La Catalogne en crise après la demande de la France d’arrêter le tourisme

Publié le Mis à jour le
Covid frontières

Tourisme : l’Espagne et la Catalogne sont pointés du doigt par la France et l’Allemagne en raison de la situation sanitaire. Un coup dur pour la saison estivale.

L’Espagne est dans l’œil du cyclone. Le pays représente désormais 40% des contagions en Europe titre simultanément le Financial Times à Londres et la Vanguardia à Barcelone. En conséquence, la France, l’Allemagne et la Belgique demandent à leurs citoyens de ne plus se rendre en Espagne et particulièrement en Catalogne. « Ceux qui n’ont pas encore réservé leurs vacances, évitez l’Espagne, le Portugal dans vos destinations. C’est une recommandation sur laquelle j’insiste », a déclaré sur France 2 Clément Beaune, secrétaire d’Etat français chargé des affaires européennes. « Nous suivons particulièrement la situation des pays où la flambée est très rapide, le Portugal, l’Espagne, en particulier la Catalogne où nombre de Français se rendent pour faire la fête. Attention, très grande prudence (…). Nous pourrons avoir des mesures renforcées », a-t-il ajouté.

Tourisme Espagne : Barcelone touchée

Barcelone est la ville la plus touchée d’Espagne. Pays lui-même le plus impacté en Europe par la pandémie. Difficile pour le secteur touristique d’avoir une affiche plus négative afin d’attirer des vacanciers. « Jusqu’ici, nous arrivions à remplir 70% de notre établissement le week-end end une hausse de plus de 15 points par rapport à mai. Mais depuis hier soir tout s’est arrêté » se désole Arturo Soler directeur de l’hôtel barcelonais Pere IV à Poblenou. L’objectif des 17 millions de touristes que le gouvernement espagnol attendait cet été risque d’être difficile à atteindre avec la nouvelle situation sanitaire.

Depuis lundi, le variant Delta est la cause des malheurs du pays et particulièrement de la Catalogne. À Barcelone, avec une incidence de 1 590 cas pour 100 000 habitants au cours des 14 derniers jours (chez les jeunes entre 20 et 29 ans), la variante indienne représente aujourd’hui 40% des contagions de la ville, un chiffre qui pourrait monter à 60% dans les prochaines semaines selon le corps médical.

Les fêtes de fin d’année scolaire et les rassemblements sociaux, compréhensibles en cette période estivale, ont permis la propagation du variant. Et donne de l’Espagne, l’image du pays le moins sûr d’Europe. « C’est dramatique, le pire qui puisse nous arriver. Il est très inquiétant que cette image du pays soit transmise. Il semble que ce soit une question de temps avant que des mesures restrictives n’arrivent à nouveau », s’alarme José Luis Zoreda, vice-président d’Exceltur, principal syndicat du tourisme en Espagne.

Le secteur touristique commence à donner pour perdu juillet et espère connaître des mois d’août et septembre de meilleurs augures.

« On ne sait pas jusqu’où ça peut aller »

Comme souvent, les gouvernements catalans et espagnols tentent le grand écart en prenant le moins de mesures sanitaires possibles pour ne pas freiner le tourisme. « Je suis inquiet, car l’indice de contamination est énorme. C’est un indice de reproduction similaire à la première et deuxième vague. Si une grande proportion de la population se contamine, il peut arriver un moment où les hôpitaux vont être saturés, et là, on ne sait pas jusqu’où ça peut aller car nous n’avons jamais vu un tel taux de contaminations » s’alarme Juan Pablo Horcajada, coordinateur Covid de l’Hospital del mar.

Il est fort probable que la fermeture des discothèques en Catalogne (qui ne sont pas encore fermées, il est encore possible de festoyer pour la dernière fois cette nuit) soit un pansement sur une jambe de bois. « Les gens sortiront dans la rue de Barcelone pour faire la fête » déclare aujourd’hui dans nos colonnes Ramon Mas, vice-président du syndicat des boîtes de nuit de Catalogne.

Pour le moment, contrairement au Portugal, le gouvernement espagnol ne veut pas entendre parler du rétablissement d’un couvre-feu.

« Improvisation totale du gouvernement », est au moins un sentiment que partagent secteurs medicaux et touristiques.

 

Recommandé pour vous