister au fur et à mesure du dépouillement à une « remontada » de Salvador Illa, le candidat socialiste. Cependant, même s’il finit en tête, ce dernier aura le plus grand mal à former une coalition gouvernementale. Les partis indépendantistes ont appelé à former un cordon sanitaire face à l’ancien ministre de la Santé espagnol qui restera minoritaire au parlement.


20h20 : Double choc en Catalogne ce soir. Pour la première fois depuis 1981, l’extrême droite siégera dans le parlement catalan. La liste de Vox conduite par Ignacio Garriga selon le sondage sorti des urnes rendu public par TV3 remportait entre 6 et 7 sièges avec 5,9 % des voix. Et c’est également une première : le représentant de la droite classique (Partido Popular, équivalent des Républicains) Alejandro Fernández est derrière avec 4 ou 5 sièges remportés et 4,6 % des voix.

La première grande victoire de Vox a eu lieu en décembre 2019 avec l’élection d’une dizaine de conseillers régionaux en Andalousie. Puis, le parti d’extrême droite a réalisé au printemps 2020 d’excellents scores à Madrid et à Murcia. Dans ces trois régions, Vox soutient les exécutifs composés du Partido Popular et de Ciudadanos. En janvier 2020, Vox devenait le troisième groupe au parlement espagnol avec une soixantaine de parlementaires.

Si Vox, scrutin après scrutin, enchaîne les percées électorales, c’est la première fois qu’il se hisse devant la droite classique.


20h11 : Les indépendantistes catalans avec une fourchette située entre 73 et 78 sièges garderaient la majorité absolue située à 68 sièges.


20h:

Le premier sondage donne l’indépendantiste de gauche Pere Aragonès en tête du scrutin catalan.

Pere Aragonès (Esquera Republicana – Indépendantistes de gauche) 24,3 % – entre 36 et 38 députés

Salvador Illa (socialiste) : 24,5% –  entre 34 et 36  députés

Laura Borras (Junts Per Catalunya – Parti de Carles Puigdemont) 20,5 % – entre 30 et 33 députés

Carlos Carrizosa  (Ciudadanos – droite libérale) 5,3% – entre 6 et 7 députés

Jessyca Albiach (Podemos – gauche radicale) 6% –  entre 6 et 7 députés

Ignacio Garriga (Vox – extrême droite) 5,9% – entre 6 et 7 députés

Alejandro Fernandez (Partido Popular – droite) 4,6% – entre 4 et 5 députés

Dolars Sabater (La Cup – extrême gauche indépendantiste) 5,4% – 7 députés

María Àngels Chacon (Pdecat – centre droit indépendantiste) 2,5% – entre 0 et 2 députés

En Catalogne, contrairement à la France, on ne vote pas directement pour le président. Les électeurs choisissent 135 députés, qui ensuite investiront le président. La distribution des députés se fait à la proportionnelle. Pere Aragonès devra donc former une coalition soutenue par une majorité de parlementaires. Une élection marquée par l’abstention qui dépasse les 40%.


19h53 : Dans moins de 10 minutes, les premières tendances.


19h39 : Malgré les conditions extraordinaires, il n’y a pas eu d’incident particulier lors de cette journée de vote.

covid catalogne elections


19h37 : Dans 23 minutes, les bureaux de vote ferment. Une première tendance, avec un sondage sorti des urnes sera rendu public. Le dépouillement aura lieu dans la foulée.


19h11 : La Catalogne a converti des gymnases et des marchés couverts en bureaux de vote pour éviter les agglomérations.

elections catalognes

19h04 : Les premières tendances seront connues dans une heure à 20h.


18h59 : Tous les membres des bureaux de vote en Catalogne ont mis leur tenues de protection totale. Pendant une heure : de 19h à 20h, les personnes malades du Covid, les patients en quarantaine et les cas contacts viennent voter. Une décision polémique qui a reçu les critiques du corps médical.elections catalogne covid


18h14 : La participation à 18h est à 45,67%, 22,29 points de moins qu’en 2017.


17h22 : La commission électorale vient d’indiquer que tous les bureaux de vote devront fermer à 20h, même ceux qui ont ouvert en retard en raison des problèmes liés à la pandémie.


