Incendies en Catalogne : un été à haut risque

Publié le Mis à jour le
Incendies en Catalogne

Cap de Creus la semaine dernière, Santa Coloma de Queralt, Montgrí et Ventalló ce week-end, la Catalogne a déclaré vendredi le risque incendies à son niveau le plus élevé. Pourquoi cet été s’annonce-t-il si périlleux pour les espaces forestiers et que font les autorités ? Eléments de réponse. 

Pour les spécialistes, plusieurs facteurs sont en jeu. Tout d’abord, le climat. « Avec le changement climatique, nous avons de plus en plus souvent des épisodes de sécheresse et de vent qui augmentent le risque d’incendie », explique Nuria Prat-Guitart, docteure en sciences de l’environnement de la fondation Pau Costa. Ces conditions climatiques influent aussi sur la végétation, selon elle. « Par exemple, avec le peu de pluie que l’on a eu en Catalogne cet hiver, les plantes sont en situation de stress hydrique et le risque d’incendie augmente. »

Photo : Generalitat

Mais un autre problème aggrave le risque d’incendies en Catalogne : le manque d’entretien des forêts. « Il y a un réel abandon du monde forestier ces dernières années avec l’exode rural, alors qu’avant, on travaillait beaucoup la forêt et les agriculteurs, les bergers et les éleveurs s’en occupaient », précise Xavier Jovés, président des Fédérations de défense de la forêt de Catalogne. « Avant, on utilisait beaucoup les forêts pour créer de l’énergie grâce à la biomasse, ce qui les entretenait et permettant de réduire le combustible. » Une habitude qui se perd aujourd’hui, laissant les forêts s’étendre sans zones coupe-feu.

Que font les autorités face aux incendies de forêt ?

En Catalogne, la prévention des incendies de forêt est un thème majeur, à tel point que la Generalitat, les mairies, les associations et les propriétaires terriens (qui représentent environ 75 % des forêts de Catalogne, selon la Diputació) travaillent main dans la main pour prendre des mesures.

« Nous agissons en collaboration avec les pompiers français, nous développons des infrastructures comme des points d’eau, des routes stratégiques… », énumère Jaume Minguell Garriga, responsable de la Prévention d’incendies forestiers de la Diputació de Barcelona (équivalent du conseil départemental). « Mais face à ce phénomène d’augmentation du risque, cela ne suffit pas. À moyen terme, il est nécessaire de travailler à adapter le paysage rural catalan », affirme-t-il.

Ce changement de paysage passe notamment par la création de zones-tampon entre la forêt et les zones urbaines, des espaces d’au moins 25 mètres de large sans végétation sèche. « Mais il faut aussi marquer une division des forêts avec des espaces ouverts, en réintroduisant des champs d’oliviers ou de vignes par exemple. Ces espaces sont entretenus, espacés et avec peu de combustible, ils permettent donc de ralentir le feu et laissent de la place pour que les pompiers puissent travailler. » La Generalitat a d’ailleurs doublé son budget pour la création de nouvelles zones-tampon.

Photo : Generalitat

Mais à long terme, tous estiment qu’une véritable modification de nos habitudes de consommation est nécessaire pour protéger indirectement les forêts. Pour le président des Fédérations de défense de la forêt, utiliser l’énergie de la biomasse pour le chauffage permettrait notamment un meilleur entretien des forêts.

La fondation Pau Costa, elle, estime que consommer local a aussi son importance, car l’utilisation de l’espace forestier aide à son bon entretien. « Tout le monde, citoyens comme touristes, peut contribuer à la prévention d’incendies en aidant l’économie rurale. Cela fait partie de notre responsabilité », résume Nuria Prat-Guitart.

Les incendies en Catalogne, un phénomène naturel ?

Toutefois selon les derniers chiffres de la Generalitat, le nombre d’hectares brûlés ou de départs de feux n’augmentent pas forcément (et les chiffres de la Generalitat le démontrent). C’est la tendance générale du risque est à la hausse.

« Ce que l’on observe surtout, c’est que la période de risque s’allonge par rapport à la dernière décennie », remarque Jaume Minguell Garriga. «  Avant, les incendies se concentraient surtout en juillet et début août, mais ces dernières années le nombre de jours à risque a presque doublé. » En Catalogne, c’est la zone de L’Alt Empordà qui, selon la Generalitat, est la plus vulnérable aux incendies de forêt ; elle a connu 375 incendies depuis début 2021, soit le triple de l’an dernier.

Carte du risque incendies / Source : Generalitat de Catalunya

« Cela fait des milliers d’années que les forêts méditerranéennes subissent des incendies », rappelle Nuria Prat-Guitart. « C’est un phénomène naturel qui les aide à se régénérer. On l’a vu avec l’incendie de Cap de Creus, certaines espèces se régénéreront en quelques mois, d’autres en plusieurs années. Le problème, c’est si ces incendies se produisent trop souvent et que l’on perd l’écosystème. » Et selon la fondation Pau Costa, dans certaines zones de Catalogne, les spécialistes remarquent déjà un changement de végétation à cause des incendies.

En revanche, les causes des incendies de forêt sont très souvent dues à l’Homme, c’est pourquoi tous les acteurs insistent sur la responsabilité de chacun lors d’une escapade en forêt. Pour limiter les risques, les accès à sept parcs naturels catalans ont été temporairement fermés par les autorités, dont Montserrat, Cap de Creus ou encore Montgrí et les Iles Medes.

Recommandé pour vous