Catalans en Argentine : entre histoire commune et héritage

Par Camélia Balistrou
Catalans en Argentine

Au cours XIXe et XXe siècles, une importante population catalane a émigré en Argentine, notamment à Buenos Aires. Le pays d’Amérique latine est, dès lors, devenu le second État à compter le plus de Catalans, après Cuba à la fin du XXe siècle. Retour sur le lien qui unit l’Argentine et la Catalogne.

L’influence des Catalans en Argentine est bien connue. Elle remonte au temps où le pays d’Amérique du Sud n’existait pas encore en tant que telle. À l’époque coloniale (du XVIe siècle à 1816), les Catalans étaient présents et faisaient des affaires dans la Vice-royauté du Río de la Plata (colonies espagnoles en Amérique latine).

Certains Catalans se sont battus aux côtés des indigènes argentins contre les invasions anglaises de 1806 à 1807. Ces derniers appartenaient au Bataillon des Volontaires Urbains Miñones de Catalogne, connu sous le nom de Tercio de Miñones de Cataluña. D’autres se sont battus pour l’indépendance de l’Argentine. La présence catalane dans le pays était telle, que certains membres du premier gouvernement argentin, le Premier Conseil, étaient catalans.

Migration catalane en Argentine

L’exotisme de l’Amérique latine a attiré bons nombres de colons, notamment espagnols. Les terres, devenues aujourd’hui l’Argentine que nous connaissons, ont vu une forte population espagnole s’installer dès le XVe siècle. Cette dernière provenait principalement de Galice, du Pays Basque et de Catalogne. Jusqu’au XIXe siècle, l’Empire espagnol était la seule puissance coloniale dans les territoires argentins. Ainsi, les Espagnols installés en Argentine dirigeaient l’administration coloniale du pays, y compris les affaires religieuses, le gouvernement et les affaires commerciales. La migration espagnole s’est ensuite poursuivie jusqu’au début du XXe siècle, après l’indépendance de l’Argentine, en 1816.

Une importante population Criollo (argentins d’origine espagnole) s’est progressivement constituée dans les nouvelles villes, tandis que certaines se sont mélangées aux populations indigènes (Mestizos), à la population d’esclaves d’origine africaine (Mulattoes) ou à d’autres migrants européens. La présence espagnole et catalane en Argentine se ressent aujourd’hui. La majorité des Argentins sont en partie d’ascendance espagnole. Effectivement, les 20 noms de famille les plus répandus du pays puisent leurs origines du côté de la péninsule ibérique.

Riche héritage catalan en Argentine

L’influence catalane en Argentine a été diverse. On la retrouve dans la musique de l’hymne national argentin, dans l’urbanisme de la capitale argentine ou encore dans l’architecture du quartier populaire de San Telmo à Buenos Aires.

L’incontournable héritage catalan en Argentine est incarné par la Maison de la Catalogne (Casal de Catalunya), située dans le quartier de San Telmo. Inaugurée le 12 juin 1886, la Casal de Catalunya de Buenos Aires est la plus ancienne située à l’étranger. Elle a su conserver son nom d’origine ainsi que ses fonctions juridiques et institutionnelles. Au-delà de ces symboles, l’édifice reste un important centre culturel de la communauté catalane grâce à son somptueux théâtre Margarita Xirgu et sa bibliothèque Pompeu Fabra, et est aussi un lieu convivial avec son restaurant. Descendants catalans ou tout simplement amoureux de la culture catalane aiment s’y retrouver pour savourer de bons plats typiques de la région, déambuler dans la bibliothèque, assister à une pièce de théâtre ou même suivre les matchs du Barça avec la Penya du Barça de Buenos Aires (Penya Barcelonista Nicolau Casaus). 

Catalans en Argentine

Photo : Casal de Catalunya

L’influence catalane est présente jusqu’en dans l’hymne argentin. Effectivement, le 24 mai 1812, la pièce “El 25 de Mayo” (25 mai) de Luis Ambrosio Morante fut présentée à la “Casa de Comedia” (maison de la comédie) à Buenos Aires. L’œuvre faisait référence à la Révolution de mai 1810 et se terminait par un hymne interprété par les comédiens. L’un des spectateurs, Vicente López i Planes, fut inspiré et le même soir, écrivit la première strophe de l’hymne argentin pour remplacer celui de Morante, sur lequel le catalan Blai Parera l’a mis en musique. L’hymne, nommé la Marcha patriótica, a été adopté le 11 mai 1813. L’héritage catalan en Argentine est riche et les liens qui unissent ces deux peuples semblent indéfectibles.


Catalans en Argentine : entre histoire commune et héritage

Recommandé pour vous