17h14 : La participation en milieu d’après-midi à L’Hospitalet de Llobregat, fief socialiste, s’écroule de 18 points par rapport à 2017.


16h01 : Les portraits des 9 principaux candidats de l’élection. Lire notre article en cliquant ici.


14h57 : Cette élection débouchera sur un nouveau président de la Catalogne qui formera un nouveau gouvernement. Mais en Catalogne, contrairement à la France, on ne vote pas directement pour le président. Les electeurs choisissent 135 députés qui ensuite investiront le président. La distribution des députés se fait à la proportionnelle. Le candidat arrivé en tête devra donc former une coalition soutenue par une majorité de parlementaires.

Si Salvador Illa gagne le scrutin, il aura le plus grand mal à trouver les soutiens nécessaires. Durant la campagne, tous les partis indépendantistes ont signé une déclaration promettant de ne pas faciliter l’investiture de l’ancien ministre de la Santé. Les députés de la  gauche radicale de Podemos et les partis de droite en faveur de l’unité de l’Espagne, si l’on en croit les sondages, ne seront pas assez nombreux pour former une majorité. Les regards se tourneront alors vers ERC, la gauche indépendantiste modérée qui collabore avec le gouvernement socialiste de Pedro Sanchez à Madrid. Mais ERC fut tellement critique durant la campagne contre Salvador Illa, qu’un pacte de gouvernement parait impossible.

Le scénario le plus probable est un nouveau gouvernement indépendantiste. Modéré si Pere Aragones (ERC) arrive en tête. Plus radical, si Laura Borras (Junts Per Catalunya) remporte le scrutin.


14:40 : Cette élection rend, une nouvelle fois, la fracture territoriale catalane flagrante. L’ancien ministre de la Santé Salvador Illa espère faire un bon chiffre sur Barcelone et dans sa ceinture rouge. La petite et grande couronne de Barcelone votent socialiste depuis 1981.

Le reste de la Catalogne, dite profonde, surtout dans les terres de Gerone et Lleida votent pour le souverainisme ou l’indépendantiste catalan. La loi électorale favorise la Catalogne rurale conservatrice. En effet il faut en moyenne 49.358 votes pour obtenir un siège de député à Barcelone. 32.301 votes pour obtenir un député à Tarragone, 31.285 votes à Gérone et 21.019 à Lleida.  Un système qui a toujours favorisé les souverainistes catalans à se maintenir au pouvoir.

Ce soir, Laura Borras, la candidate de Carles Puigdemont pourrait être « sauvée » grâce à un triomphe dans la circonscription ultra-indépendantiste de Gerone. La gauche indépendantiste modérée plus urbaine espère percer dans les grandes villes catalanes.


14h35 : Il semblerait que l’abstention joue en défaveur de l’ancien ministre de la Santé Salvador Illa. Les circonscriptions les plus populaires oú se masse traditionnellement le vote socialiste sont les plus affectées par l’abstention.  Badia affiche une participation de -16 points ; L’Hospitalet: -14.5 points et Cornellà: -12.

En revanche dans les fiefs indépendantistes la chute de participation est un peu moins flagrante comme à Olot: -10 points  Vic: -9 points et Tortosa: -7,7 points. Seule exception, Girona, la ville de Carles Puigdemont affiche -13,5 points.


13h45 : Un groupe de Femen a perturbé le vote du candidat de Vox (extrême-droite).Les Mossos d’Esquadra sont intervenus. Ignacio Garriga a finalement déposé son bulletin dans le bureau de vote Sant Joan de la Salle de Barcelona, sur les hauteurs de la ville.

Femen contra Vox


13h31 : Tous les moyens pour préserver la sécurité sanitaire sont bons. Ici une assesseur de bureau de vote avec un long bâton pour ouvrir et fermer l’urne. (Photo de @fotomontaner)

Imagen

13h20 : La participation s’écroule. A 13h elle se situe à 22,7% soit 12 points de moins qu’en 2017.  La province de Tarragone est la plus touchée avec – 12,4.  Barcelona – 12,1 , Girona – 11,1 et  Lleida – 10.


11h06 : Les élections municipales en France ont été marquées par une abstention de 55,25 % au premier tour (15 mars) et de 58.6 % au second tour (28 juin) . L’abstention lors de ces catalanes pourrait marquer un record.


11h00 : Le vote par correspondance a augmenté de 277% par rapport au scrutin de 2017.


10h58 : Il n’y a jamais eu autant de policiers pour surveiller une élection en Catalogne. 14.200 agents sont présents dont 10.200 Mossos d’esquadra et 4.000 policiers municipaux. Pour la première fois, il y a deux agents qui restent en permanence dans chaque bureaux.


10h56 : Malgré la pandemie, l’intégralité des bureaux de vote sont ouverts.


10h41 : Il faut baisser le masque pour la vérification de l’identité. Le corps médical dans son ensemble condamne la tenue de ces élections. Certains craignent qu’elles provoquent le déclenchement de la quatrième vague de Covid en Catalogne.

safe image.php?d=AQHsxX8dTqOB2Kpu&w=500&h=261&url=https%3A%2F%2Festaticos cdn.elperiodico.com%2Fclip%2Fcbaaff2c af3f 459c 85a7 5c049a7a8d95 16 9 aspect ratio default 0


10h07 : Première image insolite de la journée. A l’occasion de carnaval, un président de bureau de vote s’est présenté déguisé dans la ville de Tarragone, à une heure au sud de Barcelone.

Imagen


09h49 : Le résultat des élections catalanes aura de lourdes répercutions sur la politique nationale. Le Premier ministre socialiste Pedro Sanchez joue gros. Le poids lourd gouvernemental, l’ancien ministre de la Santé Salvador Illa est censé arriver en tête du scrutin. Dans le cas contraire, le resultat serait vu comme un sanction pour l’exécutif espagnol.

Si les socialistes ne peuvent pas prendre le pouvoir en Catalogne, le plan B du gouvernement serait de voir à la tête de la Generalitat, la gauche indépendantiste modérée ouverte au dialogue avec Madrid. Le scénario catastrophe pour Pedro Sanchez est la victoire de Laura Borras, la candidate de Carles Puigdemont. La rébellion catalane s’en trouverait renforcée. Le gouvernement espagnol qui gouverne en minorité, a besoin des indépendantistes au parlement espagnol.  Une victoire du camp Puigdemont compliquerait sérieusement la stabilité gouvernementale.

La gauche radicale de Podemos, qui gouverne l’Espagne en coalition avec les socialistes, attend avec angoisse le resultat de la candidate Jessyca Albiach. Un resultat médiocre pourrait fragiliser le parti.

Scrutin à risque aussi, pour le principal parti d’opposition. La droite parlementaire du Partido Popular pourrait arriver ce soir derrière l’extrême-droite de Vox. Ce qui serait une première en Espagne.


09h44 : 94,39% des collèges électoraux sont constitués. Un retard dans certains bureaux dû aux assesseurs qui ne sont pas présentés en raison des risques sanitaires liés à la pandémie.


09h40 : Pour réduire les agglomérations, les votes auront également lieu dans les marchés couverts de Barcelone.


09h29 : Les assesseurs sont sous protection.

élection catalogne


09h22 : L’enjeu principal de l’élection est de départager les indépendantistes du camp favorable à l’unité de l’Espagne. A l’intérieur des blocs, le parti de Carles Puigdemont espère arriver à tête avec l’ancienne ministre de la culture Laura Borras. Indépendantiste du secteur radical, elle deviendrait la première femme présidente de la Catalogne. La gauche indépendantiste propose l’actuel vice-président de la Catalogne, Pere Aragones, énarque proposant un dialogue avec l’Espagne. En face, l’ancien ministre de la Santé, le socialiste Salvador Illa espère fédérer les votes en faveur de l’unité espagnole.


09h18 : Il y a des horaires réservés pour chaque collectif.  De 9 h  à midi: les personnes à risques et les personnes âgées. De midi à 19h : le reste de la population. De 19 à 20h : les personnes infectées du Covid, les patients en quarantaine et les cas contacts.


 

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales