Antoni Gelonch : « Napoléon représentait la liberté pour une partie des Catalans »

par Nico Salvado
Publié le Modifié le
napoléon catalogne

L’historien Antoni Gelonch Viladegut sort aux éditions Viennes l’ouvrage Napoleó, la revolució i els catalans. En ce mercredi 5 mai, bicentenaire de la mort de Napoléon, rencontre avec l’auteur pour revenir sur les liens historiques entre la Catalogne et la France.

Napoléon essaya d’annexer la Catalogne pour l’intégrer à l’empire français. Ce fut la troisième tentative française pour changer le statut de la Catalogne. Le Cardinal Richelieu et les révolutionnaires français avaient déjà fait des tentatives…

C’est une constante de la diplomatie française de s’intéresser géopolitiquement à la Catalogne. Durant la guerre des Faucheurs, Richelieu a essayé de créer une république catalane pour faire tampon entre la France et la couronne de Castille. Il s’agissait alors pour la France d’harceler les troupes militaires de la couronne de Castille.

Pendant la révolution française, Robespierre a essayé d’exporter le concept de république en Catalogne, comme il l’a fait dans d’autres endroits d’Europe. Cependant, des espions français ont rapporté que les Catalans n’étaient pas prêts pour la révolution. L’histoire prit fin avec la guillotine sur le cou de Robespierre.

Enfin, en 1812 Napoléon annexa la Catalogne à l’empire français en la divisant en 4 département administratifs français : le Ter avec Gérone, le Segre avec Puigcerda, les bouches de l’Ebre avec Lleida et enfin Montserrat avec Barcelone.

Une partie des Catalans se sont alors révoltés contre Napoléon….

Oui, mais ce fut mitigé. Napoléon représentait la liberté et l’esprit des Lumières pour une partie des Catalans. Surtout pour la société de Barcelone qu soutenait le nouveau régime. Les villes moyennes et les villages catalans étaient très anti-napoléoniens.

Peut-on faire le parallèle avec le processus indépendantiste actuel qui est très soutenu dans les villages et moins à Barcelone ?

Il est plus exact de faire le parallèle entre le libéralisme des villes et le conservatisme des villages, c’est pareil en Catalogne qu’en France. Sous Napoléon, les villages catalans étaient influencés par le clergé et la noblesse et se trouvaient littéralement conservateurs pour protéger leurs biens fonciers.

Aujourd’hui c’est le bicentenaire de la mort de Napoléon, on ne peut pas dire que ce soit un événement en Catalogne. La société catalane a-t-elle perdu de sa francophilie au cours de ces dernières décennies ? 

En Catalogne, c’est dommage mais la présence de la France est plus faible qu’il y a quelques années, à cause du français qui n’est plus enseigné à l’école. Aujourd’hui pour aller travailler, les jeunes Catalans pensent plus à Amsterdan, Londres ou New-York qu’à Paris.

Cependant, je pense qu’il y a une nostalgie des Catalans de ne pas être d’avantage impliqués avec la France dans un mouvement plus tolérant, plus libéral, plus ouvert.

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales