A Barcelone, un call center fournissait des prostituées à des clients français

Par Aurélie Chamerois
Tourisme sexuel

Un vaste réseau de prostitution a été démantelé mardi grâce à une opération conjointe des polices espagnole et française. Au total 13 personnes ont été arrêtées en Espagne, en France, en Italie et en Roumanie.

Le début de l’enquête remonte à l’été 2020, lorsque deux jeunes femmes colombiennes se sont rendues au commissariat de police de Montpellier pour expliquer qu’elles s’étaient échappées d’un appartement où elles étaient enfermées et forcées à se prostituer.

La police française a alors remonté un vaste réseau qui prenait sa source dans une maison de L’Hospitalet de Llobregat, juste à côté de Barcelone. Un centre d’appels, basé au domicile de l’un des responsables du réseau, y prenait les rendez-vous pour des clients français qui retrouvaient ensuite les prostituées dans des hôtels ou appartements répartis dans différentes villes de l’Hexagone. Le réseau se faisait connaître via des sites Internet diffusant des numéros de téléphone français mais renvoyant en réalité vers le centre d’appels catalan.

La police est intervenue mardi matin dans ce call center clandestin qui comptait une quarantaine de lignes téléphoniques fixes, 30 téléphones portables et 18.000 euros en liquide.  Une partie du réseau fonctionnait également depuis Rosas.

L’exploitation de l’espoir d’une vie meilleure

Les prostituées étaient de jeunes femmes sud-américaines, à qui on avait fait miroiter une vie meilleure, avec travail de garde d’enfants ou de nettoyage en Espagne. Leurs papiers étaient confisquées dès leur arrivée, puis elles étaient emmenées en France et contraintes à la prostitution par une partie du réseau appartenant à la même famille. Les jeunes femmes étaient retenues de force, et dissuadées de toute tentative de fuite par des menaces portant sur leurs proches.

Pour l’instant, la police française a dénombré 33 victimes, mais elles pourraient en réalité être beaucoup plus nombreuses.

Recommandé pour vous