JO en Catalogne en 2030 : de nouvelles infrastructures ?

Publié le Mis à jour le Photo : Baqueira Beret

Avec l’intérêt affiché de la Generalitat à accueillir les JO en Catalogne en 2030, la région entrevoit l’occasion d’améliorer ses infrastructures.

Pere Aragonés, président catalan, a officialisé ce jeudi 22 juillet l’intérêt de la région à accueillir les jeux Olympiques d’hiver en 2030, dans une lettre au président du Comité olympique espagnol. Selon lui, accueillir les JO en Catalogne représenterait « une opportunité liée au consensus social et territorial, et qui devrait permettre le développement des compromis de l’agenda 2030 des Nations unies » (El País).

Selon la mairie de Barcelone, l’équipe municipale n’avait pas été mise au courant du projet, qui inclut pourtant la ville. Barcelona en comú rejette la proposition, alors que les conseillers du Parti socialiste catalan (PSC) avancent que la capitale catalane doit être au cœur du projet (El País).

De nouvelles voies ferrées pour les JO en Catalogne ?

Comme en 1992, l’accueil des JO en Catalogne pourrait être l’occasion parfaite pour débloquer des fonds et construire de nouvelles installations nécessaires à la région. Mais la conseillère à la présidence, Laura Vilagrà, nuance : on « profiterait au maximum » des infrastructures déjà existantes. « Ce n’est pas un projet spéculatif qui investisse de l’argent dans des installations qui ne s’utiliseront plus ensuite », affirme-t-elle à Catalunya Ràdio.

Peu de nouvelles infrastructures, donc, et qui devraient servir au maximum aux Catalans après les jeux. Pour Emilio Fernandez Peña, directeur du centre d’études olympiques de l’Université autonome de Barcelone, la capitale catalane ferait en fait partie intégrante du projet mais n’en serait pas le cœur.

Il s’agirait plutôt d’améliorer les transports entre Barcelone et les Pyrénées et « développer et structurer le territoire catalan, dans une certaine mesure », explique-t-il. « Il y aura probablement un investissement dans le transport public, comme par exemple dans des trains plus rapides et qui causent moins de problèmes au niveau environnemental. »

C’est aussi l’opinion de Jon Montero Madariaga, urbaniste qui a participé à la conception de la Vila Olímpica des JO de 1992. « Je ne pense pas qu’il faille construire beaucoup d’infrastructures à Barcelone. Peut-être que quelques structures seront nécessaires à la ville pour améliorer sa connexion avec les Pyrénées, comme des routes, des voies ferrées ou d’autres voies aériennes », propose-t-il ; « mais des infrastructures qui puissent ensuite être utilisées par la population ».

La candidature de la Catalogne aux JO pas encore officielle

Le projet n’a pas encore abouti à une candidature officielle, que seul le Comité olympique espagnol peut déposer ; d’autres pays ont également présenté leur intérêt pour l’accueil de ces jeux de 2030, comme le Japon, le Canada ou encore les États-Unis.

Recommandé pour vous